Cheminée

Conseils pour un projet d’installation de cheminée

13 octobre 2020
Poêles et cheminées
Sommaire

À l’approche de l’hiver, vous rêvez du crépitement d’un feu de cheminée, de la chaleur réconfortante des flammes. Pourquoi ne pas envisager l’installation d’une cheminée à la maison ? Vous avez besoin de conseils pour passer du rêve à la réalité ? Découvrez quelle cheminée vous conviendrait le mieux, en tant que chauffage principal ou d’appoint, et quelle énergie choisir. Ootravaux répond aux questions essentielles à se poser avant d’installer une cheminée.

Une cheminée chez moi, est-ce possible ?

Les possibilités d’installation d’une cheminée chez vous

Si vous vivez en maison, rien ne vous empêche d’installer une cheminée dans votre pièce principale. La mise en œuvre de votre cheminée sera évidemment plus simple si vous disposez déjà d’un conduit de fumées. Dans le cas contraire, vous pouvez envisager d’en faire construire un par un professionnel expérimenté. Si vous ne le souhaitez pas, vous avez toujours la possibilité d’opter pour une cheminée à gaz qui ne nécessite pas d’évacuation spécifique.

La question peut en revanche se compliquer si vous vivez en appartement puisque vous devez obtenir l’autorisation de votre copropriété avant de créer un conduit. En outre, certaines communes imposent des règles strictes. À Paris et dans la « zone sensible pour la qualité de l’air » en Île-de-France, des normes d’émissions et de rendement doivent être respectées.


Une cheminée : pour quoi faire ?

L’utilisation que vous comptez faire de votre cheminée va déterminer le type de cheminée. Elle peut être utilisée de différentes façons :

  • En cheminée d’agrément : elle vous permettra d’animer votre intérieur et servira ponctuellement lors de petits événements à la maison.
  • En chauffage d’appoint : cette cheminée complétera votre chauffage central, notamment en périodes de grands froids. Cette solution permet de chauffer plus rapidement, et de façon temporaire, votre pièce.
  • En chauffage principal : seule la cheminée réchauffera votre intérieur, elle deviendra donc votre chauffage central.
Astuce

Pour votre projet d'installation de cheminée, n'hésitez pas à demander des conseils et avis à des professionnels spécialisés. Vous pouvez par exemple entrer en contact avec des artisans, chauffagistes, directement via des plateformes en ligne spécialisées dans les travaux, comme Ootravaux.

Quelle différence entre cheminée à insert et cheminée à foyer fermé ?

La cheminée à insert

L’insert pour cheminée correspond au dispositif intégré dans une cheminée à foyer ouvert. Ce système permet de fermer l’âtre et ainsi d’accroître considérablement le rendement de la cheminée. Avec un rendement de 15 % tout au plus, une cheminée à foyer ouvert ne permet pas de chauffer l’intérieur d’une maison, pas même une pièce dans certains cas. Heureusement, beaucoup de vieilles cheminées peuvent être rénovées avec des inserts. Encastré dans une cheminée à foyer ouvert, l’insert fait passer le rendement de la cheminée à 80 % et plus.

Plus concrètement, l’insert est composé d’un bloc de fonte qui joue le rôle de chambre de combustion. Fonctionnant avec des bûches, des granulés ou encore du gaz, le dispositif constitue un système performant qui permet de chauffer les petites maisons ou de venir en relais d’un autre système de chauffage dans les grandes habitations. Il s’agit d’une excellente solution pour rénover écologiquement une cheminée existante sans avoir besoin d’installer un nouveau système de chauffage. Rapide à mettre en place, l’insert apporte également un confort thermique de qualité, ainsi qu’une certaine sécurité, à son utilisateur. Malgré tous ces bons points, il est tout de même important de préciser que certaines cheminées ne sont pas compatibles avec les inserts, et ce, pour des raisons de dimensions et/ou de configurations.

