Construction d'une maison en parpaings

Prix d’une construction de maison en parpaing : ce qu’il faut savoir

20 octobre 2020
Types de construction
Sommaire

Très populaire pour sa robustesse, son faible coût et sa facilité de mise en œuvre, le parpaing est un matériau idéal pour la construction de votre maison. Mais, avant de lancer votre projet, vous voulez faire le point sur le prix de construction d’une maison en parpaing ? Ootravaux vous dit tout sur les paramètres qui déterminent le montant de votre projet, les prix de chaque type de parpaing, mais aussi les aides pour réduire les coûts.

Ce qui fait varier le prix de la construction d’une maison en parpaing

Le prix d’une maison en parpaings dépend d’un certain nombre de paramètres. Seul un devis précis peut vous donner le prix de construction de votre maison en parpaing.

  • Surface : le parpaing étant le principal matériau de construction de votre maison, plus la surface de celle-ci est grande, plus le nombre de parpaings sera important, et plus le coût des matériaux sera élevé.
  • Forme : la forme de votre maison a un impact sur le prix de construction. La maison traditionnelle rectangulaire ou carrée est la plus simple à mettre en œuvre. En revanche, les maisons en H ou en T sont plus techniques, et font grimper le prix des travaux de maçonnerie, surtout lorsqu’il est nécessaire d’adapter le terrain au préalable. Le nombre d’étages est également un paramètre important : les maisons à étages sont plus chères que les maisons de plain-pied, car elles nécessitent des fondations capables de supporter un poids supérieur. Toutefois, elles sont idéales pour gagner en surface habitable lorsque le terrain est limité. D'autres éléments sont à prendre en compte dans votre budget, comme la forme de la toiture et les matériaux de couverture.
  • Fondations : votre maison en parpaings peut avoir plusieurs types de fondations (radier, semelle filante ou isolée) dont le prix varie. Plus les fondations sont profondes, plus elles alourdissent votre budget.
  • Terrain : un terrain difficile d’accès pour les camions et les engins de construction a tendance à augmenter le prix d’une maison en parpaing. Le terrassement préalable à la construction de la maison influe aussi sur le montant des travaux, en fonction de la surface, de la profondeur, et des difficultés rencontrées (défrichement, déchets, sol rocailleux ou boueux, etc.) sur le chantier.
  • Constructeur : les constructeurs de maisons individuelles et les maîtres d’œuvre tels que les architectes déterminent librement leurs tarifs. Les honoraires d’un architecte sont plus élevés, mais vous permettront de construire une maison plus personnalisée. Comptez un budget de 1 000 à 1 500 euros / m2 (1) pour recourir à un constructeur et 2 000 à 5 000 euros / m2 (1) pour faire appel à un architecte. L'architecte peut aussi dessiner les plans de votre maison pour un budget compris entre 2 000 et 5 000 euros (1).
  • Région : il existe des variations de prix en fonction des régions. Le tarif est plus élevé d’environ 20 % en Région parisienne, dans le sud de la France et dans le Grand Est.


Bon A Savoir

Si votre future maison dispose d’une superficie supérieure à 150 m2, vous devez obligatoirement faire appel à un architecte. Or, les conseils et les services d’un architecte augmentent le budget de vos travaux.

Zoom sur les différents types de parpaings

Le prix de construction d’une maison en parpaing est aussi fortement influencé par le type de parpaing utilisé. Le parpaing, ou BBM (bloc de béton manufacturé) existe en effet sous différentes formes et tailles. Le choix du type de parpaing se fait en fonction des contraintes techniques et des normes de construction.

