Ootravaux

Prix et avantages du récupérateur d'eau de pluie

21 octobre 2021
Gouttières
Sommaire

Vous en avez assez du montant élevé de votre facture d’eau ? Faites des économies substantielles sur votre budget annuel avec l’ajout d’un récupérateur d'eau de pluie. Si le coût dépend du modèle sélectionné et de son installation, l’eau récupérée offre de nombreuses possibilités. Véritable geste écologique et économique, le récupérateur d’eau de pluie est un projet à étudier avec soin pour répondre à vos besoins.

Comment faire votre choix ? Quels sont les prix moyens de la fourniture et de la pose ? Suivez le guide Ootravaux pour cibler le produit le plus adapté et ainsi réutiliser un maximum d’eau de pluie au quotidien.

L'essentiel
  • Le choix du système de récupération d’eau de pluie dépend de l’usage auquel il est destiné (jardin et/ou maison), ainsi que de la capacité de la cuve.
  • Le prix du matériel dépend de la citerne sélectionnée, de sa dimension et du matériau utilisé (béton, polyéthylène et polyester).
  • Le prix de l’installation varie s’il s’agit d’une cuve enterrée ou placée en extérieur à côté de la gouttière.

Récupérateur d’eau de pluie : comment ça marche ?

Il est important de savoir que 45 % de l’eau que vous utilisez au quotidien n’a pas besoin d’être potable, d’après les études de l’OMS. Cette quantité peut donc être récupérée lorsque la pluie coule de votre toit pour être ensuite réutilisée grâce à un récupérateur. En plus d’œuvrer pour l’environnement, il vous aide à réduire votre consommation d’eau à l’année.

Un fonctionnement simple

L’eau de pluie tombe sur la maison depuis le toit et coule le long de la gouttière pour ensuite rejoindre une cuve enterrée ou hors-sol. Avant d’y parvenir, elle passe dans un système de filtration pour en retirer les éventuelles feuilles, insectes et autres déchets végétaux. Cette épuration permet d’éviter la formation de vase et maintenir une bonne qualité de l’eau.

Le récupérateur d’eau de pluie est généralement équipé d’un robinet : il vous permet de puiser directement dedans. Il peut également être relié à une pompe électrique afin de rediriger l’eau vers la maison et alimenter divers dispositifs. Avec un système dédié, la pompe s’active alors à l’ouverture d’un robinet ou de l’appareil concerné.

De multiples applications

Même si l’eau n’est pas potable, elle peut servir à de nombreuses tâches quotidiennes et le système de récupération d’eau de pluie peut être raccordé à différents appareils :

  • lavage de la voiture ;
  • arrosage des plantes ;
  • eau destinée aux toilettes ou au lave-linge.
undraw_engineers_1.svg
Réalisez vos travaux de gouttières

Avec les artisans Ootravaux

Les différents types de récupérateurs d'eau de pluie

Il existe 2 grandes familles parmi les récupérateurs d’eau de pluie. D’un côté, la cuve aérienne se distingue par sa facilité d’installation. De l’autre, la cuve enterrée offre une capacité bien supérieure.

La cuve aérienne

Le principal usage du système de récupération aérien se limite généralement aux diverses tâches dans le jardin. Plus réduit que les modèles enterrés, le volume de la cuve hors-sol varie entre 200 et 2 000 litres. Simplement posée à terre, elle ne nécessite pas de gros travaux pour l’évacuation des eaux et le terrassement.

La présence d’un collecteur en amont de la citerne aérienne permet de la remplir et d’en rediriger le trop-plein. La présence d’une crapaudine dans la gouttière ou de filtres empêche les feuilles et mousses de s’introduire dans la cuve. Enfin, un robinet est positionné au bas du dispositif et une pompe peut y être installée.

Si la citerne de récupération d’eau de pluie aérienne n’est pas réputée pour son esthétisme, de nouveaux modèles, plus modernes, ont vu le jour. De forme rectangulaire ou cylindrique, il existe sur le marché des cuves au design soigné. Ces dernières s’accordent avec les matériaux de la maison ou la végétation.

Bon A Savoir

Bien que facile d’installation, la cuve d’eau hors-sol doit être posée sur un terrain plat et stable. La création d’une chape de béton peut être nécessaire.

