Types de gouttières

Anglaise, lyonnaise, carrée, moulurée, havraise, nantaise... - choisir parmi les types de gouttières

04 juin 2020
Gouttières
Sommaire

Pour préserver durablement les façades de votre maison, il n’y a qu’une seule et unique solution : installer une gouttière ! Partie intégrante de la toiture, la gouttière sert à récupérer les eaux pluviales pour éviter qu’elles ne ruissellent pas sur les murs ou - pire - qu’elles ne s’infiltrent au sein de votre habitation. Elles garantissent donc l'étanchéité de l'évacuation de l'eau. Il en existe différents types, à choisir en fonction de critères précis qu’Ootravaux vous aide à bien appréhender.

De quoi se compose une gouttière ?

Avant de vous lancer dans vos travaux et de faire votre choix parmi les différents modèles et profils, voici un récapitulatif des principaux composants d’une gouttière : 

  • La partie horizontale : quelles que soient son esthétique et ses dimensions, cette pièce récupère les eaux pluviales qui s’écoulent du toit.
  • La descente : c’est la pièce verticale, de diamètre variable, qui permet l’évacuation de l’eau de la partie horizontale jusqu’au système d’évacuation.
  • Les naissances : ce sont les accessoires qui servent de raccords entre la gouttière et la descente.
  • Le collecteur : il s’agit de l’élément qui relie la descente au système d’évacuation des eaux. 

Les critères pouvant influer sur le choix du type de gouttières

Face à la diversité des types de gouttières, il y a de quoi se sentir un peu perdu pour ses travaux de rénovation ou dans le neuf. Rassurez-vous, plusieurs critères vont vous permettre de faire un choix plus éclairé. 

La surface de la toiture

C’est un critère important, car il va vous permettre de déterminer la capacité d’écoulement que votre future gouttière devra avoir pour être en capacité d’assurer le bon écoulement des eaux de pluie. Pour cela, vous devez calculer la surface projetée de votre toiture afin d’évaluer le développé optimal de la gouttière. 

Bon A Savoir

Le développé - ou développement - correspond à la largeur du matériau avant qu’il n’ait été incurvé. Il peut être de 16, 25, 33 ou 40 cm. Les développés les plus fréquents sont de 25 et 33 cm.

L’inclinaison du toit

Plus la pente de votre toiture est importante, moins la surface d’eau à évacuer sera élevée. Pour qu’un écoulement soit satisfaisant, il faut que votre pente soit inclinée d'au moins 5°, en fonction du type de couverture utilisé et de la région d’habitation.

La pluviométrie

La pluviométrie doit également être prise en compte dans le choix du type de gouttière et, plus précisément, de son développement. Si vous habitez dans une région pluvieuse, votre gouttière devra afficher une capacité à recueillir les eaux pluviales plus importante que si vous vivez dans une zone plus ensoleillée.

Les différents modèles de gouttières

En fonction de la configuration particulière de votre toiture, vous devrez faire votre sélection parmi l’un des 3 modèles suivants : 

La gouttière rampante

La gouttière rampante se fixe sur le premier rang de tuiles, d’ardoises ou sur une partie de la toiture (haut des chevrons). Elle est indiquée pour les toitures dont l’inclinaison est importante. En matière de gouttières rampantes, il existe plusieurs déclinaisons régionales.     

  • La gouttière nantaise : elle se fixe sur la corniche du toit ou sur le rampant. Avec un profilé épuré et un relevé à angle droit, ce type de gouttière convient aux maisons de caractère.
  • La gouttière havraise : elle diffère de la gouttière nantaise par son relevé arrondi qui lui octroie une esthétique plus classique. 

La gouttière pendante

La gouttière pendante est la plus courante, car il s’adapte à presque toutes les toitures et se décline en une multitude de modèles. La gouttière pendante se fixe à l’aide de crochets spécifiques positionnés sur les planches de rive, à l’extrémité des chevrons, directement sur la couverture du toit ou sur les éléments maçonnés. Elle se décline également en plusieurs modèles.     

  • La gouttière anglaise : elle affiche une forme demi-ronde classique qui convient aux maisons pavillonnaires. Elle dispose d’un développé important qui facilite l’évacuation des eaux pluviales. Elle est indiquée pour les régions à forte pluviométrie.
  • La gouttière lyonnaise : ce type de gouttière à la particularité d’être fixé en bout de toiture, sous ce que l’on appelle l’égout du toit. Ce modèle demi-rond est généralement constitué d’un matériau solide et résistant aux pluies abondantes, comme le zinc, l’acier ou le cuivre.
  • La gouttière moulurée : dans cette catégorie sont classées les gouttières qui possèdent une base de forme carrée et une face exposée travaillée. On retrouve généralement ce type de modèles sur des façades anciennes.
  • La gouttière carrée : comme son nom l’indique, cette gouttière possède une forme carrée, base et faces confondues. Ce modèle assez peu courant équipe principalement les bâtisses anciennes.
  • La gouttière de forme corniche : ce modèle se caractérise par un fond carré et une face exposée formant une corniche. On le trouve de plus en plus sur les façades des maisons contemporaines.