  • Le bloc creux : ce parpaing permet la réalisation d’un mur porteur ou non. Il s'utilise aussi en extension verticale (rehaussement de toiture). En forme de parallélépipède, il est doté d’alvéoles carrées ou rectangulaires. Ses dimensions sont variables (500x200x250 mm, 500x200x200 mm, 500x150x200 mm ou encore 600x200x200 mm). Il coûte 1 à 1,50 euro la pièce (1).
  • Le bloc d’angle : aussi appelé bloc poteau, il est utilisé pour la construction des murs porteurs et des chaînages verticaux. Ce type de parpaing est doté d’une alvéole plus grande, ronde ou carrée, pour faire passer une armature métallique. Il existe des modèles en angle à 45°. Vous en trouverez à un prix compris entre 1 et 2,50 euros la pièce (1).
  • Le bloc linteau : avec un profil en U qui permet de recevoir une armature, le bloc linteau est utilisé en maçonnerie pour réaliser un chaînage horizontal, notamment au niveau de la partie supérieure des ouvertures. Il est généralement de taille similaire à celle du bloc creux. Un bloc linteau coûte entre 2,30 et 2,60 euros (1).
  • Le bloc à bancher : aussi appelé bloc de coffrage, ce type de parpaing permet de réaliser rapidement des murs de soutènement ou de coffrages perdus en maçonnerie. Sa forme creuse lui permet de recevoir des armatures en ferrailles sur lesquelles du béton sera coulé afin de solidifier l’ouvrage. Chaque bloc possède une longueur de 500 mm, et une hauteur qui varie entre 200 et 250 mm. Son prix est compris entre 2,30 et 2,80 euros (1).
  • Le bloc de jambage : ce type de parpaing dispose d’un côté à la surface lisse, pour la réalisation des ouvertures et des angles. Il est conçu pour être divisé facilement en 2 blocs. Il coûte entre 2,50 et 2,80 euros (1).
  • Le bloc plein : plus dense, ce parpaing a une résistance accrue. Il est donc utilisé pour la construction des soubassements, des sous-sols. Il a un prix moyen de 2,50 euros (1).
  • Le bloc perforé : semblable au bloc plein, ce type de parpaing est doté de trous pour faire passer des armatures telles que des ronds à béton. Comme le parpaing plein, il est réservé à la réalisation des soubassements. Il coûte entre 2,50 et 3 euros (1).
Bon A Savoir

Il existe aussi le parpaing en bois (bois vie bloc) : ce nouveau matériau écologique est composé de bois recyclé. Empilés comme des parpaings ordinaires, les blocs en bois sont vissés ou cloués. Ils ont l'avantage d'être faciles à mettre en œuvre, et d'offrir une isolation performante. Ils conviennent aussi bien à la construction de maisons économes en énergie qu'aux projets d'extension ou de garage.

Quel prix pour une maison en parpaing ?

Il est difficile de construire une maison avec un seul type de parpaing. Certains modèles de blocs seront nécessaires pour assurer la solidité de la construction. Un grand nombre de parpaings creux sont utilisés pour monter les murs, et un plus petit nombre de parpaings spécifiques (bloc linteau, bloc plein, bloc de jambage, etc.) pour la réalisation des points sensibles (soubassement, sous-sol, ouvertures). 

Murs en parpaings : à quel prix ?

Un mur de 1 m2 nécessite environ 10 parpaings. Le prix d’un mur en parpaing creux sera donc compris entre 10 et 15 euros / m2 (1). La construction d’un mur plus solide avec des parpaings pleins ou perforés, notamment pour le sous-sol ou le soubassement d’une maison à étages, peut coûter entre 25 et 30 euros / m2 (1). Le prix de la construction d’une maison en parpaing est compris entre 600 et 2 000 euros / m2, en considérant le projet dans son ensemble. Comptez en effet 600 euros / m2 (1) pour une maison en parpaing qui inclut gros œuvre (murs, plancher…) et mise hors d’eau (menuiseries extérieurs, toiture…) et 2 000 euros / m2 (1) pour une maison rectangulaire livrée clé en main. Par rapport à une maison traditionnelle en parpaings de béton, le prix moyen d'une maison en parpaings de bois est 10 à 15 % moins élevé, puisque ces matériaux permettent de réduire les coûts d'isolation.

Quel budget prévoir pour la construction d’une maison ?

Prix de construction d’une maison en parpaing : le coût de la main-d’œuvre

Le professionnel du bâtiment chargé de construire les murs de votre maison en parpaing est le maçon. La pose des parpaings, ou maçonnerie, est une tâche rigoureuse. Les choix du type de parpaing, des armatures, et bien sûr l'assemblage des blocs avec un mortier (eau, sable et ciment) pour la construction de murs parfaitement droits nécessitent des compétences et de l’expérience. La facturation peut être à l’heure, au forfait ou au mètre carré. La pose d’un mur en parpaing (main-d’œuvre et fournitures nécessaires à l’assemblage des blocs) vous coûtera entre 40 et 100 euros / m2(1). Un maçon peut vous facturer entre 35 et 65 euros de l’heure HT (hors taxes) (1). À ces tarifs s’ajoutent les frais de déplacement (généralement au forfait), les frais de livraison des matériaux sur le chantier, et la TVA (5,5 %, 10 % ou 20 % selon le type de travaux). Un artisan peut adapter son tarif en fonction de la complexité des travaux de maçonnerie et des difficultés présentes sur le chantier. Demandez des devis à plusieurs maçons pour faire jouer la concurrence.

