Ootravaux

Remplacement d'une chaudière : à quel prix s’attendre pour les devis ?

04 juin 2021
Chaudière
Sommaire

Vous souhaitez effectuer le remplacement de chaudière de votre logement ? Qu’elle soit au fioul, au gaz ou au bois, sachez que le rendement énergétique de votre chaudière chute rapidement en vieillissant. La régulation de la température du chauffage et de l’eau chaude sanitaire s’avère en effet moins efficace avec le temps. Avec Ootravaux, apprenez à estimer le prix de votre nouvelle chaudière et de l’installation par un professionnel. Pour réduire le coût de vos travaux, vous pouvez aussi compter sur des aides financières !

Pourquoi et quand remplacer sa chaudière ?

Remplacement de chaudière : coût et longévité des différents systèmes

Le prix du remplacement d’une chaudière, opération synonyme d’économies d’énergie et de confort, représente parfois un investissement élevé. L’ampleur de certains travaux peut aussi constituer un point de blocage, notamment en ce qui concerne les éventuelles contraintes de raccordement (pour le gaz de ville, par exemple).

Mais, fort heureusement, le changement de votre chaudière n’intervient que de manière ponctuelle ! Qu’il s’agisse d’une nouvelle chaudière au bois, d’une chaudière au fioul ou d’une chaudière à gaz condensation, la durée de vie moyenne d’un système de chauffage central est en moyenne de 10 à 20 ans.

undraw_engineers_1.svg
Réalisez le remplacement de votre chaudière

Avec les artisans Ootravaux

La longévité de votre chaudière est déterminée selon plusieurs facteurs :

  • l’entretien de la chaudière par un professionnel qualifié. Selon le type de contrat, la révision annuelle peut comprendre le remplacement de pièces détachées et l’intervention en cas de panne ;
  • le combustible utilisé pour produire le chauffage et l’eau chaude sanitaire : bûches ou granulés, gaz, fioul ;
  • la durée de fonctionnement de la chaudière : quotidienne ou ponctuelle, selon le niveau de déperditions thermiques de votre maison et selon l’usage recherché (résidence principale ou secondaire) ;
  • le modèle et la marque de votre chaudière susceptibles de déterminer son rendement énergétique, sa puissance et sa consommation d’énergie de chauffage et d’électricité.

En fonction du modèle de chaudière choisie, il faudra prévoir un budget de 1 500 à 18 000 euros (1) pour remplacer votre ancien appareil.

Bon A Savoir

Selon la loi en vigueur, l’entretien d’une chaudière - quel que soit le combustible utilisé (fioul, gaz…) - dont la puissance est comprise entre 4 et 400 kilowatts doit obligatoirement être effectué par un professionnel agréé. Vous venez de faire installer votre chaudière ? Vous devez programmer une visite d’entretien un an après la date d’achèvement des travaux. En plus de faire courir des risques pour la santé des membres du foyer, un défaut d’entretien d’une chaudière est un motif de refus de prise en charge par l’assurance en cas de sinistre.

Anticiper le changement de chaudière

Parmi les symptômes qui présagent le changement imminent de votre chaudière, quel que soit le combustible (gaz, fioul, etc.), portez une attention particulière à la récurrence de dysfonctionnements, y compris au niveau des radiateurs et de la production d’eau chaude sanitaire. Selon le diagnostic observé pour la chaudière, il peut s’agir d’une simple pièce détachée à remplacer ou d’une panne plus importante.

De même, si votre chaudière éprouve des difficultés pour faire monter en température vos radiateurs ou votre plancher chauffant, ne tardez pas à envisager son remplacement ! Pour diminuer de manière significative votre facture d’énergie, il est également intéressant d’envisager des travaux de rénovation énergétique complémentaire (isolation thermique de la toiture, des murs extérieurs, etc.). En plus de réduire votre facture énergétique, vous pourrez opter pour un modèle de chaudière d’une plus petite puissance, et donc moins cher !

Pour réduire le coût de cette rénovation plus globale, de nombreuses aides financières sont disponibles !

Bon A Savoir

Dans le cas d’une location, il incombe au locataire de faire réaliser l’entretien annuel de la chaudière sauf si le bail stipule que cette responsabilité appartient au propriétaire. Si l’équipement tombe en panne à cause d’un défaut d’entretien de la part du locataire, les réparations seront à sa charge. Dans les autres cas, c’est au propriétaire d’assurer le bon fonctionnement de l’installation.

Astuces : comment rallonger la durée de vie de sa chaudière ?

Toutes les astuces pour optimiser le fonctionnement de votre chaudière

Vous repoussez sans cesse le remplacement de votre chaudière au fioul ? Pour continuer à réaliser des économies d’énergie tout en préservant le confort thermique de votre logement, assurez-vous que votre maison profite d’un bon niveau d’isolation. Des travaux de rénovation énergétique sont recommandés pour mieux isoler le bâti depuis l’extérieur ou l’intérieur de votre maison.

