isolant toiture

Laine, ouate, polyuréthane... : comment choisir l'isolant pour votre toiture ?

27 Mai 2020
Isolation de toiture
Sommaire

Le toit est le premier poste de déperdition de chaleur d’une maison. En isolant celui-ci, que ce soit par l’intérieur, dans les combles, ou par l’extérieur, selon une méthode appelée « sarking », vous pouvez réaliser des économies d’énergie (jusqu’à 30 % de votre consommation d’énergie) et donc réduire vos factures de chauffage, le tout en augmentant votre confort. Ce même isolant peut également vous protéger l’été des fortes chaleurs, ou encore des bruits extérieurs (isolation phonique). Il est donc essentiel de bien penser l’isolation de sa toiture et notamment de choisir un isolant adapté. Pour vous aider à y voir plus clair, voici toutes les informations à connaître sur les différents isolants de toiture (laines, ouate de cellulose, polystyrène…). 

Les critères pour bien choisir son isolant de toiture

Que vous souhaitiez améliorer l’isolation existante de votre maison, éventuellement dans le cadre d’une rénovation ou de travaux plus larges, ou la mettre en place sur une toiture neuve dans le cadre d’une construction, le choix de l’isolant est important. De même, pour que l’isolation soit la plus efficace possible et vous permette des économies d’énergie et de chauffage substancielles et un confort optimal, vous devez penser à la mise en place d’un pare-vapeur efficace. Un professionnel saura tout vous expliquer sur l’importance de cet élément. 

 

Bon A Savoir

Le pare-vapeur est une membrane qui permet d’empêcher le passage et la stagnation de la vapeur d’eau dans les parois de la toiture. Il est placé côté intérieur entre le parement et l’isolant évitant ainsi le phénomène de condensation.

Pour choisir le bon isolant de toiture et évaluer sa performance, vous devez prendre en compte plusieurs critères.

  • La conductivité thermique de l’isolant (λ - lambda) : sa valeur, exprimée en W/m.K, est intrinsèque à chaque isolant. Elle est en général comprise entre 0,020 et 0,045 W/m.K ; plus le chiffre est faible, plus la performance est élevée.
  • La résistance thermique (R) : c’est la capacité du matériau à résister au chaud ou au froid. Plus R est élevé, plus le produit est isolant. R augmente avec l’épaisseur choisie. En toiture, un R supérieur à 6 est préconisé pour garantir une bonne isolation de la maison.
  • L’épaisseur de l’isolant (en cm) : dans des combles aménagés, cette notion est importante, car plus l’épaisseur est faible, plus on gagnera en espace sous toit. On choisira alors un isolant ayant une meilleure conductivité thermique. En comble perdus, on peut augmenter l’épaisseur de l’isolant et atteindre des résistances thermiques très importantes (8 à 10 m2*K/W), quel que soit le lambda du matériau.

Le type de toit va donc avoir une importance dans le choix du matériau : toit en pente, plat (toit-terrasse), combles perdus ou aménagés, chaque isolant aura des caractéristiques plus adaptées à une ou plusieurs de ces configurations de toiture.

 

Bon A Savoir

Après avoir isolé la toiture se pose souvent la question de l’isolation des sols et murs qui représentent 25 % des déperditions d’énergie. 

Les laines pour l’isolation de votre toiture

Laine de verre

La laine de verre est composée d’un mélange de sable et de verre recyclé fusionné à très haute température. L’enchevêtrement des fibres longues obtenues permet de créer un matelas plus ou moins dense, et plus ou moins épais. Plus le produit est dense, plus sa conductivité va être faible, et meilleure sera la performance. On trouve ainsi des laines de verre avec des lambdas allant de 0,030 à 0,040. La laine de verre est aussi bien appréciée pour l’isolation acoustique du toit. De plus, de par ses constituants, la laine de verre n’absorbe pas l’humidité.

Ainsi, pour un R de 6, il faudra compter 24 cm d’épaisseur de laine de verre en lambda de 0,040 ou 18 cm en lambda de 0,030 W/mK.

