Toiture en zinc, comment l'isoler

Comment isoler une toiture en zinc ?

25 juin 2020
Isolation de toiture
Sommaire

Tuiles, ardoises, shingle, bac acier, zinc ou encore bois, de nombreuses solutions existent pour couvrir le toit d’une maison. Parmi elles, le zinc, moderne et durable, peut s’avérer être un bon investissement (rapport qualité/prix). Cependant, pour isoler une toiture en zinc, il faut respecter certains impératifs si l’on ne veut pas voir apparaître des désordres au niveau de la charpente. Quelles sont les règles à respecter pour ce matériau ? Quelles sont les techniques envisageables ? À qui faire appel pour être bien accompagné ? Ootravaux vous donne tous les éléments pour comprendre comment isoler une toiture en zinc et ainsi suivre vos travaux en toute sérénité.   

Les impératifs et normes liés à l'isolation d'une toiture en zinc

Revenu à la mode depuis quelques années, le zinc s’invite sur nos toits permettant des particularités architecturales (toiture courbe, toit à faible pente) qui dérogent aux formes plus traditionnelles comme la maison à 2 pans. Il existe plusieurs types de toitures en zinc : joint debout, couverture à tasseaux, toiture structurale. La couverture en zinc à joint debout est celle que l’on retrouve aujourd’hui dans la grande majorité des cas.

Cependant, il est important de savoir que ce matériau peut se décomposer en la présence d’humidité, ce qui peut générer des fuites, voire le pourrissement de la charpente qui le soutient. Il convient donc de respecter un certain nombre de règles de pose que l’on retrouve dans le DTU 40.41 (Document technique Unifié), mais aussi de veiller à ce que le zinc soit compatible avec les matériaux qu’il côtoie (fixations et accessoires par exemple). 

En effet, le zinc doit être posé sur un support en bois massif de pH compris entre 5 et 7 comme le sapin, l’épicéa, ou le peuplier. Certains types d’essences comme le mélèze, le chêne, le châtaigner ou le douglas sont donc à proscrire. Par ailleurs, si un traitement fongicide est appliqué au bois, celui-ci doit correspondre à la classe de risque 2, adaptée aux bois de charpente, et inoffensif pour le zinc. En revanche, les produits correspondant aux classes de risque 3 ou 4, souvent autoclaves, sont constitués d'éléments comme le cuivre qui exercent une action corrosive sur le zinc en présence d'eau.

De plus, il faudra la plupart du temps aménager une lame d’air sous ce support, afin de permettre d’évacuer l’humidité qui peut être générée par la condensation. Sans cette lame d’air, l’humidité va favoriser le développement de champignons et moisissures qui dégraderont la toiture (zinc + support). Cette lame d’air devra être d’une épaisseur de 40 mm minimum dans le cas d’une toiture. Cette épaisseur peut être réduite à 20 mm dans le cas d’un bardage vertical.

Bon A Savoir

Pour aménager une lame d’air, plusieurs solutions existent.

  • Sur un toit en pente, ventiler le vide sous le toit consiste à générer une circulation d’air entre la gouttière, en bas du toit, et le faîtage, en haut de la toiture. Cela peut se faire au moyen d’une bande d’égout ventilée en bas de pente, et d’un closoir ou faîtage ventilé, au sommet du toit.
  • La seconde méthode consiste à installer des chatières, c’est-à-dire des petites ouvertures, en quinconce sur le toit. Ces chatières possèdent en général une grille de protection afin d’éviter l’intrusion de petits animaux (oiseaux, rongeurs).

Quelle technique pour isoler une toiture en zinc ? 

Il existe 2 techniques d’isolation pour les toitures en zinc, généralement appelées « toitures froides » et « toitures chaudes ».

En cas de rénovation d’une toiture en zinc, vous pouvez en profiter pour réaliser l’isolation de vos combles. 

Bon A Savoir

Pour respecter les exigences des normes RT2012, une isolation thermique par l’extérieur est privilégiée pour la toiture en zinc. 