Les avantages et les inconvénients d’une maison en parpaing

En France, le parpaing conserve toujours la préférence des constructeurs de maisons neuves même s’il est talonné de près par la brique. Ce matériau de construction est très apprécié pour les avantages qu'il offre :

  • il a un coût limité (moins cher que la brique notamment) ;
  • il résiste aux intempéries et à l’usure, offrant une bonne longévité aux maisons ;
  • il résiste au feu, c’est pourquoi une maison traditionnelle en parpaing ayant subi un incendie peut être rénovée plutôt que démolie, contrairement à la maison à ossature bois ;
  • il est facile à mettre en œuvre pour un maçon professionnel ;
  • il résiste aux catastrophes naturelles telles que les séismes et les fortes tempêtes.

Le parpaing n’est toutefois pas dénué d’inconvénients :

  • il est peu isolant sur les plans thermique et phonique, en comparaison avec les maisons à ossature bois ou en brique, et entraîne donc des dépenses supérieures en énergie ;
  • il a une forme qui empêche la construction de maisons aux formes complexes.

Quelles aides pour financer les travaux de construction d’une maison en parpaing ?

Votre budget est serré ? Vous pouvez réduire le prix de la construction de votre maison en parpaing grâce à des aides.

  • Le prêt à taux zéro (PTZ) : l’État vous propose un prêt à taux zéro, remboursable en 20 à 25 ans, pour financer la construction de votre maison en parpaing. Ce prêt doit être cumulé à d’autres prêts, il ne pourra pas financer un projet dans sa totalité. Pour être éligible à ce prêt, vous ne devez pas dépasser un certain plafond de ressources (variable en fonction du nombre d’occupants de la maison et de la localisation de celle-ci). Le montant du prêt est également plafonné selon ces mêmes caractéristiques ; il sera prêté au minimum 100 000 et au maximum 345 000 euros.
  • La participation de l’employeur à l’effort de construction (PEEC) : anciennement appelé 1 % logement, ce dispositif est un investissement versé par les employeurs pour aider les salariés à devenir propriétaires. Un employeur doit consacrer au moins 0,45 % des rémunérations versées pendant une année sous forme d’investissements pour la construction de maisons pendant l’année suivante. Cette aide peut prendre la forme d’investissements directs, de prêts à taux réduits, ou de versements à un organisme collecteur agréé.
  • L’exonération de taxe foncière : si vous faites construire une maison en parpaings, vous êtes éligible à une exonération de taxe foncière pendant 2 ans. Pour en bénéficier, vous devez transmettre une déclaration d’achèvement de construction dans les 90 jours suivant la fin des travaux à votre centre des finances publiques.
  • Le prêt d’accession sociale (PAS) : l’État a mis en place le PAS pour aider les ménages modestes à construire leur résidence principale (occupée pendant au moins 8 mois par an). Votre plafond de ressources dépend de la localisation du logement. Ce prêt, remboursable sur 5 à 30 ans, peut financer la totalité de votre projet de construction de maison en parpaing, et peut être cumulé avec d’autres prêts comme le PTZ.
  • Le dispositif Pinel : si vous construisez une maison en parpaing dans le cadre d'un projet locatif, vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt (12 %, soit 2 % par an si vous vous engagez à la louer pendant 6 ans, voire plus pour un engagement de location plus long). La maison doit respecter la réglementation thermique 2012 (être économe en énergie), et être louée comme une habitation principale. D’autre part, le loyer ne doit pas dépasser un certain plafond et les ressources du locataire doivent également respecter des plafonds définis. Attention : ce dispositif ne sera plus valable pour les maisons à partir du 1er janvier 2021.

(1) Prix observés sur les sites des professionnels.

À lire aussi

Haut de page