Quel prix pour l'installation d'un insert de cheminée ?

La cheminée à foyer fermé

À la différence de l’insert qui s’encastre dans une cheminée à foyer ouvert, le foyer fermé peut être installé en même temps que la cheminée. Si les deux systèmes fonctionnent sur un principe équivalent et affichent un rendement similaire, leur mise en œuvre diffère. Autrement dit, la principale différence entre un foyer fermé et un insert se trouve au niveau de leur installation. Un foyer fermé sera la solution idéale pour des travaux de construction, alors qu'un insert sera plus adaptée pour des travaux de rénovation. Aujourd’hui, la majorité des cheminées construites intègrent un foyer fermé. Plusieurs raisons expliquent ce plébiscite :

  • le pouvoir d’inertie : le foyer fermé permet une diffusion durable de la chaleur ;
  • la sécurité : l’âtre est fermé par une vitre qui limite le risque d’accident ;
  • la propreté : la propagation des cendres et des poussières est quasi-nulle ;
  • le confort : la diffusion de la chaleur reste homogène ;
  • l’économie de combustible : la combustion du bois dure plus longtemps…

La cheminée à foyer fermé présente cependant quelques inconvénients :

  • son coût : il s'annonce relativement élevé ;
  • son entretien : la vitre nécessite un nettoyage régulier et il faut penser à ramasser fréquemment les cendres ;
  • sa nécessité de vigilance : le gaz de combustion peut plus rapidement atteindre de hautes températures.
Attention

Pour tous, avoir une cheminée avec un conduit requiert un ramonage professionnel, gage de sécurité. Un ramonage annuel est obligatoire, mais il arrive que certaines mairies ou Conseils départementaux augmentent cette fréquence à 2 fois par an. Le prix d’un ramonage pour une cheminée traditionnelle au bois oscille généralement entre 50 et 60 € (1).

Chauffage d’appoint ou chauffage principal avec une cheminée ?

Vous pouvez utiliser une cheminée à insert ou à foyer fermé en chauffage principal pour votre intérieur. Dans les régions aux hivers froids ou dans les grandes maisons, une cheminée est plutôt utilisée en chauffage d’appoint, en complément d’un chauffage au gaz, comme une chaudière à condensation, ou d’un chauffage électrique, par exemple.

Sachez également qu’une cheminée à insert peut être équipée d’un répartiteur de chaleur. Souvent installé dans les combles, cet appareil électrique est une solution efficace pour chauffer le reste de la maison.

Quelles sont les normes et réglementations pour l’installation d’une cheminée ?

L’installation ou la rénovation d’une cheminée par un professionnel est régie par plusieurs normes NF DTU (Document technique unifié) concernant les conduits d’évacuation des fumées. Chaque type de cheminée, selon sa source d’énergie, a besoin d’un conduit spécifique.

Il existe également des réglementations concernant l’arrivée d’air dans la pièce où la cheminée est installée, l’isolation du mur pour une cheminée murale, le revêtement du sol, la partie extérieure de la cheminée...

Notez que la norme RT2012 (Réglementation thermique 2012) permet l’installation d’une cheminée à foyer fermé ; mais, si c’est le système de chauffage principal de la maison, elle doit répondre à plusieurs critères. Il faut notamment une automatisation de l’arrêt du chauffage. Les cheminées et poêles à gaz le permettent.

Un installateur professionnel RGE (Reconnu garant de l'environnement) peut évaluer la conformité de votre conduit d’évacuation des fumées, et vous fournir des conseils sur l’appareil ou le système de chauffage idéal, en rénovation ou en neuf. Vous aurez un devis correspondant à vos besoins.

Conseils pour le choix d’un combustible de cheminée

Une cheminée à bois

Le bois, source d’énergie très économique, ne pollue pas. Mais une cheminée à bois reste, pour autant, parfois contraignante (acheter du bois, le stocker, lancer le feu, nettoyer...). Le rendement s’avère très bon avec une cheminée à foyer fermé, et des inserts très puissants (près de 20 kW). Notez qu’une puissance de 10 kW environ suffit à une maison de 100 m².

