Toit plat : isolation et étanchéité

Isolation d'un toit plat : tout ce qu’il faut savoir

07 juillet 2020
Isolation de toiture
Sommaire

Qu’il soit plat ou en pente, le toit représente le premier poste de déperditions thermiques d’une maison : son isolation est donc primordiale ! Toutefois, pour isoler une toiture-terrasse, des précautions particulières sont à prendre afin d’éviter des problèmes d’étanchéité. En effet, un isolant mal placé ou non adapté peut générer un excès d’humidité et de la condensation. Quelles techniques employer ? Quel prix prévoir ? Quelles aides existent ? Avec Ootravaux faites réaliser vos travaux plus sereinement !

L'isolation d'un toit-terrasse : un indispensable 

Les toitures plates (toits-terrasses) sont de plus en plus présentes dans les habitations modernes. Que vos travaux concernent le toit d’un garage, d’une véranda, d’une pièce de vie, ou bien votre toit principal, son isolation doit être parfaite et continue avec le reste de votre maison. C’est ainsi que vous parviendrez à maintenir la chaleur de votre chauffage en hiver et à préserver votre confort en période de canicules. Un toit plat isolé dans le respect des règles de pose, et donc sans pont thermique, est gage d’efficacité énergétique. Ainsi, vous réalisez de précieuses économies d’énergie.

undraw_engineers_1.svg
Réalisez vos travaux d'isolation

Avec les artisans Ootravaux

Bon A Savoir

Un pont thermique est une déperdition thermique occasionnée par l’insuffisance ou l’absence d’isolation à des endroits très localisés (généralement, dans les angles de murs et aux jonctions de toiture et de dalle).

Les techniques d'isolation des toits-terrasses

La méthode de pose pour l’isolation de votre toit plat est à choisir selon votre type de toiture. Dans le cas d’un toit-terrasse, la structure porteuse (qui sert souvent de support pour l’isolation) peut être constituée de différents matériaux : bois, béton ou métal. Vous devez donc connaître le type de charpente de votre maison avant de prévoir son isolation. Pour éviter les mauvaises surprises, au préalable demandez à un professionnel de venir contrôler l’état de votre toit.

Pour isoler une toiture plate, 3 techniques d’isolation sont habituellement proposées.

L’isolation d’une toiture-terrasse par l’intérieur

L’isolation de la toiture par l’intérieur, appelée aussi « toiture froide », consiste à placer l’isolant sous l’élément porteur (support de l’isolation et de la membrane d’étanchéité). Pour éviter tout phénomène de condensation, et donc une dégradation de l’isolant voire de la charpente, il est impératif de réaliser une ventilation entre l’isolant et la structure porteuse. Un point qui rend cette technique très contraignante. Ce phénomène de condensation est généré lorsque l’air intérieur chaud et humide traverse l’isolation thermique et condense au contact de l’élément porteur, qui lui est froid ! Si votre toit est une dalle ou un bac acier, ce risque d’humidité est encore plus grand, car ce type de matériaux ne laisse pas migrer librement la vapeur d’eau. C’est pourquoi l’ADEME (l’Agence de la transition écologique) déconseille cette méthode.

L’isolation de la toiture-terrasse par l’extérieur

Dans le cadre d’une isolation de la toiture par l’extérieur, appelée également « toiture chaude » ou « isolation inversée », l’isolant est placé au-dessus du support porteur (en bois, béton ou métal). Un des avantages de cette technique est que l’isolant sert de support à l’étanchéité et protège ainsi la structure porteuse (charpente) des aléas climatiques. D’autre part, l’isolation thermique du toit est optimisée, car elle est posée sans discontinuité en recouvrant l’intégralité du toit-terrasse. Autre avantage, vous conservez votre hauteur sous plafond. Parfois, la charpente peut alors rester visible et nue. C’est la technique privilégiée par les professionnels de l’étanchéité. Elle permet de mettre en place en même temps l’isolation et le revêtement d’étanchéité (membrane).

L’isolation de toiture-terrasse, avec la méthode des 2/3 – 1/3

La technique d’isolation dite des 2/3 – 1/3 est une technique dérivée de l’isolation inversée. Elle est désormais largement utilisée, car elle permet plus facilement de respecter les dernières normes de construction (« RT 2012 »). Elle consiste à placer 2/3 de la résistance thermique totale de l’isolation du côté extérieur, et les 1/3 restant du côté intérieur. Cette méthode permet de cumuler les avantages de la toiture froide et de la toiture chaude (isolation inversée), de supprimer les ponts thermiques, mais aussi de garantir une bonne isolation contre la chaleur de l’été. Pour une efficacité renforcée, un pare-vapeur scotché est placé sous l’isolant.

Devis isolation toit-terrasse : le guide complet

Bon A Savoir

La résistance thermique (R) est la capacité du matériau à résister au chaud ou au froid. Plus R est élevé, plus le produit est isolant. R augmente avec l’épaisseur choisie. Pour un toit-terrasse, le R préconisé doit être supérieur à 4,5 m².K/W pour garantir une bonne isolation. Il s’agit d’un élément à toujours vérifier sur vos devis pour mieux comparer les matériaux isolants entre eux.

Quel isolant pour un toit-terrasse ?

