Chauffage - Prix d'une chaudière

Remplacement d'une chaudière : à quel prix s’attendre pour les devis ?

29 septembre 2020
Chaudière
Sommaire

Vous souhaitez effectuer le remplacement de votre chaudière pour votre logement ? Fonctionnant au fioul, au gaz ou au bois, une chaudière vieillissante est souvent source de pertes de performances, notamment en matière de rendement énergétique. La régulation de la température et la production d’eau chaude sanitaire peuvent ainsi s’avérer moins efficaces. Avec Ootravaux, découvrez les éléments qui permettent d’estimer le prix pour remplacer votre chaudière (à condensation ou non), de l’installation au type de combustible à utiliser, sans oublier le choix de votre chauffagiste professionnel. Afin de réduire le montant de votre investissement, des aides financières sont également disponibles, comme un crédit d’impôt, une prime énergie ou un éco-prêt à taux zéro.

Pourquoi et quand remplacer sa chaudière ?

Remplacement de chaudière : coût et longévité des différents systèmes

Le prix de remplacement d’une chaudière, opération synonyme d’économies d’énergie et de confort, demeure conséquent pour les ménages aux revenus modestes. De même, l’importance des travaux présente un impact notable, notamment en considérant les contraintes de raccordement. En fonction du type de chaudière choisie, il faudra débourser entre 3 000 et 8 000 euros (1) pour remplacer votre vieil équipement.

Mais tout comme pour une pompe à chaleur, le changement de la chaudière intervient - fort heureusement - de manière très ponctuelle ! Qu’il s’agisse d’une nouvelle chaudière au bois, d’une chaudière au fioul ou d’une chaudière à gaz condensation, la durée de vie moyenne d’un tel système se situe généralement entre 10 et 20 ans.

Plusieurs critères déterminent la longévité du système :

  • le suivi de l’entretien de la chaudière de préférence supervisée par un professionnel ou un chauffagiste RGE (Reconnu garant de l’environnement). L’opération comprend la révision annuelle, le remplacement de pièces détachées ou encore l’intervention en cas de panne ;
  • le type de combustible pour produire du chauffage et de l’eau sanitaire : bois, gaz, fioul pour chaudière… Aujourd’hui, les chaudières à condensation au gaz ou au fioul affiche une durée de vie supérieure aux modèles plus anciens ;
  • la fréquence d’utilisation de la chaudière : quotidienne ou ponctuelle, selon son installation dans une résidence principale ou secondaire ;
  • le modèle et la marque de votre nouvelle chaudière susceptibles de déterminer ses performances, sa puissance et son rendement énergétique.

 

Trouver un dépanneur pour votre chaudière

Bon A Savoir

Selon la loi en vigueur, l’entretien d’une chaudière - quel que soit le type de combustible (fioul, à gaz, bois…) - dont la puissance est comprise entre 4 à 400 kilowatts doit obligatoirement être effectué par un professionnel agréé. Vous venez de faire installer ou remplacer votre chaudière ? Vous devez programmer une visite d’entretien un an après la date d’achèvement des travaux. En plus de faire courir des risques pour la santé des membres du foyer, un défaut d’entretien d’une chaudière est un motif de non prise en charge par l’assurance en cas de sinistre.

Anticiper le changement de chaudière

Parmi les symptômes qui présagent le changement de votre chaudière, et ce quel que soit le combustible (gaz, au fioul…), portez une attention toute particulière à la récurrence de dysfonctionnements, y compris au niveau des radiateurs et de la production d’eau sanitaire. Selon le diagnostic observé pour la chaudière, il peut s’agir d’une simple pièce détachée à remplacer ou d’une panne plus importante. De même, un fonctionnement moins performant d’une chaudière, notamment pour générer de la chaleur et atteindre la température souhaitée, est un indicateur à ne pas négliger. Le cas échéant, vous devrez peut-être envisager des travaux de rénovation énergétique. Pour les ménages aux revenus modestes, il est possible de bénéficier d’aides financières, notamment auprès de l’Anah (Agence nationale de l’habitat), voire d’un crédit d’impôt pour réduire le coût de votre investissement.

Bon A Savoir

Dans le cas d’une location, il incombe au locataire occupant de faire réaliser l’entretien annuel de la chaudière sauf si le bail stipule que cette responsabilité appartient au propriétaire. Si l’équipement tombe en panne à cause d’un défaut d’entretien de la part du locataire, les réparations seront à sa charge. Dans les autres cas, c’est au propriétaire d’assurer le bon fonctionnement de l’installation.

Astuces : comment rallonger la durée de vie de sa chaudière ?