Une cheminée à granulés

Solution écologique, les granulés coûtent cependant plus cher que les bûches. Un insert à granulés demande du stockage, et un entretien régulier. Une cheminée à granulés est souvent plus performante qu’une cheminée à bûches, avec un système autonome et connecté. Elle peut faire un peu de bruit. Le design est classique ou contemporain.

Une cheminée à gaz

S’il s’avère économiquement intéressant, le gaz naturel ne fait pas partie des énergies renouvelables. Les cheminées à gaz demandent peu d’entretien, et imitent bien le feu de cheminée traditionnelle. La cheminée à gaz offre un excellent rendement. La puissance et la programmation de ces cheminées en font une bonne solution de chauffage principal.

Une cheminée à bioéthanol

Extrêmement écologique, le bioéthanol coûte beaucoup plus cher que le bois. Un entretien simple, mais régulier est nécessaire. Les cheminées éthanol sont très design, mais peu puissantes. Certains modèles servent de chauffage d’appoint pour une pièce ou un petit intérieur, mais la cheminée éthanol n’est pas considérée comme un chauffage.

Quelle puissance pour une cheminée ?

La puissance est un critère de choix capital pour l’installation d’une cheminée, comme de tout autres systèmes de chauffage. Un installateur professionnel peut faire un diagnostic pour votre projet, et estimer la puissance idéale pour votre intérieur afin de vous présenter un devis adapté. Les calculs de puissance par rapport à la surface à chauffer sont identiques à ceux du poêle à bois : 1 kW de puissance pour 10m2 de surface à chauffer. Mais ils ne donnent qu’une indication puisqu’ils doivent être pondérés par d’autres paramètres tels que l’isolation du logement, la région d’habitation, le vitrage, l’étage...

Quels travaux pour installer une cheminée ?

Les travaux d’installation peuvent être importants pour une cheminée à foyer fermé (maçonnerie, conduit). Un appareil comme un poêle demande généralement moins de travaux. La pose d’un insert de cheminée en rénovation est une opération simple pour un professionnel, et au prix fréquemment plus avantageux qu’un poêle à granulés, par exemple.

Si le conduit existant n’est pas adapté au raccordement de l’insert cheminée, il faut prévoir des travaux appelés « tubage ». Parmi les travaux courants pour une cheminée à bois, vous pourriez aussi avoir besoin de refaire l’isolation ou l’enduit du mur sur lequel la cheminée sera adossée. Des travaux d’isolation peuvent en effet être nécessaires s’il est recouvert d’un matériau combustible comme le papier peint ou le lambris. Un conduit d’évacuation des fumées n’est pas toujours nécessaire pour une cheminée à gaz, et une cheminée à éthanol n’en a pas besoin.

Quel budget pour une installation de cheminée ?

Pour vous faire une idée du budget à prévoir pour l’installation de votre future cheminée, voici un tableau récapitulatif selon le type de modèle :

Type de cheminée

Prix moyen en € (fourniture et pose) 

Cheminée à foyer ouvert

Entre 1 200 à 6 500 €

Cheminée à foyer fermé

Entre 1 600 à 7 000 €

Insert à bûches

Entre 1 000 à 2 500 €

Insert à granulés

Entre 1 000 à 8 500 €

Cheminée à gaz

Entre 1 600 à 5 500 €

À l’installation, il est important de budgétiser le coût annuel représenté par le combustible utilisé. Tenez compte également des aides financières quand vous comparez des devis de cheminées ! Les cheminées à bois et granulés permettent de bénéficier d’aides, dont la prime énergie et MaPrimeRenov’ (anciennement Crédit d’impôt pour la transition énergétique).

(1) Prix constatés sur les sites de professionnels spécialisés.

À lire aussi

Haut de page