Ootravaux

Quel est le meilleur mur anti-bruit ?

02 décembre 2022
Maçonnerie paysagère
Sommaire

Les Français sont de plus en plus nombreux à souffrir du bruit. En atteste l'augmentation de plaintes pour bruit excessif, - que ce soit en ville ou à la campagne - depuis le premier confinement (1). Alors comment faire pour vous protéger des bruits de la route et profiter de votre jardin sereinement ? La solution vient peut-être d’un mur anti-bruit. Ootravaux brise le silence et vous dit tout sur les murs anti-bruit.

L'essentiel
  • Déterminer la source du bruit est la première chose à faire pour décider de l’implantation et la nature d’un mur anti-bruit.
  • De nombreux matériaux sont possibles pour un mur anti-bruit, mais ils ne présentent pas tous les mêmes performances d’isolation acoustique.
  • Vous pouvez modifier vos anciennes clôtures de votre jardin pour les transformer en murs anti-bruit.

Comment fonctionne un mur anti-bruit ?

Qu’est-ce qu’un mur anti-bruit ?

Vous les avez sûrement remarqués le long des autoroutes ou des chemins de fer : les murs anti-bruit sont des structures extérieures qui protègent des sons indésirables et envahissants.

Il peut s’agir de pollution sonore venant :

  • de passages de voitures ;
  • d’une activité industrielle ;
  • d’un voisinage bruyant.
undraw_engineers_1.svg
Réalisez la construction de votre mur 

Avec les maçons Ootravaux

Bien identifier l’origine du bruit

Avant de vous lancer dans des travaux qui sont assez coûteux, il est important de bien identifier la source du bruit. En effet, les solutions ne sont pas les mêmes selon qu’il s’agisse d’une source de type routier, ferroviaire, de voisinage ou encore industriel.

Un autre élément à connaître est que la protection contre un bruit gênant peut entraîner la perception d’un autre son secondaire, qui n’est pas repéré auparavant.

Ce tableau présente les niveaux sonores perceptibles et (plus ou moins) supportables par l'oreille humaine à l'aide d'exemples courants.

Niveaux en décibels

Sensations sonores

Exemples

10 – 20

Très calme

Tic-tac d’une horloge, ventilateurs d’un ordinateur

30 – 40

Jugé calme si on est actif

Appartement tranquille, bureau calme

50 – 60

Modéré

Bureau, discussion à voix haute

70 – 80 env

Fort

Voie ferrée ou route bruyante

90 – 100 env

Seuil lésionnel si > 8 h par jour

Activité industrielle ou chantier

110 – 140 env

Désagréable à insoutenable

Concert rock jusqu’au décollage d’un avion

Il n’y a pas de réel risque pour la santé auditive à moins de 40 décibels. En revanche, plus les décibels sont importants, plus l’impact est rapide. Par exemple, le bruit de la circulation à 83 dB a un effet après 4 heures d’exposition.

  • Un concert de rock peut occasionner des troubles de l’audition comme des acouphènes.
  • Les bruits de voisinage peuvent provoquer des troubles du sommeil et de la fatigue.
  • Le bruit est un facteur de stress : les personnes exposées régulièrement au bruit des véhicules routiers ou des avions ont des problèmes d’hypertension artérielle et un risque accru d’infarctus du myocarde.

Agir seul ou ensemble ?

Un bruit ne touche rarement qu’une seule personne : en faisant le tour de vos voisins, vous pourrez vérifier que la gêne est générale. C’est un atout pour entreprendre la construction d’un mur antibruit car :

  • il sera plus efficace, sans trous dans la protection ;
  • vous pourrez partager les frais et miser sur un mur antibruit de qualité.

Il est aussi possible que vos voisins ne souhaitent pas participer à la construction du mur. Vous devez alors supporter, seul, le coût des travaux. Dans ce cas, il est préférable de se rapprocher du service de l’urbanisme de votre ville pour suivre scrupuleusement les règles et éviter les recours.

Les avantages d’un mur anti-bruit

Une solution efficace contre certaines nuisances sonores dans votre jardin

Dès que vous avez localisé la source des bruits et le niveau sonore, l’édification d’une paroi anti-bruit est une réponse simple à mettre en œuvre, essentiellement pour des bruits liés à la circulation routière.

S’il est bien choisi et correctement positionné, cet écran acoustique atténue les nuisances : il parvient à vous isoler des sons qui envahissent votre jardin, votre terrasse ou même à l’intérieur de votre maison.

