Chauffage - Pompe à chaleur

Comment bien choisir votre pompe à chaleur ?

01 octobre 2020
Pompe à chaleur
Sommaire

Vous envisagez l’installation d’une pompe à chaleur (PAC) dans votre logement ? PAC air-air, PAC air-eau, PAC eau-eau… le choix s’avère parfois difficile à faire ! Pour vous aider à y voir plus clair, Ootravaux vous propose un comparatif des différentes pompes à chaleur pour passer au chauffage à énergie renouvelable. Découvrez les prix couramment pratiqués, mais aussi les principaux avantages et inconvénients de chaque appareil.

Le fonctionnement des pompes à chaleur

Toutes les pompes à chaleur fonctionnent de la même manière :

  1. La pompe à chaleur puise les calories naturellement présentes dans l’air extérieur, dans la terre ou à partir d’une nappe phréatique souterraine. Cette chaleur « gratuite » est transmise au fluide frigorigène contenu dans le circuit fermé de la PAC, par l’intermédiaire d’un échangeur de chaleur (« l’évaporateur »).
  2. Pour élever la température du fluide, sa pression est augmentée grâce à l’utilisation d’un compresseur.
  3. La vapeur haute pression ainsi obtenue cède ses calories à un second échangeur de chaleur (« le condenseur »). C’est ainsi que la chaleur est diffusée dans la pièce à chauffer par l’intermédiaire d’une ou plusieurs unités intérieures (split, console, radiateurs, plancher chauffant, etc.).
  4. La vapeur se condense en refroidissant. Pour abaisser rapidement sa température et sa pression, la vapeur est envoyée dans un détendeur.

Cette procédure est renouvelée en permanence par le système de la PAC. Ce qu’il faut simplement retenir, c’est que chaque fois qu’un changement de phase (passage d’un état liquide à un état gazeux, et inversement) s’opère, de l’énergie est créée gratuitement !

undraw_engineers_1.svg
Installez votre pompe à chaleur

Avec les artisans Ootravaux

Les critères de performance d’une pompe à chaleur

Le Coefficient de performance (COP) est un critère de choix important pour toute PAC. C’est le ratio entre la consommation et la production d’énergie. Plus il est élevé, moins la pompe à chaleur consomme d’énergie.

Exemple : avec un COP de 4, pour 1 kWh électrique consommé, 3 kWh sont restitués gratuitement par le système de la PAC.

Concrètement, cet indicateur détermine le rendement énergétique de la pompe à chaleur en « mode chaud ». Toutefois, la valeur la plus représentative de l’efficacité de l’appareil est le SCOP (coefficient de performance saisonnier) parce qu’elle intègre les variations de la température extérieure durant toute la saison de chauffe.

En ce qui concerne la climatisation, l’indicateur à prendre en compte est le SEER (Seasonal energy efficiency ratio). Là encore, plus le coefficient est élevé, plus la pompe en chaleur en « mode froid » est efficace !

Pour simplifier la compréhension des différents coefficients des pompes à chaleur, et permettre leur comparaison, l’État a instauré des classes énergétiques. Par exemple, une pompe à chaleur classée en A+++ doit avoir un SEER ≥ 8,50 et un SCOP ≥ 5,10. Toutes les catégories (de A +++ à G) sont présentées dans le tableau 1 du règlement CE 626/2011.

La pompe à chaleur air-air

La PAC air-air est une pompe à chaleur aérothermique, ce qui signifie qu’elle utilise les calories de l’air extérieur pour son fonctionnement. C’est un appareil très répandu et qui convient bien en complément d’un autre système de chauffage ou en remplacement de radiateurs électriques.

Pourquoi choisir une pompe à chaleur air-air ?

La pompe à chaleur air-air dispose de multiples atouts :

  • Elle peut être réversible, pour fournir de la climatisation et aider ainsi à mieux supporter les jours de canicule ;
  • Elle peut être multisplit, pour chauffer ou refroidir jusqu’à 5 pièces à fois. Elle se compose alors d’une unité extérieure et plusieurs unités intérieures dans chaque pièce à chauffer ;
  • Elle se combine facilement avec un autre système de chauffage, qui prend le relais lorsque la température extérieure est basse.