  • Ses avantages : bon isolant thermique, phonique, la laine de verre est aussi ininflammable, imputrescible, maniable et facile à poser en rouleau ou en panneau, en combles perdus ou aménagés, ou en flocons soufflés pour les combles perdus.
  • Ses inconvénients : cet isolant reste un matériau assez irritant, même si des progrès ont été faits en couvrant celui-ci d’un voile qui protège des fibres irritantes. 

Laine de roche

La laine de roche est un isolant extrait de l'activité volcanique (le basalte) fusionné à très haute température. L’enchevêtrement des fibres courtes obtenues permet de créer un matelas plus ou moins dense, et plus ou moins épais. La conductivité de la laine de roche varie de 0,034 pour la plus performante à 0,045 pour la laine de roche en vrac. Très efficace pour l’isolation acoustique, la laine de roche est surtout réputée pour sa haute résistance au feu, ce qui en fait le matériau privilégié pour isoler les conduits ou hottes de cheminée. Aussi, par ses constituants, la laine de roche n’absorbe pas l’humidité.

Ainsi, pour un R de 6, il faudra compter 27 cm d’épaisseur de laine de verre en lambda de 0,045 ou 20 cm en lambda de 0,034 W/mK.

  • Ses avantages : bon isolant thermique, phonique, la laine de roche est ininflammable, elle résiste à l'humidité mais aussi aux rongeurs. Elle est imputrescible, maniable et facile à poser en rouleau ou en panneau, en combles perdus ou aménagés, voire en sarking.
  • Ses inconvénients : son prix est plus élevé que celui de la laine de verre (15 à 20 € /m²). Il faut également qu’il s’agit d’un matériau assez irritant qui nécessite donc de bien se protéger durant les travaux de construction pour le mettre en place. 

Laine de bois

Le panneau de laine de bois, composé de bois recyclé est souple, semi-rigide ou rigide. Bon isolant thermique et phonique, la laine de bois offre aussi une bonne protection de votre maison contre la chaleur l'été. Sa conductivité thermique varie de 0,036 à 0,038 W/mK.

Ainsi, pour un R de 6, il faudra compter entre 22 et 23 cm d’épaisseur de laine de bois. 

  • Ses avantages : bon isolant thermique et phonique, la laine de bois a aussi la capacité de stocker l’humidité, assainissant ainsi l’atmosphère de la maison. La laine de bois se pose facilement, sans désagrément, et convient parfaitement pour les combles perdus ou aménagés.
  • Ses inconvénients : le prix de la laine de bois est plus élevé que celui de la laine de verre ou de la laine de roche (environ 2 fois plus chère – 20 à 50 € /m² selon l’épaisseur). La laine de bois est aussi sensible au feu, même si certains fabricants rajoutent des produits ignifuges. 

Laine de mouton

Naturelle ou manufacturée, la laine de mouton est particulièrement utilisée pour l’isolation des combles perdus. Présentée en rouleaux, panneaux semi-rigides ou en vrac, la cohésion de la laine est assurée par l’ajout de fibres de polyester. 

Efficace pour l’isolation acoustique et thermique, la conductivité thermique de la laine de mouton varie entre 0,039W/mK à 0,042W/mK. 

  • Ses avantages : renouvelable et durable, la laine de mouton n’est pas toxique en cas d’incendie. 
  • Ses inconvénients : cet isolant a un prix relativement élevé parmi les différents types d’isolants envisageables. 

Laine de lin

L’isolant en laine de lin est issu de fibres non utilisées par l’industrie textile. Les fibres sont liées entre elles par du polyester. Le lin reçoit plusieurs traitements afin, notamment, de prévenir l’apparition de moisissures. Sa conductivité thermique varie entre 0,037W/mK à 0,042W/mK 

  • Ses avantages : la laine de lin est un excellent conducteur thermique et absorbe très bien l’eau. Naturelle, elle n’a aucun effet sur la santé.
  • Ses inconvénients : le prix de la laine de lin est parmi les plus élevés parmi les isolants. Notez également qu’il s’agit d’un matériau inflammable. 