Le récupérateur d’eau enterré

Avec son important volume de 1 500 à 10 000 litres, une cuve enterrée peut aisément être raccordée à des éléments extérieurs et intérieurs. L’eau de pluie peut ainsi alimenter les sanitaires et les appareils ménagers comme l’arrosage du jardin. Pratiquement invisible une fois installée, elle offre un confort optimal d’utilisation.

La mise en œuvre d’un système de récupération d’eau de pluie enterré se montre cependant bien plus complexe. Son emplacement doit être défini au préalable par rapport aux descentes de gouttière et il implique d’importants travaux de terrassement. Le réseau d’évacuation des eaux pluviales doit être facilement accessible pour faciliter l’acheminement du trop-plein. Enfin, l’installation d’un double système de filtration est nécessaire avec un filtre en tête de descente et un filtre en entrée de cuve.

Bon A Savoir

La mise en place d’un récupérateur d’eau de pluie enterré est un chantier complexe et technique qui requiert les compétences d’un professionnel qualifié. N’hésitez pas à solliciter les partenaires Ootravaux pour obtenir un devis de votre futur projet.

Les différents matériaux

Trois types de matières sont principalement utilisées pour la réalisation de cuves :

  • le béton : ce modèle de cuve élimine l’acidité de l’eau récupérée, mais nécessite un entretien plus poussé et affiche une plus faible durée de vie ;
  • le polyéthylène : avec sa conception haute densité il se décline en cuves enterrées ou aériennes. Il ne neutralise cependant pas l’acidité de l’eau de pluie ;
  • le polyester : destiné à la réalisation de cuves souples de faible contenance, il se montre résistant aux fortes chaleurs et au gel.
undraw_calculator_1.svg
Estimez vos travaux de gouttières gratuitement

Quels sont les critères qui influent sur le prix d'un récupérateur d'eau ?

L’eau de pluie peut être employée de plusieurs manières. Si vous vous limitez à l’entretien au jardin, le coût pour l’installation de votre citerne d’eau s’en trouvera automatiquement réduit. Il faut donc prendre en compte la taille et les besoins de votre foyer, ainsi que la dimension des espaces verts. Mais vous devez avant tout déterminer la capacité nécessaire pour votre récupérateur.

La surface du toit

Entre le nombre de pans de votre toit et les différentes gouttières, plusieurs solutions peuvent s’offrir à vous. Le récupérateur d’eau s’installe à proximité de la gouttière de votre choix pour y  acheminer l’eau. Si vous souhaitez maximiser la quantité d’eau récupérée, il convient d’opter pour la descente de gouttière de la plus importante superficie de toiture.

Privilégiez également la destination de l’eau accumulée, et donc son emplacement, pour adapter le choix du récupérateur aux contraintes existantes. Un modèle enterré ne peut pas se placer partout. Si vous souhaitez uniquement arroser le potager, autant miser sur la gouttière la plus proche.

La pluviométrie de la région

Le lieu d’habitation joue aussi un rôle dans le choix du mode de récupération d’eau de pluie à installer. Dans une région très humide, les besoins en eau sont réduits et donc un modèle à faible litrage suffit. À l’inverse, mieux vaut prévoir un récupérateur de grande taille pour les régions chaudes du sud de la France.

Pour évaluer la taille de cuve nécessaire en fonction de la pluviométrie, vous devez prendre en compte les précipitations moyennes (en mm). Une fois les 10 % d’évaporation retirés de ce chiffre, vous devez le multiplier par la surface de toit utilisée pour la récupération.

Exemple

Une pluviométrie annuelle de 750 mm avec une toiture utile de 70 m² vous permet de récupérer 47,250 m³ par an, soit 47 250 litres (750 x 70 x 90 % = 47,250).

Votre consommation d’eau

Pour définir la taille de votre citerne d’eau, vous pouvez vous référer à votre facture d’eau. En effet, le volume consommé divisé par 2 vous donne une indication de la quantité nécessaire. Ce calcul se base sur le fait que 40 à 50 % de cette consommation doit correspondre à de l’eau potable. Si vous avez une consommation de 100 m³, votre récupérateur ne devrait donc pas dépasser une utilisation de 50 m³ d’eau à l’année.

Combien coûte un récupérateur d'eau de pluie ?

