Fenêtre cuisine

Fenêtres : les vitrages et l’isolation

23 juillet 2020
Fenêtres
Sommaire

Vous envisagez de remplacer vos fenêtres lors de travaux de rénovation pour améliorer la performance énergétique de votre logement et mieux l’isoler, sur le plan thermique et acoustique ? Vous êtes bien décidé(e) à installer des fenêtres performantes en matière d’isolation pour votre (future) maison ? Parmi les différents éléments à prendre en compte dans le choix de vos fenêtres, le vitrage est l’un des plus importants. Ootravaux vous aide à y voir plus clair.

L’importance du choix des vitrages dans l’isolation thermique

Les professionnels du secteur et les organismes spécialisés dans la rénovation thermique des bâtiments estiment à 15 % le pourcentage de déperditions thermiques d’un logement causées par les vitrages (1). Dit autrement, 15 % de la chaleur de votre chauffage sont perdus (et pourraient être potentiellement économisés) par les différents vitrages des fenêtres et portes de votre maison. Avec ce chiffre, on comprend aisément l’intérêt de choisir des vitrages de qualité pour l’isolation des fenêtres et le double enjeu associé, à savoir :

  • d’un côté, des économies d’énergie avec une baisse de la facture de gaz ou d’électricité (ou de bois pour les personnes utilisant ce combustible pour se chauffer) ;
  • de l’autre, un logement moins énergivore et donc plus vertueux pour la planète, qui conserve une température constante à l’intérieur pour plus de confort.
undraw_engineers_1.svg
Réalisez l'installation de vos vitrages

Avec les artisans Ootravaux

Fenêtres et économies d’énergie : le tour de la question

Bon A Savoir

Avec 15 % de chaleur perdue, les vitrages se positionnent en 4e position des causes les plus importantes de déperditions de chaleur dans un logement, après le toit, les murs et les fuites d’air liées aux ponts thermiques (zones où s’échappe la chaleur par rupture de la continuité de l’isolation) et au renouvellement nécessaire de l’air.

Les indicateurs de performance d’un vitrage

Plusieurs indicateurs permettent de mesurer et de comparer les performances d’une fenêtre en termes d’isolation thermique. Les 3 principaux sont :

  • Le coefficient Ug (g pour glass = verre en français) : il mesure la performance d’isolation du vitrage ou, présenté autrement, la quantité de chaleur que le vitrage laisse passer. Plus le coefficient Ug est bas, meilleure est l’isolation du vitrage.
  • Le coefficient Uf (f pour frame = cadre en français) : il mesure la performance d’isolation du châssis.
  • Le coefficient Uw (w pour window = fenêtre en français) : il mesure la performance d’isolation de la fenêtre dans son ensemble.

La qualité de l’isolation phonique d’une fenêtre peut également être mesurée et faire l’objet de certifications. La plus connue est certainement la certification CEKAL AR (Acoustique Renforcée), qui répartit les vitrages en 6 catégories, de AR1 (isolation courante) à AR6 (isolation optimale). De la même manière, le label Acotherm classe les vitrages de Ac1 à Ac4 du moins au plus isolant.

undraw_calculator_1.svg
Estimez vos travaux
de fenêtres gratuitement

Estimez maintenant

Les différents types de vitrage et leurs performances en matière d’isolation

Pour vos fenêtres, vous avez aujourd’hui le choix entre 3 principaux types de vitrage : 

  • le simple vitrage : constitué d’une seule lame de verre (d’une épaisseur comprise entre 4 et 6 mm), le simple vitrage affiche un coefficient Ug proche de 6 (2). Il s’agit du minimum obligatoire pour les fabricants de vitrages : vous ne trouverez pas de vitrage moins isolant. À noter que la dernière réglementation thermique impose un Ug inférieur ou égal à 1,1 ;
  • le double vitrage : composé de 2 couches de verre, le double vitrage affiche un coefficient Ug égal à 3 (2), ce qui le rend 2 fois plus performant en matière d’isolation que le simple vitrage ;
  • le triple vitrage : avec 3 épaisseurs de verre et 2 couches d’air insérées entre ces épaisseurs, le triple vitrage est le type de vitrage le plus performant en matière d’isolation thermique (Ug aux alentours de 0,6 [2]).

Aujourd’hui, les doubles vitrages constituent la référence incontournable, aussi bien dans l’univers de la construction que sur les chantiers de rénovation. Bien qu’affichant des performances d’isolation supérieures, le triple vitrage voit son attractivité limitée par son poids et par son impact important sur le prix de la fenêtre. Par ailleurs, l’installation d’une fenêtre en triple vitrage se justifie surtout pour les façades exposées au nord ou à l’est. En effet, l’ajout de cette vitre supplémentaire réduit aussi un peu le facteur de transmission du rayonnement solaire (Sw), et donc les apports thermiques gratuits du soleil.

Tout pour choisir le bon vitrage pour vos fenêtres

Bon A Savoir

Avec un coefficient Ug proche de 1 (2), le vitrage super isolant, ou VIR (Vitrage à isolation renforcée), fait une entrée remarquée sur le marché de la vitre. Alternative au double vitrage, ce type de vitrage repose sur la présence de gaz entre les vitres, ainsi que d’un film d’oxyde de fer pour livrer de meilleures performances d’isolation thermique que son principal concurrent.