Prime énergie, éco-prêt à taux zéro, aides de l’Agence nationale de l’habitat (Anah)… Là encore, il est possible d’obtenir de nombreux avantages financiers !

Utilisation de l'eau chaude sanitaire : comment préserver son installation ?

Pour l’eau chaude sanitaire, comme pour le chauffage, la puissance de la chaudière doit être parfaitement dimensionnée par votre chauffagiste. Faites également réaliser régulièrement l’entretien de votre chaudière (et du brûleur) au gaz, au fioul ou au bois. Pensez également à réduire la température du chauffage pendant la nuit depuis votre thermostat ou vos vannes thermostatiques. Enfin, il est toujours utile de purger les radiateurs au début de la saison de chauffe.

Enfin, n’hésitez pas à enclencher le mode hors gel pour les systèmes installés dans des logements inoccupés ou secondaires, y compris pour les chaudières à basse température.

Les éléments qui impactent le prix du remplacement de la chaudière

Afin d’estimer au mieux le prix pour remplacer votre chaudière et donc d’anticiper les montants des devis qui vous seront proposés, vous devez prendre en compte plusieurs critères. Le but ? Choisir le modèle au meilleur rapport économies d’énergie/rendement !

Qu’il s’agisse d’un système électrique, à basse température ou d’une chaudière gaz à condensation, intéressez-vous sur les points suivants pour votre nouvelle chaudière :

  • le choix du combustible de la chaudière ;
  • la technologie de l’appareil pour le chauffage et la production de l’eau chaude sanitaire : chaudière à basse température ou à condensation ;
  • le mode d’installation de la chaudière : au sol (raccordement au conduit de cheminée) ou à partir de fixations murales (raccordement à un conduit horizontal dit « ventouse ») ;
  • la puissance thermique : elle est exprimée en kW. Si vous souhaitez que votre chaudière puisse également produire de l’eau chaude, il faudra le préciser au professionnel au moment de l’établissement de son devis. Celui-ci devra en effet adapter la puissance de l’appareil en conséquence ;
  • les options et les fonctionnalités de la chaudière : ballon d’eau chaude, système à micro-accumulation, température pilotable à distance grâce à un thermostat connecté, sonde extérieure, etc. ;
  • le coût de la main-d’œuvre et des frais induits : dépose de votre ancienne chaudière, pose de votre nouvel équipement, adaptation de la tuyauterie, etc.

Plusieurs technologies de chaudières sont disponibles, avec un système à basse température ou à condensation par exemple. Le rendement d’une chaudière à condensation est très élevé puisqu’il peut en théorie dépasser les 100 %. Comment cela est-il possible ? En réalité, la chaudière à condensation récupère une partie de l’énergie des gaz de combustion (appelée « chaleur latente »). Cet ajout gratuit d’énergie augmente donc, de fait, le rendement de la chaudière.

Il est à noter qu’un modèle à condensation doit obligatoirement être raccordé à un conduit de cheminée étanche, c’est-à-dire avec un tubage vertical ou à l’horizontale (« en ventouse »).

Attention

En plus du prix de votre chaudière et de son installation, pensez à prendre en compte l’intégralité des coûts associés : coût annuel de fonctionnement de la chaudière (consommation, entretien…), ainsi que l’impact du tarif du combustible sur votre budget à plus long terme.

Prix du remplacement d'une chaudière en fonction du combustible

Pour remplacer votre chaudière, vous devez prendre en compte à la fois le coût de la dépose de votre ancienne chaudière et le prix de l’installation du système de chauffage. En fonction des différents modèles, renseignez-vous également sur le prix de l’entretien de la chaudière par rapport au combustible choisi.

Le tableau ci-après vous présente les différents prix à prévoir selon les types de chaudières (1) 

  Type de combustible de la chaudière
  Chaudière au gaz Chaudière au fioul Chaudière au bois
Enlèvement de l’ancienne chaudière De 80 à 100 € De 500 à 1500 € De 80 à 100 €
Investissement pour l'achat de la chaudière seule De 1 500 à 6 000 € De 3 500 à 8 000 € et 1 000 € supplémentaires pour l'installation de la cuve De 2 000 à 18 000 € selon le mode de fonctionnement de la chaudière : bûches, granulés, pellets...
Coût annuel de fonctionnement de la chaudière : consommation, entretien… De 1 000 à 1 200 € De 1 500 à 1 800 € De 1 000 à 1 200 €
Prix du combustible de la chaudière (exprimé en €/kW/h) 0,06 € 0,08 € 0,05 €

Quel prix pour remplacer sa chaudière par un système gaz ou fioul à haut rendement ?