Entre les différents matériaux et le mode d’installation, le prix d’un récupérateur de pluie peut grandement varier. Il n’est bien évidemment pas le même pour des cuves de 200 litres ou de 10 000 litres. La majorité des produits représentent des kits complets, mais il est parfois nécessaire d’acheter la pompe et le filtre en supplément. Malgré un coût plus important à l’achat, une cuve de récupération de grande dimension peut vous permettre de réaliser des économies sur la durée.

Prix d’une cuve hors-sol

Le prix moyen d'une citerne d'eau de pluie hors-sol oscille entre 30 et 500 € (1). Il existe 3 principaux matériaux :

  • Les cuves à eau en plastique affichent les prix les plus bas avec un budget de 50 à 70 € jusqu’à 500 L.
  • En polyéthylène résistant, les modèles de 200 à 500 L sont accessibles entre 250 et 450 €.
  • Avec une contenance de 200 à 1000 L, les amphores en terre cuite sont proposées à partir de 220 et jusqu’à plus de 500 €.

Prix d’une cuve enterrée

Un modèle enterré coûte en moyenne entre 900 et 4 500 € (1) et peut être plus onéreux en fonction du volume. La grande majorité des installations sont effectuées en béton ou en polyéthylène :

Prix des éléments additionnels

Incontournable pour votre récupérateur d’eau, la pompe affiche un coût accessible pour les petits contenants hors sol de l’ordre de 50 à 200 € (1). Elle peut cependant coûter de jusqu’à 1 000 € (1) pour les cuves enterrées de grande dimension et jusqu’à 3 000 € (2) pour le haut de gamme.

Si différents filtres sont généralement compris avec les cuves de qualité, il faut prendre en compte le coût des cartouches à remplacer au fil des mois. Pour les autres modèles, un filtre peut être ajouté ainsi qu’un collecteur au niveau de la gouttière pour un prix qui se situe entre 10 et 500 € (1) selon le type de cuve.

Combien coûte l'installation d'un récupérateur d'eau de pluie ?

Chaque situation est différente lorsqu’il s’agit d’installer un système de récupération d’eau de pluie. Selon le type de cuves, leurs dimensions et les distances de canalisations, le prix de la mise en œuvre peut varier.

Mise en œuvre d’un récupérateur hors-sol

Un modèle aérien est bien plus facile à poser qu’une cuve enterrée. Il ne nécessite que d’adapter la gouttière pour réaliser l’écoulement des eaux. Le prix de son installation est situé dans une fourchette de 50 à 300 € (2).

Mise en œuvre d’un récupérateur enterré

Dans ce cas, les travaux de terrassement constituent le coût principal du projet. Aussi, il est préférable d’anticiper l’installation lors de la construction de votre maison. Le professionnel devra également réaliser le raccordement de la cuve à la gouttière et aux canalisations. À cela s’ajoute la mise en place des filtres.

En moyenne, il faut compter de 300 à 2 500 € (2) pour l’installation de votre récupérateur d’eau de pluie enterré. Le prix va dépendre de la complexité du système et des difficultés pour effectuer le terrassement. 

Bon A Savoir

Si vous ne bénéficiez plus du crédit d’impôt pour ces travaux, il est toujours possible de profiter d’un taux de TVA réduit à 10 % et de certaines aides loca

À qui faire appel pour l'installation d'un récupérateur d'eau de pluie ?

Entre les paysagistes professionnels et les entreprises de chauffage ou de voirie et réseaux divers (VRD), l’installation de récupérateurs d’eau de pluie est une branche encore peu réglementée. Les spécialistes du métier sont rares. Il est donc essentiel de se renseigner en amont sur la qualité du travail déjà réalisé par une entreprise. Vous pouvez ensuite effectuer plusieurs demandes de devis.

Le prix peut varier d’un professionnel à un autre et vous pourrez ainsi comparer avec un maximum d’informations. N’hésitez pas à solliciter les partenaires de confiance Ootravaux. Ils se tiennent à votre disposition pour vous conseiller et vous proposer leurs services.

Embedded script : [OoTravaux] CTA Checklist - Choisir un Pro
New call-to-action

(1) Prix moyens issus de sites marchands.
(2) Prix moyens issus de différents sites de construction et travaux.