Isolation mur

Prévoir l’isolation thermique des murs pour des travaux de rénovation

14 septembre 2020
Isolation
Sommaire

Vous souhaitez réaliser des économies d’énergie en réalisant des travaux d’isolation thermique dans votre logement ? En parallèle de l’isolation des combles et de la toiture, il vous faut aussi intervenir sur les murs. Cette partie de la maison est en effet considérée comme le second pôle de déperdition énergétique. Afin de bien appréhender votre projet de rénovation, Ootravaux vous conseille, et vous informe sur l’importance de l’isolation thermique. Sélection de l’isolant, aides financières, devis, techniques utilisées… Ne laissez rien au hasard pour améliorer votre isolation phonique et thermique.

Rénovation énergétique : l’importance de l’isolation des murs

Tout comme pour les combles, l’isolation des murs et des cloisons est essentielle pour supprimer les ponts thermiques. En fonction du choix de l’isolant et des contraintes techniques de la maison, vous pouvez ainsi réduire de 20 à 25 % les pertes de chaleur.

Pourquoi réaliser un DPE avant de lancer les travaux ?

Afin de déterminer au mieux les possibilités d’isolation et l’ampleur des travaux à prévoir, il vous faut effectuer un diagnostic de performance énergétique ou DPE. Ce dernier est obligatoire pour la vente d’un logement, mais facultatif pour votre projet de rénovation énergétique. Les résultats se présentent sous la forme d’une étiquette sur la consommation d’énergie du logement, classée de A à G ; du plus économe au plus énergivore. Une seconde étiquette estime l’émission des gaz à effet de serre (GES) ; de la plus forte à la plus faible.

Isolants, mise en œuvre, murs et cloisons : les critères pour estimer la teneur des travaux d’isolation thermique

Il est ensuite plus facile de déterminer les possibilités d’isolation phonique et thermique des murs, ainsi que des combles, sur les points suivants :

  • le type d’isolant : laine de verre, laine de roche, laine de bois, panneaux en fibres de bois ou en polystyrène extrudé… ;
  • les zones et les pièces de la maison à traiter en priorité : murs et cloisons, combles… ;
  • la technique utilisée : isolation de la maison par l’intérieur ou par l’extérieur.

En disposant de plusieurs devis qui s’appuient sur ces critères, le coût global de la rénovation et de l’isolation thermique est ainsi plus précis. Le budget dédié à l’isolation des murs peut inclure d’éventuelles aides financières, comme un crédit d’impôt, une prime énergie, ou un éco prêt à taux zéro (éco-PTZ).

Infiltration d’eau, humidité : traiter ses murs pour une meilleure isolation thermique

L’isolation thermique d’un mur dépend également de son état avant le démarrage du projet. Un mur qui présente des problèmes d’humidité ou est exposé à de la vapeur d’eau nécessite des aménagements spécifiques, comme l’intégration d’un pare-vapeur. En intérieur, l’isolation des murs vous demande de porter une attention particulière aux risques d’infiltration de l’eau, et de fissures. Le traitement se fait avant les travaux d’isolation.

Laine de bois, laine de roche, laine de verre… Choisissez le bon isolant thermique ou phonique pour votre maison

Pour des murs intérieurs sains, vos projets de rénovation énergétique s’accordent avec de nombreuses possibilités. Cela passe notamment par le conditionnement des matériaux, en panneaux isolants de laine minérale ou en vrac, par exemple. Le type d’isolant (laine de bois, laine de verre, laine de roche…) fait également partie d’un choix varié. Dans l’éventualité où vous souhaitez isoler des murs avec un défaut de planéité (un mur en pierre ou un mur qui n’est pas droit), Ootravaux préconise la pose d’une contre-cloison ou d’une ossature porteuse. Ce qui permet, entre autres, de veiller à une meilleure résistance thermique.

Les 2 grandes techniques pour des travaux d’isolation performants et durables

L’isolation des murs se fait généralement selon 2 grandes techniques : l’isolation par l’intérieur et celle par l’extérieur. Quelles sont les différences en matière d’isolation phonique et de performances thermiques ? Quel est le prix d’isolation des murs pour ces 2 méthodes ?

