Ootravaux

Quelles aides pour mes travaux en 2021 ?

09 mars 2021
Financement de travaux
Sommaire

L’installation d’une chaudière à granulés, d’un poêle à bûches, l’isolation des murs par l’extérieur ou de vos combles, tous ces travaux ont un coût élevé qui peut s’avérer élevé ! Sachez toutefois que vous pouvez bénéficier d’aides financières intéressantes et diminuer ainsi le montant de vos devis. MaPrimeRénov’, aides de l’Anah, Prime énergie, TVA réduite… Ootravaux vous guide sur toutes les aides à connaître en 2021 pour envisager plus sereinement votre projet de rénovation énergétique !

MaPrimeRénov’

Qu’est-ce que MaPrimeRénov’ ?

MaPrimeRénov’ est une aide pour tous vos travaux de rénovation énergétique. Mise en place par l’État en janvier 2020, elle est née de la fusion de l’ancien CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique) et du programme « Habiter Mieux agilité » de l’Anah (Agence nationale de l’habitat). Ce dispositif aide chaque propriétaire occupant d’une maison ou d’un appartement à réaliser une rénovation efficace de leur logement, c’est-à-dire visant à réduire significativement les pertes de chaleur.

À qui s’adresse la prime MaPrimeRénov’ ?

MaPrimeRénov’ s’adresse aux propriétaires et aux copropriétaires, quels que soient leurs revenus. Le montant de l’aide varie toutefois selon le plafond de ressources de l’Anah (Agence nationale de l’habitat), et selon le nombre de personnes composant le foyer fiscal. Des ménages les plus modestes aux plus aisés, 4 types de profils se distinguent : MaPrimeRénov’ Bleu, MaPrimeRénov’ Jaune, MaPrimeRénov’ Violet et MaPrimeRénov’ Rose.

Bon A Savoir

À partir du 1er juillet 2021, la prime de MaPrimeRénov’ s’élargit à d’autres publics : propriétaires bailleurs, usufruitiers, titulaires d’un droit d’usage et d’occupation, etc.

Quelles conditions et quels types de travaux pour bénéficier de MaPrimeRénov’ ?

Pour obtenir la prime de MaPrimeRénov’, la première étape est de vérifier votre éligibilité selon le type de travaux que vous souhaitez réaliser et selon vos revenus.

Ainsi, avec « MaPrimeRénov’ bleu » (revenus très modestes), vous pouvez bénéficier d’une aide pour le chauffage, pour l’isolation thermique, pour une ventilation (VMC double flux) ou pour une rénovation globale.

Si en revanche, vous appartenez à la catégorie « MaPrimeRénov’ rose » (revenus « supérieurs »), vous serez éligible aux travaux d’isolation, mais pas aux aides pour l’installation d’un nouveau chauffage.

Attention

Vos travaux doivent être réalisés par des professionnels RGE (Reconnus garants de l’environnement).

Quel est le montant de MaPrimeRénov’ ?

Le montant de l’aide dépend des travaux et de votre catégorie. Par exemple, l’isolation des murs par l’intérieur est couverte à hauteur de 25 €/m² pour les ménages « bleus » et 7 €/m² pour les ménages « roses ».

Par ailleurs, vous pouvez également bénéficier de bonus :

  • Le bonus « Sortie de passoire énergétique », de 500 à 1 500 €, récompense les travaux qui améliorent les performances thermiques des logements avec une étiquette thermique F ou G ;
  • Le bonus « Bâtiment Basse Consommation », de 500 à 1 500 €, apporte une aide aux logements dont les travaux permettent d’attendre l’étiquette thermique A ou B ;
  • Le bonus « Rénovation globale », de 3 500 à 7 000 €, est réservé aux ménages aux « revenus intermédiaires et supérieurs ». Le gain énergétique apporté par la rénovation doit atteindre au moins 55 % ;
  • Le bonus « Assistance à maîtrise d’ouvrage », de 150 €, pour qu’un professionnel du bâtiment vous guide pas à pas dans votre rénovation.

Tout savoir sur MaPrimeRénov’

Les primes CEE ou « Prime énergie »

Primes CEE : qu’est-ce que c’est ?

Le dispositif CEE (Certificats d’économies d’énergie) a été instauré par l’État. Il oblige les fournisseurs et les distributeurs d’énergie (gaz, fioul, électricité) à récompenser les ménages qui souhaitent réduire leur consommation énergétique en réalisant des travaux de rénovation. Ainsi, vous pouvez obtenir des aides sous forme de prime, bon d’achat, conseils techniques, etc.

Le montant de la Prime énergie

Le montant de la Prime énergie dépend de plusieurs facteurs :

  • La nature des différents travaux réalisés ;
  • Les caractéristiques du logement et des équipements installés ;
  • La zone géographique (un coefficient est appliqué selon les régions) ;
  • Le niveau de revenus des ménages.