Chaudière : les astuces en matière d'utilisation du chauffage pour la faire durer

Vous repoussez le remplacement de votre chaudière au fioul ou au bois ? Pour continuer à réaliser des économies d’énergie tout en préservant le confort thermique de votre logement, assurez-vous que votre maison profite d’une excellente isolation. Des travaux de rénovation énergétique sont recommandés pour mieux isoler le bâti depuis l’extérieur ou l’intérieur. Là encore, il est possible de bénéficier d’aides spécifiques dispensées par l’Agence nationale de l’habitat (Anah) ou par l’État, comme une prime énergie, un crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ou un éco-prêt à taux zéro.

Utilisation de l'eau sanitaire : comment préserver son installation ?

Pour l’eau sanitaire comme pour le chauffage, n’utilisez pas votre chaudière (au fioul, au bois…) à puissance maximale. Effectuez de manière rigoureuse et régulière l’entretien de votre chaudière au gaz, au fioul ou au bois. Pensez également à baisser la température du chauffage pendant la nuit et, si vous en disposez, purgez les radiateurs au début de la saison. Enfin, n’hésitez pas à enclencher le mode hors gel pour les systèmes installés dans des logements inoccupés ou secondaires, y compris pour les chaudières basse température.

Les éléments qui influeront sur le prix du remplacement de la chaudière

Afin d’estimer au mieux le prix pour remplacer votre chaudière et donc d’anticiper les montants des devis qui vous seront proposés, vous devez prendre en compte plusieurs critères. Le but ? Choisir le modèle dont le rapport économies d’énergie / rendement sera le plus intéressant pour vous !

 Qu’il s’agisse d’un système basse température ou de type « gaz condensation », attardez-vous sur les points suivants pour votre nouvelle chaudière électrique, au bois, au gaz ou à condensation :

  • le type de combustible de la chaudière : gaz, bois, fioul ;
  • la technologie de fonctionnement pour le chauffage de la maison et la production d’eau sanitaire : chaudière basse température, condensation, classique ;
  • le type d’installation de la chaudière : au sol ou à partir de fixations murales ;
  • la puissance énergétique : elle est exprimée en kW et aide à déterminer si la chaudière se contente du chauffage ou produit de l’eau chaude sanitaire. Il s’agit d’un indicateur précieux pour estimer la consommation électrique et bénéficier du meilleur rendement en énergie ;
  • les options et les fonctionnalités de la chaudière : ballon d’eau chaude, système à micro-accumulation, température modulable à partir d’une source de contrôle secondaire…
  • le coût de la main d’œuvre : dépose de votre ancienne chaudière, frais d’installation du nouvel équipement ;

À titre d’exemple, l’installation d’une chaudière au gaz vous permet de choisir entre différentes technologies d’énergie, comme un système basse température ou à condensation. En termes de chauffage, le rendement est estimé entre 90 et 100 % de ses capacités. Pour certains modèles de chaudières, il est même possible d’adapter le système d’évacuation des fumées avec une cheminée.

Attention

En plus du prix de votre chaudière et de ses frais d'installation, pensez à anticiper dans votre budget le coût annuel standard de la chaudière (conso, entretien...) et le prix du combustible.

Prix du remplacement d'une chaudière en fonction du combustible et des innovations technologiques

Pour remplacer votre chaudière au gaz, au fioul ou au bois, vous devez prendre en compte à la fois le coût de la dépose de votre ancienne chaudière et le prix de l’installation de chaque système. En fonction des différents modèles disponibles, il faut également vous attarder sur l’entretien de la chaudière, sans oublier la consommation d’énergie par rapport au type de combustible choisi (bois, gaz, fioul…). Le tableau ci-dessous vous permet de mieux comparer les principales différences pour justifier la disparité des prix pour les chaudières (1) :

 

Chaudière au gaz

Chaudière au fioul

Chaudière au bois

Enlèvement de l’ancienne chaudière

80 à 100 €

500 à 1500 €

80 à 100 €

Investissement pour l'achat de la chaudière seule

1 500 à 6 000 €

3 500 à 8 000 € et 1 000 € supplémentaires pour l'installation de la cuve

2 000 à 18 000 € selon le mode de fonctionnement de la chaudière : bûches, granulés, pellets...

Coût annuel standard de la chaudière : consommation (logement bien isolé), entretien…

1 000 à 1 200 €

1 500 à 1 800 €

1 000 à 1 200 €

Prix du combustible de la chaudière (exprimé en €/kW/h)

0,06 €

0,08 €

0,05 €

 

Quel prix pour remplacer sa chaudière par un système innovant à haut rendement ?