Laine de chanvre

La laine de chanvre est issue de fibres naturelles. Un défibrage mécanique est réalisé ; les fibres sont ensuite liées entre elles grâce à des fibres de polyester. La laine de chanvre est particulièrement appréciée pour ses très bonnes performances en matière d’isolation thermique et acoustique. Sa conductivité est comprise entre 0,039 à 0,045W/Mk.

Cet isolant se présente sous forme de rouleaux, de panneaux semi-rigides ou en vrac.

  • Ses avantages : la laine de chanvre résiste bien aux champignons, insectes… Elle n’a aucun effet sur la santé et n’est pas toxique en cas d’incendie. 
  • Ses inconvénients : comme la plupart des isolants naturels, le chanvre est inflammable. Il faut également avoir à l’esprit que son prix est très élevé (15 à 20 € / m²). 
Bon A Savoir

Ces différentes laines peuvent également être utilisées pour l’isolation des murs et des sols. 

Ouate de cellulose

La ouate de cellulose est constituée d’au moins 85 % de journaux recyclés et de 15 % de sel de bore permettant de protéger l'isolant des rongeurs et empêchant la propagation du feu. Généralement disponible en vrac, la ouate de cellulose convient parfaitement pour les combles perdus. Sa conductivité thermique se situe autour de 0,040 W/mK.

Ainsi, pour un R de 6, il faudra compter 24 cm d’épaisseur de ouate de cellulose. 

  • Ses avantages : sa capacité à isoler du froid mais aussi du chaud, sa facilité de pose et son rapport isolation / prix en font un isolant adapté pour les combles perdus.
  • Ses inconvénients : la ouate utilisée en vrac a tendance à se tasser avec le temps. Il faut donc prévoir une épaisseur plus importante au départ pour avoir l’isolation attendue. Le sel de bore peut dégager une odeur plutôt désagréable (semblable à l’ammoniac) en fonction du degré d’humidité. 

Polyuréthane

Le polyuréthane (PUR) est fabriqué à partir d’un moussage d’agents gonflants à base d’alcool et d’isocyanate, un liquide volatile. Cette expansion est encadrée par 2 parements (généralement en aluminium, ou en papier kraft) qui assurent l’étanchéité à l’air de l’isolant et sa pérennité. Avec un coefficient de conductivité thermique parmi les plus faibles du marché, le polyuréthane apporte une excellente isolation thermique, garantie dans le temps. Son coefficient de conductivité thermique varie de 0,021 à 0,028 W/mK.

Ainsi, pour un R de 6, il faudra compter entre 12 et 17 cm d’épaisseur de polyuréthane, soit la plus petite épaisseur du marché. 

  • Ses avantages : sa performance en matière d’isolation thermique des plus élevées pour une faible épaisseur et sa résistance élevée à la compression en font un isolant idéal pour les toits plats, mais aussi pour le sarking. De plus, il est assez résistant à l’humidité, constituant à lui seul un pare-vapeur.
  • Ses inconvénients : le polyuréthane est toxique s’il prend feu, et polluant par sa composition.

Les polystyrènes

Polystyrène expansé

Le polystyrène expansé est fabriqué à partir de pétrole et s’obtient par polymérisation de billes de styrène avec un agent d'expansion. Les billes alors fabriquées sont soumises à l'action de la vapeur d'eau et vont grossir jusqu'à atteindre un volume 50 fois supérieur à leur volume initial. La structure obtenue est donc majoritairement composée d'air. De couleur blanche ou grise, le polystyrène expansé a une conductivité thermique assez faible, avec un coefficient entre 0,028 à 0,039 W/mK.

Ainsi, pour un R de 6, il faudra compter entre 17 et 23 cm d’épaisseur. 

