Devis pour un poêle à bois

Devis pour un poêle à bois : tout savoir sur les prix, les modèles, l’installation, et les aides disponibles

16 octobre 2020
Poêles et cheminées
Sommaire

Vous envisagez d’installer un poêle à bois en tant que chauffage principal ou d’appoint pour votre maison ? Si cet investissement s’avère avantageux en matière de rendement et de consommation d’énergie, il est néanmoins important de bien évaluer votre budget. Pour un achat maîtrisé, il faut connaître les principaux critères de choix à prendre en compte ! Ootravaux vous éclaire sur le prix d’un poêle, l’importance des travaux à prévoir, ainsi que sur les aides financières vous permettant d’alléger la note.

Les éléments qui vont impacter votre devis de poêle à bois

Au même titre que pour une chaudière au gaz ou une pompe à chaleur, le devis d’un poêle à bois comporte différents critères qui permettent de mieux cibler votre choix, et ainsi estimer le prix juste de votre équipement et de son installation. En matière d’efficacité ou de rendu de chaleur, quelles sont les différences entre les différents poêles à bois (granulés ou bûches) ? Faut-il préférer une version posée au sol ou suspendue ?

undraw_engineers_1.svg
Réalisez l'installation de votre poêle à bois

Avec les artisans Ootravaux

La combustion d’un poêle à bois : un facteur déterminant

Pour un devis de poêle de masse, à pellets ou à bûches, la principale disparité dans les prix observés tient au procédé de combustion. Ce facteur détermine, entre autres, la puissance et le rendement pour couvrir les besoins de chaleur de votre maison, ainsi que le temps nécessaire pour atteindre la température désirée dans une pièce. Plusieurs catégories se distinguent :

  • Les bûches, utilisées pour les cheminées, inserts ou chaudières. Les bûches sont également compatibles avec différents poêles. La longueur de la bûche est généralement comprise entre 30 et 55 cm. Le prix du stère se situe entre 40 et 120 € (1) ;
  • Les granulés de bois ou « pellets », fabriqués à partir de sciures de bois ou de sous-produits de menuiserie comprimés sous la forme de petits cylindres de quelques centimètres. Ce combustible est plus simple à stocker que les bûches. L’utilisation de pellets permet, par ailleurs, une augmentation plus facile de la chaleur, grâce à une puissance accrue par rapport aux bûches. L’excellent rendement permet une émission très limitée de polluants. Le prix à la tonne varie entre 250 à 310 € (1) livrés ;
  • Les plaquettes de bois forestières, obtenues par le broyage de branches. Les plaquettes bien sèches offrent de très bonnes performances énergétiques et écologiques. Elles distinguent par la production d’une chaleur homogène et rapide pour couvrir le chauffage de toutes les pièces de la maison. Le prix à la tonne des plaquettes se situe entre 40 et 120 € (1) livrés ;
  • Les bûchettes reconstituées, fabriquées par un procédé naturel à partir de copeaux ou de sciures. Les bûchettes constituent une alternative aux bûches puisqu’elles offrent un pouvoir calorifique proche de celui des granulés, soit près de 3 fois supérieur à celui de bûches classiques, en revanche, leur coût est quant à lui 3 fois supérieur. Pour une palette livrée (entre 70 et 100 paquets), il faut compter entre 300 à 350 € (1).

À noter qu’il existe aussi des poêles dits mixtes, qui utilisent aussi bien des bûches que de granulés pour leur fonctionnement. Dans tous les cas de figure, la qualité de combustion d’un poêle à bois détermine la consommation et les performances afférentes. Sachez que ce critère entre en ligne de compte dans l’obtention de certaines aides, comme les subventions de l’Anah ou comme la prime de MaPrimeRénov’ (voir plus bas).

Les travaux liés à la pose d’un poêle à bois

Selon le modèle sélectionné, certains travaux d’aménagement peuvent être nécessaires :

  • La création d’un conduit si le logement n’est pas équipé d’un conduit de fumées ou si l’existant n’est pas exploitable ;
  • Le tubage ou le chemisage du conduit de fumées pour en assurer la parfaite étanchéité ;
  • L’isolation des sols et des murs au niveau de l’emplacement du poêle. En effet, le mur sur lequel celui-ci sera adossé doit être doté d’une protection isolante thermique. De même pour un sol en PVC, ou en parquet, qui peut être protégé par une plaque en acier ;
  • L’adaptation du système électrique, si besoin.
Bon A Savoir

Le bois est considéré comme l’une des solutions les plus durables pour réaliser des économies. Le bilan carbone est neutre, tandis que le prix de ce combustible est soumis à moins de fluctuations que le gaz ou le fioul, par exemple. Il contribue à produire une chaleur homogène dans toute votre maison en conciliant puissance et rendement, qu’il s’agisse de granulés, de bûches ou de plaquettes.