En revanche, ce type de pompe à chaleur possède aussi quelques inconvénients :

  • Elle ne produit pas d’eau chaude sanitaire ;
  • Elle consomme beaucoup d’électricité dans les régions où la température est négative en hiver ou si la maison est mal isolée ;
  • Le bloc extérieur d’une PAC peut potentiellement être bruyant et dérangeant pour le voisinage proche.
Attention

Dans les régions froides, l’usage d’une pompe à chaleur air-air en seul mode de chauffage est déconseillé. Il est en effet recommandé de prévoir un autre appareil en appoint, comme un poêle à bois ou une chaudière. Le cas échéant, votre facture d’électricité risquerait vite d’augmenter !

undraw_engineers_1.svg
Installez votre pompe à chaleur

Avec les artisans Ootravaux

Prix d’une pompe à chaleur air-air

Plus abordable que les autres PAC, la pompe à chaleur air-air se décline en de nombreuses versions. Celles à forte puissance sont naturellement les plus coûteuses. Pour avoir une idée de prix, comptez entre 2 000 et 8 000 € (TTC), pose comprise (1).

La pompe à chaleur air-eau

La pompe à chaleur air-eau est également un modèle de PAC aérothermique. Elle puise donc une partie de sa chaleur dans l’air extérieur et réchauffe votre logement à l’aide d’un réseau de chauffage : plancher chauffant ou radiateurs. Certaines versions de PAC air-eau peuvent également fonctionner avec des ventilo-convecteurs, des cassettes encastrables ou encore un système mixte.

Par sa facilité d’installation, la pompe à chaleur air-eau est particulièrement recommandée en remplacement d’un système de chauffage existant.

Pourquoi choisir une pompe à chaleur air-eau ?

La pompe à chaleur air-eau comporte les atouts suivants :

  • Elle peut fournir de l’eau chaude sanitaire, par un réseau de serpentins intégrés à la PAC ou par un ballon (intégré ou séparé) ;
  • Elle peut rafraîchir votre logement, après installation du kit prévu à cet effet ;
  • Elle peut remplacer intégralement un autre mode de chauffage (hors régions froides) ou être posée en relève d’une chaudière existante ;
  • Elle peut être monobloc, avec une seule unité extérieure ou intérieure, ou split (module extérieur et intérieur).

Mais aussi quelques inconvénients :

  • Son efficacité varie en fonction de la température extérieure et nécessite souvent un chauffage d’appoint en complément ;
  • Elle peut parfois être bruyante pour le voisinage même si les appareils plus récents tendent à devenir plus silencieux.

Prix d’une pompe à chaleur air-eau

Le tarif d’une pompe à chaleur air-eau varie entre 8 000 et 18 000 € TTC environ, pose comprise, mais des aides peuvent faire baisser la facture (voir plus bas) (1).

PAC air-eau : fonctionnement et prix d’un produit d’excellence

La pompe à chaleur eau-eau

La pompe à chaleur eau-eau est une pompe géothermique. Elle puise sa chaleur dans la terre, grâce à des capteurs et se raccordement directement à vos émetteurs de chaleur (radiateurs, ventilo-convecteurs ou plancher chauffant) pour produire du chauffage.

Il est important de distinguer les différents modèles :

  • La PAC à capteurs horizontaux, enterrés à 1 ou 2 mètres de profondeur sous la surface du jardin. Elle nécessite une superficie de terrain importante (entre 270 et 340 m² pour une PAC d’une puissance de 9 kW) (2) ;
  • La PAC à capteurs verticaux, enfouis dans le sol, en réalisant 1 à 2 forages verticaux de 90 à 100 mètres de profondeur, selon la puissance de chauffage à fournir ;
  • La PAC avec captage sur nappe phréatique. Le fluide caloporteur est remplacé par une eau souterraine, une nappe phréatique par exemple.

Quelles différences entre une PAC eau-eau, sol-eau et sol-sol ?

Ces 3 types de pompes à chaleur sont très souvent confondus, et pour cause, ils sont très similaires ! Néanmoins, il existe tout de même une différence majeure qui permet de les distinguer.