Pour votre projet d’installation d’une chaudière à gaz ou à fioul, fiez-vous à l’expertise d’un chauffagiste professionnel ! Celui-ci pourra vous conseiller au mieux sur un équipement à haut rendement pour réaliser un maximum d’économies d’énergie.

Parmi les modèles les plus plébiscités pour leurs performances, on retrouve : 

  • la chaudière au gaz pulsatoire : fonctionnant sur le principe des micro-combustions, elle permet de bénéficier de 20 à 35 % d’économies d’énergie. Son prix se situe entre 2 750 et 5 500 euros (1) ;
  • la chaudière avec système basse température : ce système chauffe l’eau à une température de 40 °C environ, ce qui permet de limiter ses dépenses énergétiques (de 15 à 30 %). Le prix moyen en entrée de gamme est d’environ 2 500 euros (1) ;
  • la chaudière à condensation : elle consomme entre 25 et 40 % moins d’énergie qu’un système classique. Son prix est compris entre de 3 000 à 6 000 euros (1).
Attention

Les chaudières à gaz ou à fioul sont vouées à disparaître, car elles utilisent une énergie fossile qui l’État souhaite limiter ! Pour l’achat d’une chaudière biomasse (à bûches ou à granulés), comptez de 10 000 à 15 000 euros, en moyenne (1).

Quel prix pour l’installation d’une chaudière ?

Prix du devis du remplacement d’une chaudière et de son entretien par un professionnel

Vous cherchez un professionnel pour installer votre future chaudière ? Faites réaliser des devis auprès des artisans-chauffagistes de votre région. Attention : pour bénéficier des aides à l’installation, vous devez obligatoirement solliciter les services d’un installateur certifié RGE (Reconnu garant de l’environnement).

Faites réaliser de 2 à 3 devis avec différents types de chaudières. Vous obtiendrez ainsi plusieurs possibilités de produits et vous n’aurez plus qu’à choisir celui qui vous correspond le mieux, selon vos besoins en chauffage et les spécificités de votre logement.

Le prix d’installation d’une chaudière est généralement compris entre 500 et 2 000 euros (1). Ce tarif va varier en fonction des prestations demandées et des compétences du professionnel retenu pour réaliser vos travaux. Le coût d’un modèle de chaudière à basse température n’est effectivement pas le même que celui d’un système à très haut rendement énergétique, comme une chaudière à condensation.

Quant au prix de l’entretien de votre chaudière par un professionnel, il se situe entre 75 et 180 euros (1) si vous optez pour un contrat d’entretien annuel.

Bon A Savoir

Chaque chauffagiste vous propose ses propres conditions pour le contrat d’entretien. Prenez le temps de bien analyser ce qu’il comporte : entretien, forfait dépannage, pièces et main-d’œuvre ?

undraw_engineers_1.svg
Réalisez le remplacement de votre chaudière

Avec les artisans Ootravaux

Quelles aides pour réduire le prix de votre chaudière ?

Comme pour tous les autres travaux de rénovation énergétique (isolation, installation d’une pompe à chaleur, chauffe-eau solaire…), vous pouvez bénéficier d’aides financières pour alléger le prix de votre chaudière. Par l’intermédiaire de l’État ou des fournisseurs, les primes versées peuvent aussi vous encourager à envisager une rénovation plus complète de votre logement, sans avoir à vous ruiner !

Avec MaPrimeRénov’, 1 action de rénovation = 1 prime !

Que vous souhaitiez ne remplacer que votre chaudière ou que vous ayez envie d’entreprendre plus de travaux, MaPrimeRénov’ vous accompagne financièrement pas à pas ! Ce dispositif de l’Anah (Agence nationale de l’habitat) a beaucoup évolué depuis sa mise en place en janvier 2020.

En bref, MaPrimeRénov’ est une aide :

  • Qui a remplacé le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), depuis le 1er janvier 2021 ;
  • Accessible à tous, mais avec des spécificités ! Pour des travaux d’isolation thermique, il n’y a pas de condition de ressources à respecter. Pour le remplacement d’une chaudière, ou tout autre projet de chauffage (pompe à chaleur, chauffage solaire, etc.), les ménages les plus aisés n’y ont pas accès. Le montant de la prime varie selon vos revenus et favorise les propriétaires les plus modestes ;
  • Qui concerne les propriétaires occupants, les copropriétaires, et un plus large public depuis le 1er juillet 2021, dont les propriétaires bailleurs, les usufruitiers, les titulaires d’un droit d’usage et d’occupation, etc. ;
  • Applicable aux logements de plus de 2 ans d’ancienneté ;
  • Qui nécessite le recours obligatoire à un professionnel RGE (Reconnu garant de l’environnement).