Matériaux, design, usage, technologie : les principaux équipements de poêles à bois

Derrière le terme générique « poêle à bois » se cache en réalité une multitude de modèles et de technologies qui se répartissent en 5 grandes familles :

  • Le modèle à convection naturelle, ce type regroupe les poêles standards en fonte, acier ou encore vitrocéramique qui se composent d’un unique foyer. Il est indiqué pour les petites surfaces, mais ne diffuse pas une chaleur uniforme ;
  • Le modèle ventilé, doté d’un système de ventilation, il diffuse une chaleur mieux répartie et plus homogène. Il permet de chauffer des surfaces moyennes ;
  • Le modèle hydraulique, cet appareil assure une double mission puisqu’il permet de chauffer l’air ambiant par convection naturelle et d’alimenter en eau chaude des radiateurs ou un plancher chauffant ;
  • Le modèle canalisable, il permet de chauffer plusieurs pièces d’une habitation par un circuit d’air chaud soufflé dans des canalisations. Il convient bien pour de grands logements ;
  • Le modèle à accumulation, cet appareil (poêle de masse) est doté d’une grande inertie. La chaleur stockée dans des matériaux accumulateurs, comme la céramique ou la stéatite et est restituée par rayonnement. Il est idéal pour les grandes surfaces.

Installation d'un poêle à bois : le prix à prévoir

Le devis de votre poêle à bois varie selon le type de matériel souhaité pour votre logement (chauffage central, appoint…). Le prix des travaux diffère également selon la configuration de vos pièces intérieures, du volume de chauffe, des difficultés d’accès, ainsi que des raccords et des accessoires à prévoir pour la mise en fonctionnement (tubage, cheminée…).

Combien coûte la pose par un artisan ? En plus de l’achat de l’équipement, quels frais induits et annexes faut-il anticiper sur le devis du professionnel ?

Le poêle à bois : les différents matériaux

Si la fonte et l’acier représentent les matériaux les plus employés pour fabriquer des poêles à bois, d’autres présentent des caractéristiques intéressantes. Petit récapitulatif :

  • Les poêles en fonte, ces modèles possèdent un cachet esthétique design. Ils se démarquent également par leur robustesse. Grâce à une excellente inertie thermique, leur rendement est estimé entre 80 et 95 % ;
  • Les poêles en acier, plus légers que les versions en fonte. Ces derniers séduisent par leur efficacité, car ils sont réputés pour monter rapidement en température. L’acier étant facilement malléable, il offre de nombreuses possibilités en matière de design ;
  • Les poêles en brique réfractaire, utilisées pour tapisser l’intérieur de certains poêles. Ces briques possèdent une excellente inertie ;
  • Les poêles en pierre ollaire, également appelée stéatite. La pierre ollaire est de plus en plus plébiscitée, car elle permet de stocker la chaleur et de la relâcher même lorsque le poêle est éteint.

Type de matériaux

 Fourchette de prix en € (hors pose) 

Poêle à bois en fonte

Entre 500 et 5 000 €

Poêle à bois en acier

Entre 300 et 1 000 €

Poêle à bois en brique réfractaire

Entre 400 et 1 500 €

Poêle à bois en pierre ollaire

Entre 400 et 2 000 €

Pour l’installation de votre futur poêle à bois, comptez entre 500 et 1 000 € (1) selon le type de modèles et la complexité du chantier.

