Toit plat : isolation et étanchéité

Isolation d'un toit plat : tout ce qu’il faut savoir

07 juillet 2020
Toit-terrasse
Sommaire

Qu’il soit plat ou en pente, le toit représente le premier poste de déperditions thermiques d’une maison. Le toit-terrasse, bien isolé, dispose des mêmes performances thermiques, voire acoustiques qu’un toit en pente. En revanche, si l’isolation est mal positionnée, ou pas adaptée au revêtement d’étanchéité, des désordres peuvent survenir : apparition d’humidité dans le toit, tâches sur le parement intérieur, voire des fuites. Il est donc impératif de bien respecter les règles de l’art pour garantir la qualité de l’isolation, et ainsi réaliser des économies d’énergie. Mais quelles sont les spécificités du toit plat ? Quelles techniques ou quels matériaux peut-on employer ? Quel budget prévoir pour ces travaux et de quelles aides pouvez-vous bénéficier ? Ootravaux fait le tour de la question pour vous aider à bien comprendre comment isoler un toit plat. 

L'isolation d'un toit terrasse : un indispensable 

Les toitures plates (toits-terrasses) sont de plus en plus présentes dans les habitations. Que ce toit soit sur un garage accolé à la maison, une extension type véranda, une pièce de vie, ou bien le toit principal de la maison, il est important de ne pas créer une rupture dans l’isolation du bâtiment. Il est impératif de bien isoler le toit afin de maintenir la chaleur en hiver, ou d’éviter que l’habitation se transforme en four en été par forte chaleur. Un toit plat bien isolé, en respectant les règles de pose, sans pont thermique, permet aussi de limiter les pertes énergétiques liées au chauffage, et de réduire par conséquent votre facture d’énergie. 

Bon A Savoir

Un pont thermique est une zone de déperdition thermique, pouvant être occasionné par une rupture d’isolation ou l’absence d’isolation à un endroit dans le mur ou le toit. Il est important de les limiter afin d’améliorer la performance thermique de l’isolation du bâtiment.

L’isolation du toit plat dépendra aussi beaucoup de la structure du toit ou de l’élément porteur, support de l’isolation : bois, béton ou métal, l’isolation devra être adaptée au type de charpente employée. 

Bon A Savoir

L’élément porteur est la partie supérieure du bâtiment, dans le toit plat, qui va constituer le support du revêtement d’étanchéité, mais aussi souvent de l’isolation, qui supportera elle-même la membrane d’étanchéité.

Les techniques d'isolation des toits-terrasses

Pour isoler une toiture plate, il faut distinguer 3 techniques d’isolation. 

  • Isolation de la toiture par l’intérieur (appelée aussi “toiture froide”) : dans cette configuration, l’isolant est placé sous l’élément porteur (support de l’isolation et la membrane d’étanchéité). Celui-ci reste donc exposé aux conditions extérieures. Pour éviter tout phénomène de condensation, et donc une dégradation de l’isolant voire de la charpente, il est impératif de réaliser une ventilation entre l’isolant et l’élément porteur. Un point qui rend cette technique très contraignante. Ce phénomène de condensation est généré lorsque l'air intérieur chaud et humide traverse l'isolation thermique et se condense au contact de la couche froide de l'étanchéité ou de l’élément porteur. Par ailleurs, cela peut aussi affecter la hauteur sous plafond restante, si la charpente n’a pas été prévue suffisamment haute. Cette technique est en général employée lors de rénovation de pièces, souvent des garages, dont la destination est modifiée pour créer une pièce habitable supplémentaire, comme une chambre par exemple.
  • Isolation de la toiture par l’extérieur : dans le cas de cette technique, aussi appelée “toiture chaude” ou “isolation inversée”, l’isolant est placé dans son intégralité à l’extérieur, sur le support porteur, en bois, en béton ou en métal. L’avantage de cette technique est de protéger la structure porteuse (charpente) des conditions climatiques. Aussi, il n’y a pas de ruptures dans l’isolation thermique du toit, puisque celle-ci recouvre toute la surface du toit-terrasse. Autre avantage, elle permet de gagner en hauteur sous plafond, puisque la charpente peut rester visible et nue. C’est la technique privilégiée par les professionnels de l’étanchéité. Elle permet de mettre en place en même temps l’isolation et le revêtement d’étanchéité (membrane).
Bon A Savoir

Pour une efficacité renforcée, un pare-vapeur est souvent placé sous l’isolant. 

  • Isolation dite des 2/3 – 1/3 : cette technique, dérivée de l’isolation inversée, consiste à placer 2/3 de la résistance thermique de la toiture à l’extérieur, et 1/3 à l’intérieur. Cette technique permet de cumuler les avantages de la toiture froide et de la toiture chaude (isolation inversée), de supprimer les ponts thermiques, mais aussi de garantir une bonne isolation contre la chaleur de l’été.
Bon A Savoir

La résistance thermique (R) est la capacité du matériau à résister au chaud ou au froid. Plus R est élevé, plus le produit est isolant. R augmente avec l’épaisseur choisie. Pour un toit-terrasse, on préconise un R supérieur à 4,5 m².K/W pour garantir une bonne isolation. Il s’agit d’un élément indispensable pour bien comparer les matériaux isolants. 

