Chauffage - Poêle à bois

Les questions à se poser avant d'installer un poêle

01 octobre 2020
Poêles et cheminées
Sommaire

Envie d’installer un poêle chez vous ? Si ce système de chauffage se révèle avantageux, il s’agit de se poser les bonnes questions en amont ! Vous faut-il un poêle à bois ou un poêle à granulés ? Votre maison réunit-elle les critères nécessaires à l’installation ? Ootravaux vous dit tout sur les différents types de poêles existants, leurs avantages et inconvénients. Retrouvez également des conseils pour comparer leurs prix et bien évaluer votre budget travaux. Connaître les caractéristiques de chaque type d’appareil vous permettra ensuite de demander des devis d’installation de poêle et de bien les comparer !

Quelles conditions pour avoir un poêle chez vous ?

Le conduit d’évacuation des fumées

Les poêles utilisés comme système de chauffage central et en chauffage d’appoint, fonctionnent avec un conduit d’évacuation des fumées. Si votre logement dispose d’un conduit inutilisé, faites vérifier sa compatibilité avec l’appareil que vous souhaitez installer, et effectuez les travaux d'adaptation ou de rénovation nécessaires. Si ce n’est pas le cas, il faudra le créer. Positionnez-le alors dans un espace central, dégagé, pour que la chaleur puisse se répandre facilement dans votre logement.

Les critères répondent à des normes de sécurité strictes, différentes de celles relatives à un conduit de cheminée, notamment pour le diamètre, la géométrie du conduit, sa résistance à la chaleur ou encore son étanchéité.

La ventilation de la pièce

L’installation d’un poêle à bois ou à granulés s’effectue dans une pièce suffisamment ventilée et obligatoirement près d’une entrée d’air, pour une évacuation des fumées optimale. Il est également nécessaire de prévoir une aération derrière le poêle et près du sol. A noter que certains modèles de poêle peuvent afficher des conditions de pose encore plus précises.

Si vous disposez déjà d’un système de ventilation (VMC), les entrées d’air peuvent être utilisées, mais il est parfois indispensable de les modifier. Notez cependant qu’un poêle à granulés étanche n’a pas besoin d’entrée d’air et convient à une maison avec VMC.

Les exigences de sécurité

Pour installer un poêle, un professionnel respecte plusieurs exigences de sécurité. Certains revêtements combustibles, comme les parquets en bois, la moquette ou les sols stratifiés, ne sont pas compatibles avec ce système de chauffage. Des petits travaux peuvent être nécessaires, comme pour surélever l’appareil, isoler le mur de la pièce d’installation, ou respecter les distances de sécurité avec le mur ou les meubles.

Quelle puissance et quel rendement choisir pour un poêle ?

La puissance d’un poêle s’exprime en kilowatts (kW). Le rendement d’un poêle est le rapport entre sa production d’énergie et celle dont il a besoin pour fonctionner. Pour repère, une cheminée à insert (récente) a un rendement de 70 à 80 % environ (15 % maximum pour une cheminée à foyer ouvert).

Plus vous avez de surface à chauffer, plus il vous faut un poêle puissant, mais cela dépend beaucoup de l’isolation de votre maison. Tenez également compte de l’emplacement du poêle dans la pièce. Installer un poêle au centre d’une pièce est efficace pour répartir la chaleur.

Quelques repères pour le chauffage d’une maison de 100 m2 :

  • maison récente et très bien isolée : un poêle d’environ 7 kW pourrait suffire ;
  • maison moyennement isolée : un poêle d’environ 10 kW serait plus adapté ;
  • maison mal isolée : il faut plutôt un appareil d’environ 12 kW.
Astuce

Pour connaître précisément le niveau d’isolation de votre logement, faites réaliser un Diagnostic de performance énergétique (DPE). En fonction de la classe de performance (entre A et G), vous saurez vers quelle puissance de poêle vous orienter pour bénéficier du meilleur confort thermique possible.

Quels sont les avantages et les inconvénients des différents types de poêles ?

Le poêle à granulés

Réputé pour son rendement (80 à 90 %), le poêle à granulés est un appareil programmable et autonome. C’est un système de chauffage propre, qui permet d’importantes économies d’énergie. Vous pouvez bénéficier d’un crédit d'impôt de 30 % pour l’installation d’un poêle à granulés.

Les granulés sont un combustible peu onéreux (environ 5 € les 15 kg pour plusieurs heures) et dont le stockage est facile. Ils sont toutefois plus chers que le bois. Les poêles à granulés ont besoin d’électricité et sont un peu bruyants. Ils conviennent mieux en chauffage d’appoint, sauf pour le poêle canalisable.