Grâce à l’expertise d’un chauffagiste professionnel, remplacer votre chaudière peut aussi être l’occasion de vous tourner vers une solution à haut rendement pour réaliser des économies d’énergie en termes de chauffage. Pour des travaux de rénovation énergétique pérenne, les nouvelles chaudières dites innovantes s’adaptent à différents budgets et à divers besoins en matière de chauffage et de production d’eau sanitaire. Parmi les systèmes plébiscités pour leurs performances, on retrouve :

  • la chaudière au gaz de type pulsatoire : fonctionnant sur le principe des micro-combustions, elle permet de bénéficier d’économies d’énergie entre 20 et 35 %. Son prix se situe entre 3 000 et 5 000 euros (1) ;
  • la chaudière avec système basse température : idéal pour être couplée à un plancher chauffant, ce type de chaudière chauffe l’eau à une température de 40° environ, ce qui permet de limiter ses dépenses énergétiques (de 25 à 40 %). Elle présente une tarification similaire (3 000 à 5 000 euros (1)) à la technologie pulsatoire.
  • la chaudière à condensation : fonctionnant au fioul ou au gaz, elle consomme moins d’énergie, entre 20 et 30 %, qu’un système classique. Le prix moyen en entrée de gamme est d’environ 3 000 euros (1).

 

Bon A Savoir

Depuis début 2019, les ménages les plus modestes peuvent bénéficier - sous condition - du remplacement de chaudière à 1 euro. Cette prime à la conversion des chaudières cumule plusieurs subventions de manière à limiter le plus possible des reste à charge pour les particuliers désireux de remplacer leur vieil équipement par un modèle économe en énergie. En additionnant les aides : CITE, subventions de l’Anah et prime énergie, il est parfois possible d’obtenir le remplacement de sa chaudière pour 1 euro symbolique.

Prix du devis du remplacement d’une chaudière et de son entretien par un professionnel

Compte tenu des précédents critères évoqués, le prix pour remplacer une chaudière dépend aussi bien de la technologie utilisée que des travaux d’installation. Vous cherchez un professionnel pour installer votre future chaudière ? Faites réaliser des devis auprès des artisans chauffagistes ou à des entreprises spécialisées de votre région. Attention : pour bénéficier des aides à l’installation, vous devez obligatoirement solliciter un spécialiste du remplacement de chaudières certifié RGE (reconnu garant de l’environnement).

Si l’on compare les devis établis par plusieurs chauffagistes, on note que le prix de la pose d’une chaudière est généralement compris entre 500 et 1 500 euros (1). Le prix va varier en fonction des prestations et des compétences requises du professionnel que vous aurez choisi pour installer votre chaudière, qu’il s’agisse d’un modèle basse température ou d’un autre système doté d’un excellent rendement énergétique. Quant au prix de l’entretien de votre chaudière par un professionnel, il se situe entre 80 et 200 € (1) si vous disposez d’un contrat d’entretien annuel. 

Crédit d’impôt, prime énergie, TVA réduite, éco-prêt à taux zéro : quelles aides pour réduire le prix du remplacement de sa chaudière ?

Comme pour d’autres travaux de rénovation énergétique (isolation, installation d’une pompe à chaleur…), vous pouvez bénéficier d’aides financières et de primes pour alléger le prix de votre chaudière au gaz, au bois ou au fioul. Proposées par l’État ou par des organismes spécialisés tels que l’Agence nationale de l’habitat (Anah), il s’agit essentiellement des dispositifs suivants :

  • la prime énergie : dans le cadre de travaux d’économies d’énergie, son montant peut s’élever jusqu’à 5 000 euros ;
  • l’éco-prêt à taux zéro : une solution de financement qui garantit un taux d’intérêt nul selon la nature des travaux de rénovation énergétique entrepris ;
  • la TVA à taux réduit : 5,5 % au lieu de 20 % ;
  • MaPrimeRénov’ : cette subvention mise en place depuis janvier 2020 est destinée à fusionner le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et l’aide « Habiter mieux agilité » de l’Anah, aides destinées toutes deux à disparaître d’ici à 2021.

Les conditions d’éligibilité pour ces aides au remplacement d'une chaudière dépendent des revenus du ménage. Des ajustements annuels déterminent le montant de l’aide versée proportionnellement à la valeur de votre équipement et du prix de son installation. Le remplacement d’une chaudière au gaz est aussi susceptible de correspondre aux critères pour obtenir la prime « Habiter mieux » de l’Agence nationale de l’habitat (Anah). Ces solutions de financement sont idéales pour réduire le prix pour remplacer votre chaudière.

Bon A Savoir

Il existe des critères d'éligibilité pour obtenir MaPrimeRénov’ (ex crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)). Ils sont différents en fonction du type de chaudière (condensation ou non) et du combustible nécessaire à son fonctionnement. Ainsi, pour une chaudière au gaz à condensation, l'efficacité énergétique saisonnière (ETAS) doit être supérieure à 90 %. Dans le cas d'une chaudière au fioul également à condensation, l'ETAS doit être supérieure à 91 %. En ce qui concerne les chaudières à bois, celles-ci doivent satisfaire la norme NF EN 303 de manière à répondre aux conditions d'obtention de la subvention.

(1) Prix observés sur les sites des professionnels.

Haut de page