La gouttière chéneau

Ce dernier type de gouttière est quasiment indissociable de la toiture à laquelle elle s’intègre parfaitement. Généralement en zinc, les gouttières chéneaux se composent d’un conduit qui recueille les eaux à la base de la toiture pour les évacuer vers les descentes. Elle s’adapte aux maisons anciennes et aux toitures à faible pente. 

Récapitulons !

  Points forts Points faibles
Gouttière nantaise 

- Ne déborde pas du toit

- Esthétique

 

- Débit d’évacuation modéré

- Coût élevé

 

Gouttière havraise 

- Débit d’évacuation important

- Ne dépasse pas de la toiture

 

- Coût plus élevé que les autres formes demi-rondes
Gouttière anglaise - Débit d’évacuation important - Ne s’adapte pas à toutes les architectures
Gouttière lyonnaise - Disponible en plusieurs matériaux - Déborde de la toiture
Gouttière carrée

- Disponible dans de nombreux matériaux

- Esthétisme contemporain

 

- Coût élevé
Gouttière chéneau

- Esthétisme

- Discrétion

 

- Coût élevé

Quel matériau choisir pour sa gouttière ?

Chaque matériau possède ses propres caractéristiques techniques. Il est impératif de les prendre en compte pour disposer à terme d’une installation efficace et durable. Voici un tableau récapitulatif des avantages et des inconvénients des matériaux les plus courants.

Le choix du matériau peut être imposé par le PLU de la commune où se situe le bâtiment. Il peut dépendre également du style de la gouttière. Seul le type pendant convient par exemple au PVC, tandis que le zinc peut être choisi pour tout type de gouttière.

Matériau 

Points forts

Points faibles

Gouttière PVC

- Facile à poser

- Léger

- Plusieurs coloris

- Prix abordable

- Durée de vie limitée (10/15 ans)

- Résistance moindre face à des aléas climatiques violents.

 

Gouttière en zinc

- Esthétique

- Robuste 

- Durée de vie (30/40 ans)

- Prix élevé

- Pose technique (soudure)

 

Gouttière en aluminium

- Léger

- Pratique

- Résistant

- Durée de vie (+ de 20 ans)

- Déformations possibles en cas de gel

Gouttière en cuivre

- Durée de vie 

- Facile à travailler

- Se patine avec le temps

- Résiste à la corrosion

- Coût élevé

Gouttière en acier galvanisé

- Haute résistance

- Pose simple par emboîtement

- Nombreuses finitions

- Manque d’esthétisme

 

Quel est le budget à prévoir selon le type de gouttière choisi ?

Bien entendu, le prix de votre future gouttière va varier en fonction de plusieurs paramètres comme le matériau, le modèle et le périmètre de l’habitation à équiper. Pour vous aider à faire votre choix, voici un comparatif des prix des gouttières(1).

Type Prix au mètre linéaire
Gouttière anglaise Entre 3 et 10 €
Gouttière lyonnaise Entre 3 et 10 €
Gouttière nantaise Entre 13 et 30 €
Gouttière havraise 15 € en moyenne
Gouttière demi-ronde Entre 3 et 25 €
Gouttière carré Entre 2 et 6 €

N'hésitez pas à demander des devis à plusieurs professionnels pour bénéficier de la meilleure offre.

Bon A Savoir

Certains types de gouttières demandent l’intervention d’un artisan spécialisé. De manière générale, mieux vaut de toute façon faire appel à un professionnel, car il s’agit de travaux en hauteur potentiellement dangereux et nécessitant un équipement particulier. Le coût de la pose doit également être pris en compte dans le budget total de votre future gouttière. Or, le prix de la pose d’une gouttière va, lui aussi, varier en fonction du type de gouttière mais également de sa longueur. Pour une gouttière en zinc ou en cuivre, par exemple, un travail de soudure est souvent nécessaire. Dans ce cas, le tarif va augmenter. Les prix oscillent entre 50 €  et 150 € du mètre linéaire pour les poses et les matériaux les plus complexes, et 30 €  et 50 € du mètre linéaire pour les plus simples (1).

  1. Prix observés sur les sites des professionnels spécialisés