Ainsi, pour l’installation de votre nouvelle chaudière, vous pouvez obtenir une prime :

  • De 800 à 1 200 € pour une chaudière à gaz (aide réservée aux propriétaires modestes) ;
  • De 3 000 à 8 000 € pour une chaudière à bois-bûches ;
  • De 4 000 à 10 000 € pour une chaudière à granulés ;
Bon A Savoir

La pose d’une pompe à chaleur ou d’un système de chauffe-eau solaire permet également de bénéficier de primes. Par ailleurs, des forfaits de rénovation de 150 à 7 000 € sont disponibles pour récompenser les projets qui combinent plusieurs travaux !

Le programme « Habiter Mieux », le deuxième dispositif phare de l’Anah

Dans le cadre de son programme « Habiter Mieux Sérénité », l’Anah (Agence nationale de l’habitat) aide les ménages les plus modestes à sortir leur logement (maison ou appartement) de la précarité énergétique. Les subventions sont importantes, puisqu’elles peuvent atteindre de 35 à plus de 50 % du montant de vos devis.

Toutefois, elles sont associées à de nombreuses obligations :

  1. De plafonds de revenus. Seuls les propriétaires modestes sont éligibles.
  2. D’ancienneté de votre résidence principale. Celle-ci doit être construite depuis plus de 15 ans.
  3. De performance énergétique. Vos travaux de chaudière doivent engendrer une réduction d’au moins 35 % de votre consommation d’énergie (en kWh). C’est pourquoi il vous sera certainement nécessaire d’ajouter d’autres travaux, comme de l’isolation.
  4. De non-cumul avec un prêt à taux zéro « accession ». Lors de l’achat de votre maison ou de votre appartement, ou dans les 5 ans précédant votre demande d’aides, vous ne devez pas avoir bénéficié de ce prêt.

Si vous remplissez ces conditions, vous pouvez ainsi obtenir une aide maximale de 12 500 à 18 000 € (estimée sur la base d’un plafond de 30 000 € de travaux), variable selon vos revenus. Tout comme pour MaPrimeRénov’ vous avez accès à des primes (« forfaits ») supplémentaires, mais d’un montant fixe de 1 500 € chacune.

Les Certificats d’économies d’énergie, l’engagement des fournisseurs d’énergie

Prime énergie, prime CEE, prime « Coup de pouce Chauffage et Isolation »… peu importe leur nom, ce sont en réalité tous des Certificats d’économies d’énergie (CEE). Les CEE sont délivrés par les fournisseurs et les distributeurs d’énergie sous le regard attentif de l’État qui fixe les règles. Ainsi, dans le cadre du remplacement de votre chaudière, les CEE peuvent prendre différentes formes : bons d’achat, prime, remise sur facture, prêt ou conseils techniques. Comme la valeur de l’aide est variable d’un fournisseur à un autre, contactez-en plusieurs pour choisir le plus offrant !

D’autre part, si vous remplacez une chaudière à gaz, à fioul ou à charbon, autre qu’un modèle à condensation, par une chaudière à énergie renouvelable (biomasse, par exemple) ou à condensation, vous devez éligible à la prime « Coup de pouce Chauffage ». Son montant est forfaitaire, il est de 4 000 € pour les ménages modestes et 2 500 € pour tous les autres.

Pour obtenir vos CEE, votre logement doit avoir plus de 2 ans d’ancienneté et vos travaux de chaudière doivent être confiés à un artisan RGE (Reconnu garant de l’environnement).

Quelles sont vos autres possibilités d’aides financières ?

Pour le remplacement de votre chaudière, vous pouvez également prétendre à :

  • Un éco-prêt à taux zéro qui est une solution de financement garantissant un taux d’intérêt nul. Pour une nouvelle chaudière, vous pouvez demander jusqu’à 15 000 € à votre banque, 25 000 € si vous rajoutez une action de rénovation et jusqu’à 30 000 € pour 3 travaux. Le prêt vous engage à rembourser la somme totale sous 15 ans au maximum ;
  • Une TVA à taux réduit de 5,5 % au lieu de 20 %, sur le prix de la chaudière et de l’installation ;
  • Des aides locales de votre mairie ou de votre caisse de retraite, de votre mutuelle ou provenant d’une association spécifique (« Les anciens combattants », par exemple).
Attention

Là encore, ces aides sont soumises à une condition d’ancienneté de votre logement d’au moins 2 ans. Excepté pour la TVA à 5,5 %, la pose de votre chaudière doit être réalisée par un chauffagiste RGE (Reconnu garant de l’environnement).

Quelles aides pour l'installation d'une chaudière ?

(1) Prix moyens issus de différents sites de construction et travaux