L’isolation thermique des murs de la maison par l’intérieur

Abrégé par l’acronyme ITI, l’isolation thermique d’un mur par l’intérieur consiste à réaliser des travaux de rénovation énergétique dans les différentes pièces de la maison. Il peut s’agir de murs porteurs ou non porteurs. L’isolation thermique des murs de l’intérieur se fait généralement avec des panneaux en laine de verre, laine de roche ou de bois. La technique utilisée demeure simple, et les performances constatées sur le plan thermique et l’isolation phonique sont avérées. Selon son conditionnement et sa conception, l’isolant se colle sur le mur, ou se fixe à l’aide d’un système mécanique (clips, visserie…).

Si la surface habitable du logement tend à se réduire modestement, il faut également tenir compte des ouvertures et des raccords de menuiserie dans la réalisation des travaux. Toutefois, l’isolation thermique des murs en intérieur convient si vos murs présentent des irrégularités sur leur surface. D’un point de vue esthétique, isoler vos murs de l’intérieur permet de dissimuler les câbles électriques, ou encore la tuyauterie. En ce qui concerne le prix d’isolation des murs, il se situe entre 30 et 80 €/m² (1), main-d’œuvre et isolant compris.

Isolation des murs par l’intérieur : techniques, avantages et prix

 

L’isolation thermique des murs de la maison par l’extérieur

En parallèle des techniques pour les murs de l’intérieur, l’isolation peut aussi s’effectuer à l’extérieur de la maison. Elle se fait lors d’un ravalement de façade. La suppression des ponts thermiques et des déperditions d'énergie s’avère plus efficace dans la mise en place de ce type de travaux. Il est également plus facile d’isoler la maison sans intervenir sur le plancher, les murs ou les cloisons à l’intérieur.

En contrepartie, l’isolation thermique par l’extérieur (ou ITE) nécessite de remplir certaines formalités administratives auprès de la mairie, comme une déclaration préalable de travaux ou une demande de permis de construire. À l’issue de l'installation, un enduit ou un bardage contre les façades traitées de la maison est appliqué. En suivant cette méthode, le prix d’isolation des murs est estimé entre 100 et 200 €/m² (1) d’isolant, main-d’œuvre incluse.

Isolation des murs par l’extérieur : techniques, avantages et prix

Le choix de l’isolant pour une rénovation énergétique : un point clé

Bien choisir son isolant - laine de bois, polystyrène extrudé ou autre matériau -, est une étape incontournable pour vos travaux de rénovation énergétique. Qu’il s’agisse d'une isolation des murs de l’intérieur, ou d’une mise en œuvre à l’extérieur de votre maison, leurs propriétés respectives sont à prendre en compte, notamment si vous rencontrez des problèmes d’infiltration d’eau.

Les principaux types de matériaux pour l’isolation thermique des murs

On distingue 3 grandes catégories de matériaux isolants pour les murs de la maison. Ceux-ci diffèrent sur plusieurs points, dont la résistance thermique et mécanique, sans oublier les techniques utilisées.

  • les laines minérales : cette catégorie comprend la laine de verre, la laine de roche, ou encore la laine de bois ;
  • les isolants synthétiques : polyuréthane, polystyrène extrudé… ;
  • les isolants dits « biosourcés » : ouate de cellulose, fibre de bois, laine de coton, lin…

Le choix de l’isolant modifie sensiblement l’estimation faite sur les devis pour la réalisation des travaux et le coût des matériaux. À titre indicatif, de la laine de bois, dont l’épaisseur est de 160 mm, coûte environ 16 €/m² (1). Sur les mêmes critères, la laine de roche est tarifée entre 15 et 25 €/m² (1).