Choix des fenêtres et isolation : les autres points importants à prendre en compte

Vous souhaitez obtenir la meilleure isolation possible pour votre logement ? Le vitrage n’est pas le seul élément à prendre en compte au moment de choisir vos fenêtres. Le châssis joue lui aussi un rôle déterminant sur les performances de la fenêtre en termes d’isolation thermique et d’isolation acoustique. Sur ce point précis, le choix du matériau pour le châssis est capital, avec un arbitrage à réaliser entre :

  • le bois, matériau naturel par excellence et donc très écologique, et par nature le meilleur isolant contre le bruit, car plus le matériau est lourd, mieux il retient les sons ;
  • l’aluminium, facile à entretenir et performant phoniquement lorsque la qualité de fabrication est au rendez-vous ;
  • le PVC, avec de hautes performances en termes d’isolation, y compris acoustique, lorsqu’il est choisi de qualité.

D’une façon générale, le coefficient Uw constitue sans doute l’élément clé pour comparer et choisir une fenêtre et un vitrage d’isolation. En regroupant les performances du vitrage et du châssis, ce coefficient livre une bonne indication sur les performances globales de la fenêtre. Il permet d’éviter les démarches inefficaces comme l’investissement dans un triple vitrage sur un châssis de mauvaise qualité.

Bon A Savoir

Le marché de la fenêtre accueille ponctuellement de nouveaux produits. L’arrivée d’un châssis, à très haute performance, fabriqué à partir de matériaux composites devrait bousculer le marché des vitres avec la promesse d’un châssis ultra performant pour une isolation thermique et phonique de qualité.

undraw_engineers_1.svg
Réalisez la pose de vos vitrages

Avec les artisans Ootravaux

Les aides financières pour le remplacement de vos fenêtres

Plus vous choisissez un vitrage avec une performance thermique et acoustique élevée, plus le prix pour le remplacement de vos fenêtres grimpera rapidement. Effectivement, ce qui coûte cher dans la fabrication d’une menuiserie, c’est le verre ! L’assemblage de la vitre intérieure avec la vitre extérieure (système d’intercalaire) et l’injection du gaz isolant rare (argon) à l’intérieur des 2 vitrages demande une certaine technicité. C’est d’ailleurs en partie pour cette raison que le prix du triple vitrage est bien plus élevé que celui du double vitrage.

Néanmoins, il existe bel et bien une solution en rénovation pour faire le choix de la qualité, sans y placer toutes vos économies ! Si votre logement est une résidence principale de plus de 2 ans d’ancienneté et que vos fenêtres respectent les critères techniques d’éligibilité, vous pouvez bénéficier d’aides financières intéressantes.

La prime de MaPrimeRénov’

MaPrimeRénov' est la nouvelle aide qui a totalement remplacé le Crédit d’impôt transition énergétique (CITE) depuis le 1er janvier 2021. Elle vous permet d’obtenir une prime variable selon vos revenus de 40 à 100 euros par fenêtre. Attention, les propriétaires aux « revenus supérieurs » selon les barèmes de l’Anah (Agence nationale de l’habitat) ne peuvent pas en bénéficier. Par ailleurs, vos anciennes fenêtres doivent être en simple vitrage.

Le programme « Habiter Mieux sérénité »

Les aides du programme « Habiter Mieux » de l’Anah sont réservées aux propriétaires modestes qui souhaitent engager une rénovation globale de leur maison ou appartement. Comme vous devez générer un gain d’énergie d’au moins 35 %, d’autres travaux (isolation, pompe à chaleur, chauffe-eau solaire, etc.) seront nécessairement à réaliser en complément. Par ailleurs, le logement dont vous êtes propriétaire doit avoir au moins 15 ans d’ancienneté.

Vous pouvez bénéficier de 35 à 50 % de subventions et d’une prime complémentaire de 10 % sur le montant total de vos devis. Ainsi, pour 30 000 € de coût de travaux, vous pouvez récupérer 12 500 euros de subventions si vous êtes propriétaire modeste ou 18 000 € si vous êtes propriétaire très modeste.

L’éco-prêt à taux zéro

L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ), comme son nom l’indique, vous permet d’emprunter auprès de votre banque jusqu’à 7 000 euros à taux nul pour remplacer vos menuiseries extérieures. Vous disposez de 15 ans au maximum pour rembourser la totalité de la somme.

Les Certificats d’économies d’énergie

Les Certificats d’économies d’énergie (CEE) sont un dispositif encadré par l’État. En confiant l’installation de vos fenêtres à un professionnel, un fournisseur ou un distributeur d’énergie de votre choix vous offre un avantage, qui peut être financier. Le montant de l’aide est variable, car il peut s’agir d’une prime, de bons d’achat, d’une remise sur facture ou encore de conseils techniques personnalisés.

Les autres aides disponibles

Pour l’installation de vos fenêtres par un professionnel, vous pouvez également prétendre à :

  • La TVA au taux réduit de 5,5 % sur l’achat du matériel et sur la pose, si vous choisissez des fenêtres très isolantes. Le cas échéant, le taux de TVA qui s’applique est de 10 % en rénovation et de 20 % dans le neuf ;
  • Des aides locales, certaines collectivités mettent en place des programmes locaux d’accompagnement, renseignez-vous directement en mairie ;
  • Des aides de certains organismes de retraite, mutuelles ou associations (les « Anciens combattants », par exemple). Appelez-les et parlez-leur de votre projet !
Attention

Pour la plupart des aides financières, vous devez confier l’installation à un professionnel RGE (Reconnu garant de l’environnement).

(1) Ademe (Agence de la transition écologique).
(2) Coefficients communiqués par les professionnels du secteur.

Haut de page