Les prix sont plus élevés que pour les poêles à bois. Un devis d’un poêle à granulés, installation comprise, va de 1 800 € à 7 000 € environ (1). Demander plusieurs devis vous permettra d’estimer le coût des travaux. C’est moins cher si vous avez déjà le conduit adapté !

Quel prix pour l'installation d'un poêle à granulés

Le poêle à bûches

Chauffage d’appoint, le poêle à bûches, ou poêle à bois, coûte moins cher à l’achat et à l’utilisation. Il offre souvent un meilleur rendement qu’une cheminée, mais légèrement moins bon que le poêle à granulés.

Silencieux et ne nécessitant pas d’électricité, il demande à être rechargé plus souvent. Un avantage important est la possibilité de couper votre bois. Installation comprise, les devis pour un poêle à bois traditionnel vont de 300 à 2 500 € environ (1).

Bon A Savoir

Le poêle de masse, qui est un modèle particulier de poêle à bûches, constitue un mode de chauffage principal. Son principe ? Stocker et restituer lentement la chaleur accumulée dans des matériaux accumulateurs comme la pierre ollaire, la brique ou la céramique.

Le poêle à gaz

Un poêle à gaz ne nécessite pas d’acheter et de stocker du combustible. Très rapides à chauffer, ces poêles ne demandent pas d’entretien, et ont parfois des thermostats réglables. Ils utilisent hélas des énergies fossiles. Les prix sont globalement inférieurs à ceux des autres poêles. Comptez entre 100 et 500 € (1) pour vous équiper.

Attention

Mal entretenu ou utilisé à mauvais escient, le poêle à gaz peut s’avérer dangereux. Intoxication au monoxyde de carbones ainsi que les explosions consécutives à des fuites de gaz font partie des principaux risques encourus.

Quel matériau choisir pour le revêtement de votre poêle ?

Après avoir choisi le type de poêle (bûches, granules ou gaz), vous devez maintenant vous pencher sur une question tout aussi importance : le revêtement de votre futur modèle. Ootravaux vous dresse un bref récapitulatif des possibilités qui s’offrent à vous.

Le poêle en fonte

Vous pouvez faire installer un poêle en fonte pour ses performances optimales de restitution de la chaleur pendant de longues heures. Ce sont les poêles les plus chers à l’achat, mais ils sont extrêmement robustes. Sans compter la pose, les prix oscillent entre 350 et 5 000 € environ (1). Un devis vous précisera le coût de pose.

Le poêle en acier

Avec des prix moins élevés que ceux des poêles en fonte, le poêle à bois ou à granulés en acier est le plus répandu. Convenant comme poêle à bois en appartement ou à l’étage d’une maison en complément d’une cheminée, un poêle en acier chauffe vite, mais restitue moins longtemps la chaleur, car il n’y a pas d'accumulation de chaleur. Les prix d’entrée de gamme débutent à 300 € environ et peuvent s’envoler très largement en fonction du système de combustion, de la puissance ou encore du rendement.

Le poêle en pierre ollaire

Un poêle en pierre ollaire diffuse longtemps la chaleur. Ce sont des poêles à accumulation : la chaleur monte lentement, mais l’inertie est durable. Les premiers prix sont d’environ 2 000 à 3 000 € hors pose (1).

Le poêle céramique

Le poêle en céramique chauffe moins vite que le poêle en acier. Il a une meilleure inertie, mais loin des performances du poêle en pierre ollaire. Moins robuste, un poêle en céramique a toutefois une esthétique unique. Pour le prix hors pose, comptez minimum 1 500 à 2 000 € (1).

À qui s’adresser pour l’installation de votre poêle ?

L’installation d’un poêle demande de faire appel à un installateur certifié RGE (reconnu garant de l'environnement) pour le respect des normes de sécurité, et pour pouvoir bénéficier du crédit d’impôt. Pour trouver le professionnel qu’il vous faut, vous pouvez faire fonctionner le bouche-à-oreille ou démarcher les artisans situés près de votre lieu de résidence. Vous pouvez également utiliser une plateforme en ligne, comme Ootravaux, qui vous mettra en relation avec des installateurs.

Avant les travaux, le professionnel contrôle le conduit d’évacuation, et peut vous conseiller sur l’appareil selon le chauffage déjà installé à la maison, ou les spécificités de la pièce.

(1) Prix observés sur les sites de professionnels.

Haut de page