Les critères de choix pour sélectionner son isolant pour les murs de la maison

Afin de bénéficier de la meilleure isolation thermique des murs possible, la sélection d’un isolant doit s’appuyer sur d’autres critères que le prix. Parmi les éléments à prendre en compte pour vos travaux de rénovation énergétique, Ootravaux vous invite à vous attarder sur les points suivants :

  • la réduction des pertes de chaleur et des ponts thermiques, voire leur suppression, pour isoler au mieux les murs et les cloisons de votre habitation et réaliser des économies d’énergie ;
  • la tenue de l’isolant et des murs face à l’humidité ambiante et aux risques d’infiltration d’eau. La pose d’un pare-vapeur peut être une solution pratique en complément de l’isolation thermique ;
  • la durée de vie de l’isolant qui préserve ses performances thermiques et ses qualités au niveau de l’isolation phonique ;
  • l’isolation phonique est aussi importante que les performances thermiques pour optimiser le confort domestique de votre habitation.

Comme évoqué précédemment, attardez-vous aussi sur la résistance thermique de l’isolant, ainsi que les facilités de mise en œuvre.

Crédit d’impôt, prêt à taux zéro, prime énergie : les aides pour réaliser l’isolation des murs

Afin d’alléger le prix, l’État et certains organismes proposent des aides financières dédiées aux travaux de rénovation énergétique. L’idée est d’encourager les propriétaires à bien isoler leur habitat, et ainsi réaliser des économies d’énergie grâce à la suppression des ponts thermiques et la réduction des pertes de chaleur.

  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) : cette aide pour isoler les murs de sa maison se traduit par un avantage fiscal qui peut atteindre 30 % du montant total des travaux. Son obtention dépend des revenus du ménage. En cas de non-imposition, un chèque est délivré. Pour être éligible au CITE, il faut également que les travaux soient réalisés par une entreprise certifiée RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), dans une résidence principale de plus de 2 ans.
  • L’éco prêt à taux zéro (éco-PTZ) : autre dispositif pour entreprendre des travaux de rénovation, cette aide est généralement comprise entre 7 000 et 30 000 € pour améliorer les performances énergétiques de la maison ou d’un logement collectif, dont l’isolation thermique des murs ou l’aménagement des combles. Vous devez faire réaliser les travaux par une entreprise certifiée RGE, dans une résidence principale de plus de 2 ans. D’autre part, vous vous engagez à rembourser le prêt en moins de 15 ans.
  • La prime énergie : cumulable avec un crédit d’impôt, elle permet de réaliser l’isolation phonique et thermique de votre habitat. Là encore, il peut s’agir de l’isolation des combles, des murs et des cloisons. Le remplacement d’une chaudière ou d’équipements de chauffage est aussi compris dans le dispositif.
  • La TVA à taux réduit : elle s’applique sur le prix des isolants, ainsi que le coût de la mise en œuvre. Elle passe alors à 5,5 % au lieu de 20 %. Le coût total des travaux doit être supérieur à 300 €. De plus, ces travaux doivent être réalisés par un professionnel qualifié RGE, qui vous fournit une attestation simplifiée de TVA à taux réduit. De plus, l’efficacité énergétique des travaux doit être prouvée. Quant aux travaux d’amélioration, d’entretien ou de transformation, ils bénéficient d’un taux intermédiaire de 10 %. La facturation doit intervenir dans un délai de 3 mois.
  • L’Anah (Agence nationale de l’habitat) accorde également des subventions pour des travaux de rénovation énergétique. Ces aides (Habiter Mieux sérénité et Habiter mieux agilité) sont soumises à conditions de ressources. Le montant dépendra de l’ampleur des travaux réalisés

À terme, le CITE ou crédit d’impôt pour la transition énergétique est amené à être remplacé par le dispositif MaPrimeRénov’. Depuis janvier 2020, les ménages modestes et très modestes peuvent bénéficier de cette nouvelle aide, qui fusionne le CITE et les aides de l’Anah. Toutefois, les travaux réalisés en 2020 par les ménages aux revenus intermédiaires sont éligibles au CITE jusqu’au 31 décembre. À partir du 1er janvier 2021, le CITE sera définitivement remplacé par MaPrimeRénov’.

Ce qui permet d’entreprendre l’isolation thermique des murs, ainsi que l’aménagement des combles à moindres frais. Lors de vos demandes de devis, optez pour un professionnel certifié RGE (reconnu garant de l’environnement), notamment pour bénéficier de la prime énergie.

(1) Prix observés sur les sites des professionnels.