  • Ses avantages : durable, résistant et léger, il résiste au froid, à la chaleur et à l'humidité. On peut donc l'utiliser dans tous types de configuration : toitures-terrasses, planchers, murs et combles. 
  • Ses inconvénients : tout comme le polyuréthane (PUR), il est toxique s’il prend feu, et polluant par sa composition. C’est aussi un mauvais isolant phonique, qui reste sensible aux rongeurs.

Polystyrène extrudé

Le polystyrène extrudé (XPS) est fabriqué à partir de billes de styrène, qui sont mélangées et extrudées avec un agent gonflant, formant une mousse alvéolaire rigide souvent bleue, violette ou orange. Son coefficient de conductivité est meilleur que celui du polystyrène expansé, variant de 0,028 à 0,032 W/mK. 

Bon A Savoir

Il peut, tout comme la version expansée, être utilisé pour l’isolation des sols et murs. 

Ainsi, pour un R de 6, il faudra compter entre 17 et 19 cm d’épaisseur. 

  • Ses avantages : quasiment insensible à l'humidité, il offre une résistance élevée à la compression et au fluage (perte d'épaisseur irréversible). De meilleure qualité thermique que le polystyrène expansé, il est facile et agréable à travailler. Il est le plus souvent appliqué dans le cas de travaux sur les toits plats.
  • Ses inconvénients : son prix est plus élevé que celui du polystyrène expansé, et il en a les mêmes inconvénients : isolation sonore médiocre, toxicité en cas d’incendie.

Isolant mince réfléchissant

Les isolants minces réfléchissants, appelés aussi isolants multicouches promettent souvent des performances thermiques équivalentes aux matériaux conventionnels pourtant bien plus épais. De 5 à 30 mm d’épaisseur, les isolants minces sont composés de plusieurs couches d’aluminium entre lesquelles sont intercalées d’autres couches qui peuvent être composées de ouate, feutre ou mousses aux compositions variées. En matière d’isolation thermique, l’utilité des isolants minces reste discutable, la résistance thermique R de ces isolants dépassant rarement 1 à 2 m2.K/W certifiée par un ACERMI.

 

Bon A Savoir

La certification ACERMI, uniquement destinée aux isolants thermiques, délivrée par l'Association pour la Certification des Matériaux Isolants, complète le marquage CE, et vérifie que les caractéristiques de performance inscrites sur les emballages par les fabricants d’isolants thermiques soient exactes.

  • Ses avantages : de faible épaisseur, les isolants minces réfléchissants permettent un gain de place considérable par rapport aux autres isolants dits “traditionnels”. Leur utilisation est donc particulièrement adaptée aux combles aménagés. Faciles à poser, ils sont souples, maniables, et s’agrafent simplement à la charpente. Par ailleurs, il ne nécessite pas la pose d’un pare-vapeur.
  • Ses inconvénients : leur prix est élevé et ils ne sont d’aucune efficacité en isolation phonique. Ils sont à privilégier en complément d’isolation.

Les isolants pour une isolation par l'extérieur 

Isoler par l’extérieur du toit a un avantage principal : ne pas réduire l’espace habitable. Cela est donc particulièrement conseillé dans les combles aménagés pour que vous disposiez de tout le confort nécessaire. 

Le sarking peut être l’occasion aussi de procéder à une rénovation de toiture de votre maison en remplaçant des matériaux de couverture abîmés. Il peut aussi venir compléter une isolation existante, ce qui évite des travaux dans les combles déjà aménagés. 

Le choix de l’isolant dépendra donc de ces différents critères. Le plus employé est le polyuréthane (PUR), qui, avec son faible poids et sa performance thermique élevée, évite de surcharger la charpente. On pourra aussi employer la laine de roche ou la laine de bois en panneaux rigides.

Bon A Savoir

Sachez que vous pouvez bénéficier d’aides pour améliorer l’isolation de vos combles. Ces aides financières sont notamment : 

  • Le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ; 
  • L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) ; 
  • Des subventions de l’Anah (Agence national de l’habitat) ;
  • Etc.
À lire aussi