Technique d’isolation de toiture en zinc n°1 : la toiture froide

Ce qui caractérise la toiture froide est la lame d’air continue qui se situe entre l’isolant et le voligeage sur lequel est posé le zinc. L’air vient de l’extérieur de la toiture, circulant du bas de la toiture au sommet du toit. Cette lame d’air non chauffée permet une bonne tenue de la couverture en zinc dans le temps. Cette technique a l’avantage d’être compatible avec tous les types d’isolants thermiques (laine, polyuréthane…) en-dessous de la lame d’air, puisqu’il n’y a aucun contact avec le matériau de couverture. Cette technique, dont la mise en œuvre est simple, est à privilégier. Un pare-vapeur pourra alors ensuite être mis en place côté intérieur, entre l’isolant et le parement (plaque de plâtre, brique ou lambris). Cette membrane permettra d’assurer l’étanchéité à l’air de la toiture.

Technique d’isolation de toiture en zinc n°2 : la toiture chaude

La couverture chaude, en revanche, s’appuie sur la construction d’un complexe de toiture plus délicat, caractérisé par l’absence d’une lame d’air sous le zinc, en mettant en place un système de membrane pare-vapeur adaptée au zinc, voire même en utilisant un zinc spécial pourvu d’un revêtement protégeant le zinc de toute corrosion. Ces procédés sont souvent couverts par un Avis Technique car tous les types de zinc ne sont pas employables en toiture chaude. Il est donc préférable d’avoir recours à un professionnel qui saura vous éclairer sur l’emploi de cette technique d’isolation.

Bon A Savoir

Un avis technique est un document certifiant les niveaux de performance atteints par un système constructif face à un ensemble de réglementations. Cet avis technique, document propre aux systèmes européens, est délivré aux fabricants par un organisme reconnu par l'État, le CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment). En définissant clairement les limites d'emploi du procédé, l'avis technique garantit à son utilisateur le bon usage des produits. 

A qui faire appel ?

Réaliser une couverture en zinc ne s’improvise pas. Le respect des règles en matière d’étanchéité (eau et air), d’isolation ou de ventilation de la toiture en zinc nécessitent de faire appel à un professionnel : le couvreur-zingueur. Il monte les échafaudages et équipements de sécurité, il connaît les techniques d’utilisation des matériaux dont il a besoin sur le chantier (bois, zinc, ardoise, tuile, acier…), et la compatibilité entre chacun d’eux. Il saura vous orienter dans le choix de la meilleure solution, entre toiture froide et toiture chaude en fonction du style architectural et de la destination de votre projet (extension de maison, rénovation, création).

De plus, il peut façonner le zinc pour réaliser certains pliages et soudures qui assureront l’étanchéité définitive de tous les points du toit sujets à des contraintes : faîtage, cheminée, fenêtres de toit, évacuations d’eaux pluviales. 

Par ailleurs, s’il dispose d’une certification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), il saura vous orienter sur le type d’isolation (thermique notamment) le plus approprié dans votre projet : laine minérale (laine de verre ou laine de roche), polyuréthane, polystyrène ou matériaux écologiques comme le bois, le lin ou le chanvre. Il pourra également vous orienter sur les aides auxquelles vous pouvez prétendre pour financer votre projet, et ainsi réduire le prix de vos travaux, ou encore optimiser votre isolation pour obtenir une performance thermique optimale.

Il est plus que conseillé de solliciter l’avis de plusieurs couvreurs professionnels et de demander la réalisation de devis afin de bien comparer les prix selon la solution préconisée et les services proposés. 

 

A Retenir
  1. Très à la mode depuis quelques années, la mise en œuvre d’une toiture en zinc requiert des techniques spécifiques pour garantir une bonne étanchéité à l’air et à l’eau, et ainsi garantir la durée de vie de votre toiture. 
  2. Deux solutions d’isolation peuvent être déployées : la toiture chaude ou la toiture froide. La seconde est à privilégier pour sa simplicité de mise en œuvre notamment. 
  3. Comme pour une toiture en ardoise, tuile, bac acier… il est essentiel de se renseigner en amont en demandant notamment des devis à plusieurs professionnels. Vous pourrez ainsi comparer les prix et solliciter l’avis de ces experts sur la technique à déployer. Il saura également vous conseiller si vous souhaitez isoler vos combles à l’occasion d’une réfection de votre toiture.