Quel isolant pour un toit-terrasse ?

Le toit-terrasse peut être inaccessible, accessible aux personnes, avec des dalles sur plots par exemple, ou végétalisé. Dans tous les cas, l’isolant et le revêtement d’étanchéité devront être choisis en conséquence afin de garantir qu’il n’y ait aucune infiltration d’eau. 

Il existe plusieurs types d’isolants pour les toits-terrasses, souvent adaptés à l’élément porteur mis en place (support en bois, béton ou métal) et au revêtement d’étanchéité choisi (membrane bitumineuse, synthétique, PVC ou résine liquide) : 

  • mousse polyuréthane ;
  • laine de roche ;
  • laine de verre ;
  • polystyrène expansé ; 
  • polystyrène extrudé ;
  • panneau de fibre de bois. 

Selon la destination de la pièce, les isolants privilégiés ne seront pas les mêmes. 

  • Pour un garage par exemple, il sera nécessaire que l’isolant soit résistant au feu, comme la laine de roche.
  • Pour le toit d’une pièce habitée, on privilégiera la performance acoustique des isolants types  laine de verre, laine de roche ou fibre de bois.
  • Pour garantir une performance thermique optimale et donc des économies d’énergie, tout en limitant l’épaisseur de l’isolant, on choisira des panneaux de mousse polyuréthane, ou de polystyrène extrudé qui ont les meilleures performances thermiques (conductivité thermique λ ou lambda). 


Quel budget prévoir et quelles aides éventuelles pour isoler un toit-terrasse ?

Le budget pour isoler une toiture plate varie selon le type d’isolant choisi, l’épaisseur mise en place (plus l’isolant est épais, plus il est cher), mais aussi de la surface du toit.

  • Les panneaux de mousse polyuréthane peuvent coûter entre 20 et 50 € par m². Cela va dépendre de l’usage du toit-terrasse, car cet isolant peut être revêtu d’un papier kraft classique (si le revêtement d’étanchéité est protégé par des dalles sur plots ou de la végétalisation), d’un parement aluminium (protégeant du soleil, si l’étanchéité est apparente) ou bitumée (si le revêtement d’étanchéité est soudé à l’isolant).
  • Les panneaux de laine de roche isolants peuvent coûter entre 15 et 30 € par m² selon qu’il soit nu ou revêtu d’un parement bitumineux comme la mousse polyuréthane. Le prix varie aussi selon la densité de la laine de roche, qui peut se décliner en panneaux très résistants, pour le passage de personnes dessus.
  • Le polystyrène expansé sera l’isolant le moins coûteux, entre 10 et 20 € par m², mais il n’est pas adapté à certains systèmes d’étanchéité (EPDM par exemple).
  • Le polystyrène extrudé se situera entre 20 et 30 € par m².
  • Les laines de verre et fibre de bois restent encore plus rares pour une utilisation en toit-terrasse, et leur tarif peut s’en trouver affecté en conséquent, avec une fourchette de 30 à 50 € par m².

A cela s’ajoute le coût de la main d’œuvre. En général, le tarif horaire d’un professionnel de l’étanchéité peut varier entre 40 et 60 € par m².  Tous ces éléments devront être bien mentionnés et identifiés dans le devis fourni par le professionnel. 

> Comprendre et comparer un devis d’isolation de toit plat 

De nombreuses aides financières (prime, subvention…) sont à votre disposition pour vous aider à isoler votre toit-terrasse. La plupart d’entre elles nécessitent que vos travaux soient effectués par un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) :

  • Les aides des fournisseurs d'énergie (dispositif des Certificats d’économie d’énergie CEE), peuvent aller jusqu’à 20 €/m². 
  • Les subventions de l’Anah (Agence nationale de l’habitat), peuvent atteindre jusqu’à 100 € par m².
  • La prime MaPrimeRénov, qui remplace le CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique) qui devrait disparaître début 2021, pouvant atteindre 20 000 €.
  • L'éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ), un prêt à taux d’intérêt nul.
  • Les aides des collectivités locales : régions, départements, intercommunalités ou communes.
  • Pour l’ensemble des travaux d’isolation de la toiture-terrasse, le taux de TVA est réduit à 5,5 %, dès lors qu’il s’agit d’une rénovation.

Vous pouvez cumuler plusieurs de ces aides. En revanche, faites-vous préciser par le professionnel les démarches à entreprendre, car celui-ci peut éventuellement prendre en charge certaines d’entre elles, ou vous remettre les documents nécessaires à l’obtention de ces aides avant le début des travaux.