  • La PAC eau-eau utilise 3 circuits fermés indépendants : le circuit des capteurs extérieurs (eau + glycol), le circuit frigorifique de la PAC et le circuit du chauffage ;
  • La PAC sol-eau comporte 2 circuits : pour les capteurs et le réseau de chauffage. La PAC n’a donc pas de système frigorifique propre, mais exploite directement la chaleur de la terre ;
  • La PAC sol-sol ne contient qu’un seul circuit : l’eau glycolée des capteurs et donc également celle du plancher chauffant.

Aujourd’hui, les modèles de pompes à chaleur géothermiques les plus vendus sont les PAC eau-eau. Elles sont en effet plus performantes et plus facilement adaptables à un réseau de chauffage déjà existant.

Pourquoi choisir une pompe à chaleur eau-eau ?

Il y a plusieurs avantages à disposer d’une pompe à chaleur eau-eau :

  • Elle dispose d’un excellent rendement (COP >5) qui permet de très importantes économies d’énergie ;
  • Elle est efficace toute l’année, peu importe la température extérieure en hiver ;
  • Elle est idéale pour un projet de construction de maison ou dans le cadre d’une rénovation de logement.

Ce type de PAC comporte également des inconvénients :

  • Le projet d’installation d’une pompe à chaleur géothermique implique d’importants travaux ;
  • L’espace extérieur doit être suffisant grand, pour le modèle avec captage horizontal. De plus, rien ne doit être construit au-dessus des capteurs ;
  • Le coût du forage est très élevé, pour le modèle à captage vertical. De plus, une autorisation est à demander en mairie avant de réaliser les travaux ;
  • Le coût global des travaux est nettement supérieur à tous les autres types de PAC.
Bon A Savoir

Le dimensionnement de la surface des capteurs horizontaux et de la profondeur des forages varie en fonction des pertes de chaleur de votre maison. Pour réduire leur coût, il est intéressant d’engager des travaux d’isolation thermique au préalable. De plus, il deviendra possible de choisir une pompe à chaleur de plus petite puissance, et donc moins cher.

Prix d’une pompe à chaleur eau-eau

Le coût d’achat d’une pompe à chaleur eau-eau, avec l’installation, est compris entre 15 000 € et 25 000 €. Elle est éligible à de nombreuses aides financières à la rénovation énergétique (1).

Quelles aides financières pour la pose d’une pompe à chaleur ?

Pour encourager les particuliers à équiper leur habitation d’un système de chauffage économe en énergie, l’État a mis en place des dispositifs d’aides financières à la rénovation. Attention, seules les PAC air-eau et les PAC géothermiques y sont éligibles ! De plus, chaque programme comporte ses propres critères d’éligibilité.

  • MaPrimeRénov’ : cette aide prend la forme d’une prime versée à l’issue des travaux d’installation réalisés par un professionnel reconnu garant de l’environnement (RGE) ;
  • MaPrimeRénov’ Sérénité : ce dispositif, soumis à des conditions de revenus, accorde des subventions de 35 à 50 % du montant total du devis. Des bonus supplémentaires cumulables peuvent également être accordés, selon la nature de vos travaux ;
  • La prime énergie et la prime « Coup de pouce chauffage » : elles s’inscrivent dans le cadre des Certificats d’économies d’énergie (CEE). L’aide est versée directement par les fournisseurs d’énergie. Attention, il faut en faire la demande avant de signer le devis de pompe à chaleur ;
  • L’éco-prêt à taux zéro (éco-ptz) : ce prêt sans intérêts bancaires s’adresse aux propriétaires occupants ou bailleurs ;
  • Le taux de TVA réduit à 5,5 %, au lieu de 20 % pour une construction de maison ;

Des aides locales, de la caisse de retraite ou provenant d’une association (Action logement, « Les anciens combattants », etc.).

undraw_calculator_1.svg
Estimez le montant de vos aides MaPrimeRénov' gratuitement

(1) Prix observés sur les sites des professionnels.
(2) Source : Ademe (Agence de la transition écologique).