Toiture monopente

Toiture monopente : prix, avantages, inconvénients

13 juillet 2020
Toiture
Sommaire

Également appelé toit à long-pan, toit en cul levé ou toit en appentis, le toit monopente ne fait pas partie des toitures les plus courantes en France. Il possède pourtant de nombreux atouts, notamment pour améliorer l’isolation et permettre un choix entre différents matériaux (tuiles, zinc…). Vous êtes tenté ? Découvrez-en davantage sur le modèle de toit monopente qui peut servir en rénovation comme en construction neuve. Prix, type d’ossature et de charpente, dimensions et hauteur requises, pose de la couverture, aménagement des combles… Ootravaux vous dit tout sur les spécificités des toitures monopentes.

Caractéristiques de la toiture monopente

Très utilisée autrefois pour la construction des bâtiments industriels ou d’abris de jardin, la toiture monopente semble aujourd’hui séduire les amoureux de maisons contemporaines. Il faut dire qu’avec son seul versant, ce type de toiture donne une allure très moderne à n’importe quel type de bâtiment. On la retrouve également en montagne, car elle facilite l’évacuation de la neige.

La mise en œuvre de la toiture monopente

Sur un plan plus technique, la toiture monopente se distingue du toit- terrasse ou du toit plat par le degré de sa pente qui se doit d’être supérieur à 15°. Construit sur une charpente à ossature bois ou acier, le toit en appentis (monopente) se compose - comme la majorité des toits à 2 et 4 pans - d’une couverture, d’un écran sous-toiture et de matériaux qui assurent l’isolation. L’évacuation des eaux pluviales, elle, s’effectue d’un seul côté du bâtiment. Elle est facilitée par un système d’évacuation de type gouttière et chéneau.

Bon A Savoir

Dans le cadre d’un projet de rénovation ou d’isolation, ce type de toiture peut également présenter 1 double pentes. Les pans en appentis sont alors positionnés dans une même continuité, mais sur des hauteurs distinctes. Ce montage est très pratique, car il permet de casser l’aspect uniforme d’un bâtiment imposant et autorise également l’installation de baies vitrées entre les 2 niveaux.

La couverture de la toiture monopente : qualité de l’isolation et de la protection

Le choix de la couverture pour une toiture monopente est fortement corrélé à sa forme et à sa pente. Si tous les types de couvertures peuvent être théoriquement apposés sur la charpente en bois assez simple du toit à long-pan, il est cependant conseillé de respecter les règles de mise en œuvre suivantes pour la charpente et la couverture :

  • faible pente : tôle en acier, en zinc… ;

  • pente inférieure à 40 % : ardoises ;

  • pente comprise entre 25 et 50 % : tuiles canal de terre cuite ;

  • forte pente : tuiles plates en terre cuite.

Avantages de la toiture monopente

Le premier avantage, c’est… le prix de la toiture monopente ! En effet, la mise en œuvre et la simplicité de la charpente constituent un gain économique important comparativement à tout autre type de toiture. Pourquoi ? Tout simplement parce que la structure porteuse comporte moins de faîtages, de pannes, de poteaux et de chevrons qu’une charpente traditionnelle. L’économie de matériau se répercute donc logiquement sur le prix de la toiture monopente et la qualité de l’isolation. Mais le coût financier n’est pas l’unique point fort de ce type de toiture.

Parmi les autres avantages notables des toitures monopentes, on peut citer :

  • un meilleur écoulement des eaux pluviales et de la neige : le versant unique et l’inclinaison souvent importante de la toiture facilitent les évacuations. La neige et l’eau ne s’accumulent pas, ce qui limite considérablement le risque d’infiltration par le toit, contrairement au toit plat ou à la toiture terrasse ;

  • un aménagement des combles simplifié : la toiture monopente libère plus d’espace sous-toiture, car elle supprime l’effet « double pente » que l’on retrouve sous une toiture à pan double. Cela ouvre donc des perspectives d’aménagements plus intéressantes tout en augmentant les dimensions entre le sol et le plafond ;

  • un esthétisme contemporain très abouti : alors que le toit monopente était autrefois réservé à la construction d’abris de jardin, de garages ou d’annexes, il est aujourd’hui réhabilité dans les secteurs de la construction neuve et de la rénovation de toiture. Lorsqu’il est choisi dans le cadre de l’extension d’une maison, le toit en appentis apporte une touche de modernité et de design au bâtiment. Il peut également s’intégrer dans un projet de couverture de type « bac acier ».

Inconvénients de la toiture monopente

En ce qui concerne l’ossature ou la couverture des toitures monopentes, les inconvénients ne sont pas nombreux, mais ils méritent d’être énumérés :

  • un effet imposant lorsque la surface de la toiture monopente est importante : le fait que la pente du toit ne soit orientée que d’un seul côté peut créer une impression de lourdeur ou de monotonie ;

  • un risque de débordement du système d’évacuation des eaux pluviales : en cas de fortes pluies exceptionnelles, l’unique gouttière de la toiture monopente peut subir des débordements même si elle présente des dimensions et une hauteur correctes pour répondre aux besoins d’évacuation de la maison ;

  • des limitations réglementaires : le montage d’un toit plat, terrasse, « bac acier » ou monopente fait l’objet d’une réglementation stricte encadrée dans les Documents Techniques Unifiés (DTU). Dans certaines zones géographiques, un type de toiture est privilégié à d’autres pour des questions de préservation du patrimoine. Les restrictions peuvent également porter sur les matériaux, comme le choix du bois, du zinc ou des tuiles

Prix d'une toiture monopente

Vous souhaitez équiper votre future maison d’un toit en appentis ? Sachez que le prix d’une toiture monopente est conditionné à de nombreux paramètres :

  • la surface du toit : plus les dimensions et la hauteur sont importantes, plus le coût du projet augmente ;

  • le type de couverture de votre toiture monopente : la tôle en acier est moins onéreuse que l’ardoise ou la terre cuite (tuiles) ;

  • la main-d’œuvre : il est conseillé de faire appel à des artisans qualifiés dans le montage d’une toiture à pan unique. En moyenne, le tarif horaire d’un couvreur fluctue entre 40 et 70 euros HT (1) ; de la pose des poteaux à celle de la couverture. Il ne faut donc pas hésiter à faire réaliser plusieurs devis pour travaux auprès des professionnels de votre région. Renseignez-vous également sur les délais de livraison avant de signer un contrat ;

  • les accessoires : une gouttière en zinc ou en acier est plus chère à l’achat qu’un modèle en PVC. Vous pouvez également envisager le montage de panneaux photovoltaïques sur la surface totale ou partielle de la toiture, de baies vitrées ou de velux qui vont nécessiter des travaux d’isolation supplémentaires… Le cas échéant, prenez-les en compte dans le prix final.

>Tuile, ardoise, bac acier... Quel matériau choisir pour sa toiture ?

(1) Tarifs observés sur les sites des professionnels.