Les ménages aux revenus les plus modestes bénéficient d’un montant bonifié de leur prime pour réaliser leurs travaux de rénovation.

Primes énergie : quelles conditions ?

Voici les critères à remplir pour bénéficier de votre prime :

  • Vous devez être propriétaire ou locataire de votre maison ou appartement ;
  • Il peut s’agir de votre résidence principale ou d’une habitation secondaire. Le logement doit simplement avoir plus de 2 ans d’ancienneté ;
  • Les travaux doivent être éligibles aux CEE (isolation, installation d’un système de chauffage, d’une pompe à chaleur, d’un équipement de ventilation…) ;
  • Vous devez faire appel à un artisan RGE (Reconnu garant de l’environnement) pour vos travaux.

Les primes « Coup de pouce »

Les primes « Coup de pouce » sont également des aides sous forme de Certificats d’économies d’énergie (CEE), mais avec des conditions plus spécifiques :

  • La prime « Coup de pouce isolation », de 20 € par m² d’isolant posé pour des travaux d’isolation de combles perdus et de toiture pour les ménages modestes. Pour tous les autres ménages, la prime est de 10 € par m².
  • La prime « Coup de pouce chauffage », si vous remplacez votre ancienne chaudière à charbon, à fioul ou à gaz (hors modèles à condensation). Vous pouvez ainsi obtenir de 2 500 à 4 000 € selon vos revenus pour l’installation d’un chauffage à énergie renouvelable (pompe à chaleur, chaudière à bois, etc.). De 500 à 1 200 € pour un poêle à bois ou pour une chaudière à condensation ou de 50 à 100 € par radiateur électrique installé.
  • La prime « Coup de pouce thermostat avec régulation performante », de 150 € pour l’installation d’un thermostat programmable.
  • La prime « Coup de pouce rénovation globale », si vous réalisez au moins 55 % de gain énergétique pour votre maison ou au moins 35 % d’économies si vous vivez dans un immeuble collectif.
undraw_calculator_1.svg
Estimez le montant de votre prime Coup de Pouce gratuitement
Attention

À partir du 1er juillet 2021, la pose d’une chaudière à condensation ou de radiateurs électriques ne permettra plus d’obtenir cette aide. Par ailleurs, à compter du 1er juillet 2022, la prime « Coup de pouce isolation » sera également supprimée.

Les aides de l’Anah

Anah : quelles aides pour des travaux en 2021 ?

Les propriétaires bailleurs, occupants, et les copropriétaires peuvent obtenir des subventions dans le cadre du programme « Habiter Mieux sérénité ». Ces aides sont proposées et encadrées par l’Anah (Agence nationale de l’habitat). Ce dispositif permet de financer un projet de rénovation globale de votre logement là où MaPrimeRénov’ ou la plupart des autres aides concernent des actions de rénovation plus indépendantes.

Le montant des aides de l’Anah pour vos travaux

Le montant des aides du programme Habiter Mieux varie selon projet et selon votre niveau de ressources.

  • Pour les propriétaires occupants, la subvention peut couvrir de 35 à 50 % du prix total de vos devis, plafonnée à un coût de travaux de 30 000 €. Une prime de 10 % du montant des travaux s’ajoute aux aides, dans la limite de 3 000 € pour les ménages très modestes et de 2 000 € pour les ménages modestes ;
  • Pour les propriétaires bailleurs, la subvention permet de couvrir 25 % du montant des travaux dans la limite de 750 €/m² (le logement ne peut dépasser 80 m²). La prime est de 1 500 € par logement.

Quelles conditions pour bénéficier des aides de l’Anah ?

Pour obtenir vos subventions, il faut que votre logement soit achevé depuis plus de 15 ans et vous ne devez pas dépasser les barèmes de revenus de l’Anah. Par ailleurs, vos travaux doivent conduire à une baisse de votre consommation d’énergie de 35 % minimum et être réalisés par un professionnel RGE (Reconnu garant de l’environnement).

Bon A Savoir

Vous pouvez cumuler les bonus « Sortie de passoire » et « Bâtiment Basse Consommation » (cf. conditions MaPrimeRénov’ plus haut), d’un montant fixe de 1 500 € chacun.

L’éco-prêt à taux zéro

Qu’est-ce que l’éco-PTZ ?

En France, l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) est un prêt à taux nul accordé par l’État. L’objectif est de réduire le coût de vos devis, avec comme finalité l’amélioration thermique de votre habitation. Il s’adresse à tous les propriétaires (bailleurs ou occupants), sans condition de ressources, ainsi qu’aux copropriétaires.

Quels sont les travaux éligibles à ce prêt ?