Tout savoir sur le prix de l'installation d'un poêle à bois

Le poêle à bois : les différents types de combustion

Outre les matériaux qui les composent, les poêles à bois se différencient par leur système de combustion, c’est-à-dire la manière dont la chaleur est produite et se diffuse à partir de l’utilisation du combustible. Il existe 3 grands systèmes de combustion :

  • Classique, cette forme de combustion concerne la plupart des modèles traditionnels, voire d’ancienne génération. Le combustible est placé dans un foyer fermé par une porte en vitrocéramique. Le rendement oscille entre 50 et 75 %. Côté budget, le prix moyen fluctue entre 350 et 2 000 € (1) en dehors de la pose.
  • À double combustion, également appelée « post-combustion ». Ce type de poêle dispose également d’un foyer principal, mais ce dernier est doté d’une chambre secondaire qui brûle les gaz émanant de la combustion primaire. En plus d’être plus écologique que le système classique, ce modèle affiche un rendement supérieur à 75 %. Question prix, il faut prévoir 300 et 4 000 € (1) hors pose selon les modèles.
  • À combustion turbo, il fonctionne sur le même principe que le poêle à double combustion à la différence près qu’il est équipé d’un ventilateur qui lui assure une meilleure diffusion de la chaleur. Comptez 500 € (1) pour un poêle turbo de 6,5 kW contre 3 500 € (1) pour un appareil de 19 kW.

D’autres modèles de poêles à bois pour la maison

Il existe d’autres modèles de poêles à bois pour votre maison. Avec l’expertise de professionnels, les devis ainsi obtenus peuvent mettre l’accent sur les systèmes de chauffage suivants ; ces tarifs ne comprennent pas la pose :

  • un poêle suspendu, de 1 000 à 15 000 € (1) ;
  • un poêle « standard », de 300 à 5 000 € (1) ;
  • un poêle encastrable, de 300 à 2 000 € (1).

Synonyme d’économies d’énergie, le chauffage au bois présente donc d’importantes disparités en matière de budget et de prix d’installation. Si vous envisagez la pose d’accessoires, comme des conduits de tubage supplémentaires, prévoyez entre 1 000 et 3 000 € (1) de plus sur le montant de votre devis (1).

Quel est le prix pour la pose d’un poêle à bois ?

Comme pour une pompe à chaleur ou une chaudière au gaz, l’installation de votre poêle à bois se fait généralement par un professionnel ou un artisan expérimenté. Le plus souvent, un chauffagiste. Ce dernier est alors en mesure de réaliser une pose sécuritaire, et de proposer différentes prestations, comme un contrat d’entretien. Il offre aussi de précieux conseils pour une bonne utilisation de votre chauffage, ainsi que son nettoyage. Son expertise est un vrai plus pour vous guider vers la solution avec le meilleur rapport puissance/rendement/économies, selon les spécificités de votre équipement.

Concernant le prix de la main-d’œuvre de votre poêle, vous devez compter entre 500 et 1 500 € (1), hors taxes, pour une pose standard. Tout dépend du prestataire, de son savoir-faire et de son expérience. Cette différence de prix s’explique également par d’éventuelles difficultés d’intervention. Par exemple, la dépose d’une chaudière au fioul, l’installation du circuit de tubage, ou la présence d’une cheminée. En considérant ces estimations dans votre devis, l’intégration d’un poêle à bois suspendu est plus proche des 1 500 € (1), tandis que la pose d’un poêle à bûches se situe aux alentours de 500 € (1).

undraw_engineers_1.svg
Réalisez l'installation de votre poêle à bois

Avec les artisans Ootravaux

Comment réaliser votre demande de devis de poêle à bois ?

Pour obtenir le devis de votre poêle à granulés ou à bûches, vous avez la possibilité de vous aider des plateformes en ligne, comme Ootravaux. Il s’agit d’une première étape pour localiser les professionnels proches de chez vous, capables de réaliser la pose de votre poêle à bois, et également de vous fournir des conseils d’entretien et d’utilisation de votre appareil. En fonction des coordonnées disponibles, la prise de contact peut se faire par mail, formulaire en ligne ou téléphone.

Pour s’assurer que l’entreprise choisie soit en mesure de réaliser les travaux nécessaires pour disposer d’un équipement de chauffage à la bonne puissance et au bon rendement, pensez à évoquer les points suivants pour toutes vos demandes de devis :

  • Expliquer la nature de votre projet et exprimer vos besoins en matière de chauffage : surface au sol à couvrir par pièce, type de logement (étage, plain-pied), conditions de l’environnement extérieur et du climat ;
  • Préciser le lieu d’aménagement envisagé pour les travaux d’installation du poêle à bois (présence d’un conduit d’évacuation des fumées, d’une ancienne chaudière au gaz ou à fioul, etc.) ;
  • Orienter la demande de devis sur plusieurs solutions : poêles à bois en fonte, à bois suspendus, à bûches, poêles de masse, etc. ;
  • S’informer sur le prix global, en considérant le coût de la main-d’œuvre du professionnel et des potentielles solutions de financement et aides financières, comme MaPrimeRénov’, l’éco-PTZ, etc. ;
  • Se renseigner sur les disponibilités de l’entreprise, et confirmer les spécificités de son projet d’installation avec une première rencontre sur place ;
  • Choisir un installateur RGE (Reconnu garant de l’environnement), ainsi votre artisan sera formé aux dernières normes de rénovation.

