Pose d'une charpente

Assemblage d'une charpente : les principes, les techniques et les coûts

10 septembre 2020
Charpente
Sommaire

Les charpentes se déclinent en plusieurs catégories : traditionnelles, fermettes ou métalliques. Conçues pour permettre des configurations différentes, elles doivent soutenir des poids variés : toit-terrasse, combles aménagés, bâtiment agricole ou industriel...  Les techniques d'assemblage d’une charpente reposant sur les murs dépendent ainsi du type de charpente choisi. Ootravaux vous propose de découvrir les méthodes d’assemblage et le prix d’installation d’une charpente afin de sélectionner la catégorie qui convient le mieux à votre maison.

Quelles techniques d'assemblage selon le type de charpente ?

Il existe de nombreuses techniques d’assemblage de pièces de bois pour une charpente. La technique d'assemblage mise en œuvre dépend essentiellement de la forme des pièces et du type de contrainte que l’ensemble devra supporter. Voici les méthodes d’assemblage de charpentes les plus courantes en charpente traditionnelle et en charpente industrielle.

L’assemblage de charpente bout à bout

L’assemblage bout à bout consiste à lier des éléments de charpente de toiture par leur extrémité. Ces dernières sont taillées de diverses manières selon la variante choisie et collées pour assurer une liaison solide et durable. Les termes « aboutage » ou « enture » sont également employés pour désigner ce type d’assemblage de charpente. L’enture peut également désigner les entailles qui permettent l’assemblage.

Il existe plusieurs types d’assemblage bout à bout :

  • l’assemblage à sifflet : cette technique est surtout employée pour les bois de charpente de forme rectangulaire comme les chevrons, les pannes, etc. Les bouts de chaque pièce de bois sont coupés en biais. Cet assemblage bois, particulièrement efficace pour répartir des efforts de compression, est très utilisé pour fixer des poteaux ou des chevrons. Il existe différentes variantes de cette technique, comme l’assemblage à sifflet désabouté (l’extrémité des deux pièces de bois est taillée en forme de sifflet, avec une petite partie verticale évitant leur glissement) ou à sifflet désabouté biais (technique qui renforce l’efficacité de la précédente mais demande beaucoup plus d’usinage) ;
  • l’assemblage avec enture à mi-bois, idéal pour les pièces de bois horizontales qui se posent sur le mur de la construction. Des fixations en acier viennent renforcer la liaison des bois.

L’assemblage de charpente à recouvrement

L’assemblage à recouvrement consiste à couvrir une partie d’une pièce de bois avec une partie d’un autre élément, telle une imbrication. Il est notamment possible de faire un assemblage à recouvrement en sifflet ou à mi-bois. Dans le cas du mi-bois, la matière est enlevée sur la moitié de l’épaisseur des pièces pour pouvoir les emboîter. Les éléments peuvent être assemblés en T, en X, en L ou en queue d’aronde. Il existe également l’assemblage avec feuillure, et celui avec feuillure et onglet.

L’assemblage de charpente à tenon et mortaise

Pour ce type d’assemblage, une pièce (section femelle) doit disposer d’une mortaise (un trou) dans lequel vient s’emboîter le tenon, comprenez l’embout de l’autre élément (section mâle). La liaison peut être renforcée à l’aide d’une pièce en acier galvanisé.

En plus du tenon mortaise simple, sachez qu’il existe de nombreuses déclinaisons dont le choix dépend de l’objectif de l’assemblage ou de la manière dont une pièce de bois a été coupée. On recense notamment :

  • le tenon mordâne : pour des tenons renforcés ;
  • le faux tenon : rapide à réaliser et très précis ;
  • le tenon traversant : idéal pour reprendre des efforts de traction ;
  • le tenon mortaise double : pour assembler des pièces de bois de grande épaisseur ;
  • le tenon mortaise chevillé : pour un maximum de robustesse ;
  • etc.

Très utilisé dans les charpentes bois, l’assemblage tenon-mortaise entre couramment dans la fixation des pieds de poteau ou pour lier les jambes de forces, les contrefiches, les têtes d’arbalétriers, etc. En particulier, la technique du tenon et mortaise en biais sert à assembler les pieds des arbalétriers (les parties obliques) d’une ferme de charpente bois à l’entrait (la partie horizontale), ou encore pour relier le pied du poinçon central à l’entrait.

Quelles techniques de pose selon le type de charpente ?

La pose des charpentes de toiture d'une maison s’effectue en suivant les grandes étapes suivantes :

  • levage et positionnement des fermettes ou des fermes de charpente ;
  • pose des pannes horizontales : elles sont posées perpendiculairement sur les arbalétriers des fermes ;
  • pose des chevrons sur les pannes (perpendiculairement aux pannes).

Bien sûr, il y a des variantes selon le type de toiture de la maison. Une charpente fermette est préfabriquée en usine. Les fermettes sont donc presque entièrement assemblées hors site. Elles sont livrées sur le chantier en 2 ou 3 morceaux qu’il suffit d’assembler sur place. À l’inverse, une charpente traditionnelle est montée sur site. Il faut donc assembler les différents éléments (arbalétrier, entrait, poinçon, etc.) pour donner corps à chaque ferme.

Les fermes, ou fermettes, sont mises en place à l’aide d’un engin de levage. Les pieds sont ensuite fixés au bâtiment grâce à des connecteurs, des équerres, etc. Il faut également installer des renforts provisoires pour maintenir les éléments en place jusqu’à l’installation des pannes qui viendront rigidifier l’ensemble.

 

Traditionnelle, industrielle, lamellé-collé, toit plat : choisir le type de votre charpente

Quel prix pour l'assemblage et la pose d'une charpente selon le type ?

Les méthodes d’assemblage et d’installation d’une charpente dépendent fortement du type de charpente et de couverture mis en œuvre pour la maison. Par conséquent, le prix de pose d’une charpente par un charpentier est lui aussi variable en fonction :

  • du type de charpente (traditionnel, fermettes, métallique, etc.) ;
  • de la surface de la charpente ;
  • de la forme du bâtiment et de la toiture (2 ou 4 pans, présence de lucarnes, etc.) ;
  • du coût horaire de la main-d’œuvre ;
  • de la localisation géographique du projet.

Découvrez ci-dessous le budget moyen à prévoir pour la pose d’une charpente (1) :

Travaux de charpente

Prix moyen à prévoir pour la pose

Pose d’une charpente traditionnelle en bois

Entre 40 € le m² et 100 € le m²

Pose d’une charpente industrielle en bois (fermettes)

Entre 30 € le m² et 50 € le m²

Pose d’une charpente métallique

Jusqu’à 100 € le m²

(1) Prix observés sur les sites de professionnels spécialisés.

Haut de page