Isolation combles

L’isolation des combles perdus : un prix vite amorti

08 décembre 2020
Isolation de toiture
Sommaire

Saviez-vous que plus d’un quart des déperditions d’une maison dépourvue d’isolation est généré par le toit ? La chaleur émise par votre chauffage élève la température de l’air. En isolant, vous stoppez ainsi son ascension vers l’extérieur. De plus, en conservant l’énergie, vous allégez votre facture et votre confort est préservé.  Mais, comment faire votre choix ? Vous laisser perdus dans votre réflexion serait un comble ! C’est pourquoi Ootravaux vous dévoile le prix d’une isolation au sol de votre grenier. 

Les spécificités des combles perdus impactant l’isolation

Lorsque les combles ne sont pas aménagés ni aménageables, ils sont considérés comme « perdus ». Cet espace sous la toiture est en effet souvent impraticable. C’est le cas notamment d’une charpente industrielle, avec sa forme en W, qui occupe la presque totalité du sol. En principe, l’isolation des combles perdus est simple à réaliser, mais il existe des cas particuliers. C’est pourquoi votre projet doit être préparé en amont pour garantir la performance énergétique de vos travaux d’isolation.

Trouver la bonne méthode en 6 points : 

  • Votre toit est-il équipé d’un écran sous toiture (pare-pluie) ? L’isolant doit être protégé contre les infiltrations d’eau ;
  • Disposez-vous d’une trappe d’accès ? L’isolant peut également être insufflé par l’extérieur (depuis la toiture), en veillant à conserver une parfaite étanchéité du toit après travaux ;
  • Stockez-vous du matériel dans vos combles ? Il est possible d’utiliser un isolant incompressible. Toutefois, votre plancher doit être suffisamment solide. Demandez l’avis d’un professionnel ;
  • Un moteur de VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) et son réseau de gaines sont-ils installés dans vos combles perdus ? Attention à ne pas écraser les gaines avec l’isolation ;
  • Des gaines électriques ou des tuyaux de chauffage traversent-ils le plancher ? L’accès aux boîtes de dérivation ou aux vannes devra être maintenu ;
  • Disposez-vous de conduits d’évacuation des fumées ? Pour éviter tout risque d’incendie, il faut les isoler avec un isolant pare-feu.

Ainsi, vos réponses vous guideront naturellement vers la technique la plus appropriée pour votre isolation de combles perdus. Parlez-en également à votre artisan.

 

undraw_engineers_1.svg
Réaliser vos travaux d'isolation

Avec les artisans Ootravaux

De quoi va dépendre le prix de l’isolation ?

Le prix de l’isolation des combles perdus varie selon la surface de vos combles, le type d’isolant, l’accessibilité et les contraintes techniques (absence de pare-pluie, conduits de cheminée à isoler, etc.). Mais c’est avant tout, la méthode de pose qui va impacter le prix des devis qui vont vous être proposés.

L’isolation des combles perdus par épandage

L’isolation par épandage est une solution rapide à mettre en œuvre en rénovation pour des petites surfaces de combles non aménageables. Elle consiste à :

  1. Scotcher un pare-vapeur entre les poutres ou sur le plancher en bois. Si votre sol est une dalle en béton, cette étape n’est pas nécessaire, car ce type de sol est naturellement étanche à l’air.

  2. Poser des piges (règles graduées) à différents endroits pour contrôler le niveau de l’isolation. Prévoyez une marge, par exemple, une épaisseur de 35 cm de ouate de cellulose donne 30 cm après tassement.
  3. Déverser sur le sol un isolant en vrac (laine de mouton, flocon de roche ou de verre, etc.) en veillant à respecter une certaine régularité.

  4. Égaliser en surface à l’aide d’un râteau.

L’isolation des combles perdus par soufflage

L’isolation par soufflage est la méthode la plus simple à réaliser, surtout pour des combles peu accessibles, non destinés à être aménagés. C’est le même principe de pose que pour l’isolation par épandage, sauf que la mise en œuvre n’est pas manuelle, mais aidée par une cardeuse. Cette machine sert à décompacter l’isolant en vrac avant de l’insuffler partout dans vos combles. Grâce à ce système, l’isolation est homogène dans les moindres recoins. Il faut également prévoir le tassement de ces isolants peu denses. Augmentez donc l’épaisseur de 5 cm environ pour 30 cm d’isolant. Le soufflage peut être réalisé depuis l’espace intérieur ou depuis l’extérieur (par détuilage). Veuillez à ce que le professionnel qui intervient sur votre toiture en assure la parfaite étanchéité après les travaux.

L’isolation des combles perdus par pose au sol d’un isolant souple ou rigide

L’isolation des combles perdus avec un isolant thermique posé au sol nécessite d’avoir un accès à vos combles. Au préalable, faites vérifier l’état et la résistance de votre plafond par un professionnel. En effet, le support doit être solide pour soutenir le poids des matériaux. Le choix des isolants s’effectue selon vos objectifs :

  • Vous souhaitez isoler efficacement votre maison contre le froid avec un isolant bon marché ? La laine de verre ou de roche en rouleaux est idéale ;
  • Vous habitez dans une région chaude et vous voulez également vous protéger contre la chaleur estivale ? La laine de bois ou de chanvre offre une bonne performance énergétique, avec un bon confort d’été ;
  • Vous aimeriez que l’isolant soit compressé pour pouvoir marcher dessus et entreposer des cartons ? Les isolants en panneaux rigides de type polystyrène ou polyuréthane sont incompressibles et nécessitent moins d’épaisseur pour la même efficacité.