De même, un chauffagiste ou un artisan expérimenté est en mesure de vous fournir des renseignements sur le prix du bois de chauffage, qu’il s’agisse de pellets ou même de bûches ou de plaquettes. En complément du coût de votre poêle à bois, il s’agit d’un point essentiel pour déterminer au mieux les dépenses annuelles en matière de combustible.

Comment trouver le meilleur installateur de poêle ?

Aides et TVA pour réduire le coût de votre poêle à bois

Pour votre projet, le coût du devis du professionnel peut présenter un investissement moindre si vous avez droit à des aides ou à des solutions de financement. Les dispositifs mis en place par l’État encouragent à rénover ou à améliorer les logements, dans le cadre du « Plan climat », pour concilier un excellent rapport puissance/rendement. Qu’il s’agisse d’un appareil en fonte à bûches ou à granulés, le bois est en effet considéré comme une source de combustion naturelle et écologique. Avec Ootravaux, découvrez les principales aides et subventions à prendre en compte pour l’achat et la pose de votre poêle à bois.

MaPrimeRénov', l’aide qui remplace le Crédit d’impôt

Mise en place depuis le 1er janvier 2020, MaPrimeRénov’ permet de financer une bonne partie du coût de votre poêle à bois. Alors qu’elle se prédestinait plutôt les ménages en situation de précarité, cette aide concerne désormais tous les propriétaires, sans distinction de revenus. Issue de la fusion du Crédit d’impôt transition énergétique (CITE) et de l’aide « Habiter Mieux Agilité » de l’Agence nationale de l’habitat (Anah), cette subvention prend la forme d’une prime.

D’ores et déjà, pour pouvoir bénéficier de cette aide, vous devez :

  • Être propriétaire occupant d’un logement de plus de 2 ans d’ancienneté ;
  • Être copropriétaire d’un appartement ou représentant d’un syndicat de copropriété.

Et à partir du 1er juillet 2021 (nouveauté) :

  • Être propriétaire bailleur ;
  • Être usufruitier ;
  • Être titulaire d’un droit d’usage et d’occupation ;
  • Être preneur d’un bail emphytéotique ou d’un bail à construction ;
  • Être titulaire d’un contrat leur donnant vocation à l’attribution à terme de la propriété du logement ;
  • Être porteur de parts d’actions de société donnant vocation à l’attribution en propriété du logement.

Ainsi, vous pouvez bénéficier de :

  • 1 000 à 2 500 €, pour la pose d’un poêle ou d’une cuisinière à bûches ;
  • 1 500 à 2 500 €, pour la pose d’un poêle ou d’une cuisinière à pellets ;
  • De 500 à 1 500 €, si vous êtes éligible au bonus « Sortie de passoire énergétique ». Dans ce cas, votre logement doit être classé en F ou G (selon étiquette énergie) ;
  • De 500 à 1 500 €, si vous visez une très grande performance, avec le bonus « Rénovation complète » de votre habitation et que vous atteignez la classe énergie A ou B ;
  • De 3 500 à 7 000 €, si vous atteignez un gain sur votre consommation de chauffage d’au moins 55 % (bonus réservé aux propriétaires aux « revenus intermédiaires ou supérieurs ») ;
  • De 150 €, si vous souhaitez être accompagné par un spécialiste du bâtiment.
Attention

Les propriétaires les plus aisés (catégorie des « revenus supérieurs ») ne sont pas éligibles à MaPrimeRénov’. Par ailleurs, vous devez obligatoirement choisir un professionnel RGE (Reconnu garant de l’environnement).

Les subventions du programme Habiter Mieux de l’Anah

Dans le cadre de son programme de subventions, l’Anah (l’Agence nationale de l’habitat) vous fait bénéficier de subventions très incitatives si vous répondez favorablement aux conditions de ressources exigées. Pour les obtenir, vous devez être propriétaire occupant de votre logement. Votre résidence principale doit avoir été construite il y a plus de 15 ans. D’autre part, votre poêle à bois doit vous permettre d’obtenir un gain (en kWh) d’au moins 35 %. En d’autres termes, vous serez obligé de compléter votre projet avec d’autres travaux (isolation, chauffe-eau thermodynamique, etc.).