Il existe 7 catégories de travaux éligibles :

  • Changement de portes-fenêtres et fenêtres donnant sur l’extérieur ; 
  • Isolation des planchers bas ; 
  • Isolation des toitures (combles perdus et rampants) ; 
  • Isolation des murs donnant vers l’extérieur ;
  • Installation d’un mode de chauffage ou de production d’eau chaude performant (pompe à chaleur, chaudière à condensation, etc.) ;
  • Pose d’un système de chauffage écologique (chaudière bois, poêle à granulés, etc.) ;
  • Installation d’un équipement de production d’eau chaude écologique (chauffe-eau solaire, par exemple).

Les travaux de réhabilitation du système d’assainissement non collectif et ceux permettant d’atteindre une performance énergétique globale minimale sont également éligibles à cette aide.

Quel est le montant de l’éco-prêt à taux zéro selon les travaux ?

L’État a fixé des plafonds selon les travaux réalisés :

  • Jusqu’à 15 000 € pour une action seule de rénovation (hors fenêtres) ;
  • Jusqu’à 7 000 € pour le remplacement de vos fenêtres ;
  • Jusqu’à 25 000 € pour la réalisation de 2 des 7 travaux éligibles ;
  • Jusqu’à 30 000 € si vous faites faire 3 travaux ou plus parmi les 7 travaux éligibles ;
  • Jusqu’à 10 000 € pour la réhabilitation du système d’assainissement non collectif.

Comment bénéficier de votre prêt à taux zéro ?

Vous devez remplir les critères suivants pour profiter de ce prêt.

  • Le logement doit avoir été achevé depuis plus de 2 ans et constituer votre résidence principale ;
  • Les travaux doivent avoir été effectués par des professionnels certifiés RGE ;
  • Vous vous engagez à rembourser le prêt dans les 15 ans ;
  • Vous pouvez demander un deuxième éco-PTZ dans les 5 ans suivant l’émission du premier, à condition que le montant des 2 prêts ne dépasse pas 30 000 euros.

Le chèque énergie 

Qu’est-ce que le chèque énergie ?

Le chèque énergie est une aide de l’État en faveur des foyers les plus démunis. L’aide peut aussi bien être utilisée pour payer vos factures d’énergie que pour financer des travaux de rénovation énergétique (isolation thermique, équipement de chauffage ou de production d’eau chaude, etc.).

Quel est son montant de cette aide ?

Le montant varie selon vos revenus et selon la composition de votre ménage. Vous obtiendrez au minimum 48 euros, et au maximum 277 euros.

Les conditions pour obtenir l'aide

Pour profiter du chèque énergie, votre revenu fiscal de référence annuel ne doit pas dépasser 10 700 euros par unité de consommation (UC). Dans un ménage, une personne correspond à 1 UC, une deuxième personne à 0,5 UC, et chaque personne complémentaire compte pour 0,3 UC.

Vous n’avez aucune démarche à effectuer : le chèque énergie vous est automatiquement envoyé si vous êtes éligible. Pour l’utiliser, il vous suffit de le donner au professionnel ayant réalisé des travaux de rénovation énergétique chez vous.

La TVA à taux réduit

Certains travaux font l’objet d’une TVA à 10 % ou 5,5 % qui s’applique sur le montant total du devis (matériel + pose). Le logement concerné peut être votre résidence principale ou secondaire, louée ou occupée à titre gratuit. Les travaux peuvent être à l’initiative du propriétaire bailleur, d’un locataire, du propriétaire occupant, d’un syndicat de copropriétaires, d’une société civile immobilière ou encore d’un occupant à titre gratuit.

Quels sont les travaux concernés par la TVA réduite ?

Il existe 3 catégories de travaux :

  • Les travaux d’amélioration, de transformation, d’aménagement ou d’entretien (TVA à 10 %) ;
  • Les travaux de rénovation ou d’amélioration énergétique (TVA à 5,5 %) ;
  • Les frais induits, liés aux travaux d’amélioration énergétique (TVA à 5,5 %).

Quelles conditions pour obtenir une réduction de TVA ?

Si vous souhaitez bénéficier de la TVA réduite, il faut que votre maison ou appartement soit achevé depuis plus de 2 ans. Votre résidence doit être destinée à un usage d’habitation. Pour les travaux d’un montant de plus de 300 euros, vous devez remplir une attestation simplifiée de TVA, à remettre à votre artisan avant la facturation.

Aides pour vos travaux en 2021 : les autres solutions

Voici d’autres aides possibles pour le financement de vos travaux.

  • Aides Action logement : Action Logement propose des aides et des prêts pour les salariés du secteur privé réalisant des travaux d’amélioration, d’agrandissement ou de rénovation énergétique ;
  • Les différentes aides locales : les collectivités locales (région, département, commune) peuvent vous aider à financer vos travaux, sous conditions de ressources et d’éligibilité des travaux. Les conditions et les démarches varient d’une collectivité à l’autre ;
  • La CAF (Caisse d’allocations familiales) peut vous apporter une solution intéressante de prêt ;
  • Certains mutuelles, organismes de retraite, ou associations (« Les anciens combattants », par exemple) peuvent également vous aider.