La méthode de pose est différente avec un isolant souple (laine) ou rigide (panneaux) :

  • Avec une laine, commencez par dérouler une première couche d’isolant de l’épaisseur des poutres. Placez ensuite une deuxième couche d’isolation dans le sens inverse. En croisant les couches, vous maximisez ainsi les économies d’énergie et vous évitez les ponts thermiques. Si vous disposez déjà d’un plancher dans vos combles, vous pouvez n’y apposer qu’une seule passe d’isolant. Toutefois, pour une bonne performance énergétique, l’épaisseur doit être d’au moins 30 cm ;
  • Avec des panneaux rigides, il faut poser l’isolant directement au sol. La structure doit être solide ou il faudra en créer une nouvelle. Demandez l’avis à des professionnels. Le plancher peut être réalisé à partir de plaques de sol (OSB, Fermacell, etc.). Après avoir recouvert d’isolation toute la surface de vos combles, il faut assurer l’étanchéité avec un joint au mastic sur le pourtour des murs de votre maison.

 

Astuce

Si votre plancher est en bois, commencez toujours vos travaux par l’installation d’un pare-vapeur au sol. Ceci permet d’assurer une bonne étanchéité à l’air.

Quel prix selon le matériau isolant ?

Le choix de l’isolant varie selon ses spécificités et selon la méthode d’isolation. Le tableau ci-dessous vous indique une estimation de prix des matériaux (hors coût de mise en œuvre) pour une résistance thermique de 7 m² K/W, soit de 20 à 30 cm d’épaisseur d’isolant.

Méthodes d'isolation Types d'isolants Prix des matériaux (en euros par m²)
À épandre ou à souffler (en sacs) Laine de verre en vrac De 2 à 5 €
Laine de roche en vrac De 4 à 8 €
Ouate de cellulose De 10 à 20 €
À dérouler sur le sol (en rouleaux) Laine de verre De 7 à 15 €
Laine de roche De 10 à 20 €
Laine de chanvre De 25 à 35 €
Laine de bois De 25 à 40 €
En plaques isolantes incompressibles Polystyrène De 20 à 40 €
Polyuréthane De 30 à 60 €

Le prix de l’isolant thermique pour vos combles perdus varie ainsi de 2 à 60 euros par m².

Quel coût pour l’intervention d’un pro selon la technique privilégiée ?

Le prix de l’installation d’une isolation en combles perdus varie selon la méthode utilisée, le choix de l’artisan et la difficulté de la réalisation (accessibilité, contraintes techniques, etc.).

Coût de l’installation selon le type de pose

Le tableau ci-dessous vous présente des estimations de prix à prévoir pour l’isolation des combles de votre maison. Pour obtenir le coût précis de vos travaux, faites établir un ou plusieurs devis par des professionnels qualifiés.

Types de pose Prix de l'installation (en euros par m²) Prix de l'isolant avec pose (en euros par m²)
Isolation des combles perdus par épandage De 30 à 50 € De 32 à 70 €
Isolation des combles perdus par soufflage De 10 à 15 € De 12 à 35 €
Isolation des combles perdus par laine déroulée De 15 à 20 € De 22 à 60 €
Isolation des combles perdus par pose d’isolants en panneaux rigides De 20 à 25 € De 40 à 85 €

Pour votre projet d’isolation thermique des combles perdus, le prix varie de 12 à 85 euros, selon la technique de pose.

Les aides financières

Si vous confiez vos travaux d’isolation thermique de combles perdus à un professionnel RGE (Reconnu garant de l’environnement), vous pourrez bénéficier d’aides financières intéressantes. Pour connaître votre éligibilité à ces aides, contactez un « conseiller FAIRE ».

Les aides soumises à condition de ressources sont les suivantes :

  • Le CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique), avec une prime de 10 à 15 euros par m². Attention, cette aide disparaîtra au 1er janvier 2021 ;
  • La Prime « Coup de pouce Isolation », avec une aide de 10 à 20 euros par m² ;
  • Le programme « Habiter Mieux » de l’Anah (Agence nationale de l’habitat), avec une subvention de 35 à 60 % sur le montant total de votre devis (plafonné à 20 000 euros de coût de travaux).
  • Les aides d’Action Logement, pour les salariés d’une entreprise privée. Cette aide peut subventionner 100 % du coût de vos travaux (plafonné à 20 000 €).

D’autres aides sont ouvertes à tous, mais leurs montants varient selon vos revenus :

  • MaPrimeRénov’, avec une prime de 7 à 25 euros par m² ;
  • Les Certificats d’économies d’énergie (CEE), avec un avantage financier d’une valeur de 1 000 à 2 500 euros (estimation faite sur la base de 100 m² d’isolant posé au sol, donnée à titre d’exemple).     

 

Isolation de toiture : quelles sont les aides de l'Etat ?

                         

Enfin, il existe des aides à la rénovation des combles perdus, n’hésitez pas à vous renseigner.

  • L’Eco PTZ (éco prêt à taux zéro), avec un prêt de 15 000 € à taux zéro ;
  • Une TVA réduite, à un taux de 5,5 % sur les matériaux et la pose ;
  • Les aides des institutions publiques (mairie, communauté de communes, etc.) ;
  • Les aides des caisses de retraite ou des mutuelles ;
  • Les accompagnements des associations (anciens combattants, par exemple).

Haut de page