Avec le programme Habiter Mieux de l’Anah, vous pouvez bénéficier d’une aide de :

  • 50 % du montant de votre devis, plafonnée à 15 000 €, si vous appartenez à la catégorie « propriétaires très modestes » et d’une prime supplémentaire de 3 000 € maximum ;
  • 35 % du montant de votre devis, plafonnée à 10 500 € et d’une prime supplémentaire de 2 000 € maximum ;
  • Des bonus « Sortie de passoire énergétique » et « Rénovation complète »  du dispositif de MaPrimeRénov’ (voir plus haut), mais d’un montant fixe de 1 500 €, toutes deux sont cumulables.
Bon A Savoir

L’Anah propose également un accompagnement financier et technique pour les propriétaires bailleurs.

La TVA à taux réduit, l’aide à la rénovation

Si votre logement a plus de 2 ans d’ancienneté et que vous confiez la pose de votre matériel à un professionnel, vous obtenez automatiquement une TVA à taux réduit à 5,5 %. Il vous suffira de remplir une attestation que votre artisan vous fournira.

L’Éco-prêt à taux zéro, un prêt sans frais bancaire

L’Éco-prêt à taux 0 (PTZ) est un crédit financé par l’État. En effet, vous n’êtes pas redevable du coût des taux d’intérêt que l’État prend à sa charge. Ainsi, vous pouvez bénéficier d’un prêt d’un montant maximum de 15 000 euros pour la pose de votre poêle par un installateur RGE (Reconnu garant de l’environnement). Par ailleurs, votre logement doit avoir au moins 2 ans d’ancienneté.

Les autres aides disponibles

D’autres aides peuvent être également être sollicitées pour votre projet de poêle à bois :

  • La prime « Coup de pouce Chauffage », si vous remplacez une ancienne chaudière à fioul ou à gaz, sans condition de ressources pour l'éligibilité, mais dont le montant varie en conséquence. Vous pouvez ainsi bénéficier de 500 à 800 euros, selon vos revenus ;
  • Les primes énergies ou Certificats d’économies d’énergie (CEE), versées par les fournisseurs d’énergie. Elles se présentent généralement sous la forme d’une aide financière, mais peuvent également être des bons d’achat, des réductions sur facture de combustible ou des conseils techniques ;
  • Des collectivités locales, du Département ou de votre Région ;
  • De votre mutuelle, de votre caisse de retraite, d’association (« Anciens combattants », par exemple), etc.

Les éléments indispensables à retenir pour vos travaux

Afin de bien comparer les prix de votre système de chauffage et la qualité des services, les devis pour votre poêle à bois doivent comporter un certain nombre d’informations. Celles-ci vous permettent de sélectionner votre prestataire selon des critères de choix précis et fiables, notamment pour encadrer l’installation de votre poêle et son entretien, en souscrivant à un contrat spécifique, par exemple. Les éléments indispensables à retrouver dans le devis d’un poêle à bois :

  • Les coordonnées de l’entreprise ;
  • Le prix de la pose et du poêle à bois ;
  • Le tarif horaire ou forfaitaire, avec la distinction des prix hors taxes et TTC et d’éventuelles remises appliquées sur le coût global ;
  • Les différentes prestations proposées, y compris l’entretien périodique de votre poêle à bois ;
  • La date d’émission du devis, pour déterminer sa durée de validité.

S’il est un élément important, le prix de votre poêle à bois ne constitue pourtant pas le seul critère de choix à prendre en compte. Attardez-vous sur également sur le savoir-faire, la disponibilité et la réactivité de l’entreprise qui sera en charge de vos travaux d’installation. Ces points sont à appliquer à l’identique si vous envisagez le remplacement ou la pose d’une pompe à chaleur ou d’une chaudière au gaz pour votre logement. Grâce à l’usage d’un poêle à pellets ou à bûches, vous disposez d’un mode de chauffage performant qui vous permet de réaliser des économies d’énergie et de profiter d’une chaleur homogène dans toutes vos pièces intérieures.

(1) Prix constatés sur les sites de professionnels spécialisés.