Le toit-terrasse peut être inaccessible, accessible aux personnes, avec des dalles sur plots par exemple, ou végétalisé. Dans tous les cas, l’isolant et le revêtement d’étanchéité devront être choisis en conséquence afin de garantir qu’il n’y ait aucune infiltration d’eau.

Le choix du type d’isolants pour les toits-terrasses doit être compatible avec la structure porteuse de la toiture (support en bois, béton ou métal) et avec le revêtement d’étanchéité choisi (membrane bitumineuse, synthétique, PVC ou résine liquide) (1).

  1. Pour isoler un toit plat accessible aux voitures, il faut privilégier un isolant très résistant à la compression de type verre cellulaire ou perlite fibrée.
  2. Pour isoler un toit plat accessible aux personnes, le polystyrène extrudé ou expansé, le polyuréthane, les mousses phénoliques et certaines laines minérales (laine de roche ou laine de verre, en version panneau semi-rigide) sont adaptés.
  3. Pour isoler une toiture inversée, seul le polystyrène extrudé peut convenir.

Dans tous les autres cas, la visite d’un professionnel sur place est nécessaire.

Quel budget prévoir pour l'isolation de votre toit-terrasse ?

Le budget pour isoler une toiture plate varie selon le type d’isolant choisi, son épaisseur, mais aussi selon votre surface de toit :

  • Le polyuréthane coûte entre 20 et 50 € par m². Le prix de produit est élevé, mais celui-ci se distingue par son très faible coefficient lambda. En d’autres termes, vous avez besoin de moins d’épaisseur pour obtenir la même résistance thermique. Par exemple, 10 à 12 cm de polyuréthane équivaut à 16 à 20 cm de laine de verre. Autre avantage, cet isolant existe en panneau très dense, adapté pour les toits-terrasses accessibles ;
  • Le polystyrène expansé est l’isolant le moins coûteux, entre 10 et 20 € par m², mais il n’est pas adapté à certains systèmes d’étanchéité (EPDM par exemple) ;
  • Le polystyrène extrudé, dont le prix est d’environ 20 à 30 € par m². Ultra compressé, il résiste à des poids élevés ;
  • La laine de roche ou de verre, leur coût est abordable, entre 15 et 30 € par m². Le prix varie aussi selon la densité de la laine minérale disponible en panneau compressé très résistant ;
  • La fibre de bois. Elle ne s’utilise que dans certains cas bien précis et obligatoirement avec un pare-vapeur (membrane d’étanchéité à l’air). Son tarif varie dans une fourchette de 30 à 50 € par m².

À cela s’ajoute le coût de la main-d’œuvre. En général, le tarif horaire d’un professionnel de l’isolation des toits-terrasses est compris entre 40 et 60 € par m². Tous ces éléments devront être bien mentionnés et identifiés dans le devis de l’artisan.

undraw_calculator_1.svg
Estimez vos travaux d'isolation gratuitement

Quelles sont les aides éventuelles pour isoler votre toit-terrasse ?

De nombreuses aides financières sont à votre disposition pour vous permettre d’isoler votre toit-terrasse plus efficacement, sans trop impacter votre budget de travaux. Pour la plupart d’entre elles, vous devez confier votre projet à un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Par ailleurs, la construction de votre logement (maison ou appartement) doit être achevée depuis plus de 2 ans.

Pour les travaux de rénovation de votre toit-terrasse, vous pouvez bénéficier :

  • Des aides des fournisseurs d’énergie (dispositif des Certificats d’économie d’énergie CEE). Le montant varie selon votre choix de fournisseur. Jusqu’au 30 juin 2022, vous pouvez demander la prime « Coup de pouce isolation » de 10 à 12 €/m², variable selon vos revenus ;
  • Les subventions de l’Anah (Agence nationale de l’habitat). Le programme « Habiter Mieux » encourage les travaux de rénovation permettant d’atteindre au minimum 35 % d’économies d’énergie. Toutefois, cette aide concerne les foyers modestes qui sont propriétaires d’un logement de plus de 15 ans. Ainsi, les « ménages modestes » peuvent obtenir jusqu’à 12 500 €, et pour les « ménages très modestes » ce montant peut atteindre 18 000 € (sur la base d’un maximum de 30 000 € de travaux) ;
  • La prime MaPrimeRénov, qui remplace le CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique) depuis le 1er janvier 2021. La prime, de 15 à 75 € par m² d’isolant posé, est ouverte à tous, mais varie selon vos revenus ;
  • L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ), un prêt à taux d’intérêt nul de 15 000, 25 000 ou 30 000 €, selon le nombre de travaux que vous réalisez. Votre prêt doit être remboursé dans un délai de 15 ans au maximum ;
  • Le taux de TVA réduit à 5,5 %, sur le prix total du devis (matériel et pose) ;
  • Les aides des collectivités locales, régions, départements, intercommunalités ou communes, des caisses de retraite, mutuelles, etc.

Vous pouvez cumuler plusieurs de ces dispositifs, et même bénéficier de bonus pour les projets les plus performants ! En revanche, faites-vous préciser par le professionnel les démarches à entreprendre, car celui-ci peut éventuellement prendre en charge certaines d’entre elles (notamment pour les CEE).

undraw_calculator_1.svg
Estimez le montant de vos aides MaPrimeRénov'

Réussir son toit-terrasse : zoom sur l’étanchéité

(1) Source : les Cahiers Techniques du Bâtiment (CTB).