Une structure efficace mais aussi décorative

Les matériaux pour construire un panneau antibruit sont nombreux. Il est à parier que vous trouverez celui qui combine efficacité et accord avec l’aspect extérieur de votre maison. Bois, brique, béton ou encore écran végétal, les choix sont variés pour s’harmoniser avec votre terrasse.

Construire votre mur anti-bruit avec vos voisins

Si votre maison est située dans un lotissement ou le long d’une rue passante, vous pouvez proposer cette solution à vos voisins. Cela permet non seulement d’obtenir une protection phonique plus efficace mais aussi de partager les frais.

undraw_engineers_1.svg
Réalisez la construction de votre mur

Avec les artisans Ootravaux

Les inconvénients d’un mur anti-bruit

Une construction imposante dans votre jardin

Si vous recherchez une grande efficacité phonique, vous allez devoir miser sur l’installation d’un mur assez imposant. Sachez qu'un écran dont la hauteur est inférieure à 2 m présente un intérêt acoustique limité, les gains d'affaiblissement étant imperceptibles à l'oreille.

Le coût d’un mur anti-bruit

Selon le matériau sélectionné, comptez un coût compris pour une hauteur de 2 mètres entre 100 et 500 euros du mètre linéaire (2) pose et matériaux compris. Cette construction représente un budget conséquent auquel s’ajoute le plus souvent, le prix d’une étude préparatoire. En effet, il est préférable de demander l’intervention d’un bureau d’étude spécialisé. Ces professionnels déterminent la puissance et l’origine des bruits mais aussi les solutions les mieux adaptées. Ils décident de la hauteur, la longueur de la structure mais aussi les matériaux à privilégier pour un résultat optimum.

Pour cadrer au mieux votre budget, ayez bien en tête ces différents postes de dépense :

  • les études et les frais généraux,
  • la fourniture des matériaux et des produits,
  • la mise en œuvre,
  • la maintenance.

Les règles d’urbanisme

Comme écrit plus haut, vous devez faire une déclaration préalable de travaux avant de vous lancer dans la réalisation de la clôture antibruit dans votre jardin. Mais attention : les règles d’urbanisme peuvent parfois vous empêcher de réaliser les travaux. Certaines réglementations ne permettent pas de bâtir un écran de plus de 2 mètres de hauteur.

Comprendre ce que dit la réglementation sur le mur anti-bruit

Avant de vous lancer dans les travaux, il est nécessaire de se pencher sur les textes réglementaires, et de rendre visite aux services techniques de votre commune.

Se renseigner auprès du service d’urbanisme de votre mairie

Votre mur anti-bruit est avant tout une clôture. Il faut donc vous conformer aux règles applicables pour ce type de structure.

  • Si votre commune dispose d’un PLU (Plan Local d’Urbanisme) ou POS (Plan d’occupation des sols), vous devez remplir une déclaration préalable de travaux pour votre maison.
  • Si ce n’est pas le cas, vous devez obtenir un certificat d’alignement qui est réclamé pour réaliser une séparation avec le domaine public.

Si votre mur doit se construire en mitoyenneté, il est nécessaire d’en discuter avec votre voisin. Si vous ne parvenez pas à un accord pour, par exemple, le partage des coûts, vous pouvez l’édifier chez vous, en supportant l’ensemble du prix.

Les contraintes liées à la construction d’un mur anti-bruit

Vous allez devoir vous aligner sur les demandes du PLU en matière de hauteur et d’apparence pour la clôture. Par ailleurs, il est recommandé de ne pas dépasser les 3 mètres de hauteur, car cette demande est souvent refusée par les services techniques. Mais elle peut être débattue en conseil municipal, de manière dérogatoire. Une telle hauteur nécessite aussi l’intervention d’un professionnel pour la définition de la structure et la dimension des fondations.

La surélévation ou l’amélioration acoustique d’un mur existant

Vous pouvez choisir d’améliorer les clôtures existantes de votre jardin pour qu’elles remplissent une fonction antibruit.

Dans ce cas, il vous faudra présenter aux services techniques les mêmes documents montrant que vous respectez les contraintes réglementaires, mais à partir d’une construction déjà existante. Cette solution peut s’avérer plus économique que la création d’un mur.

Vous améliorez l’acoustique de vos clôtures :

  • en supprimant les « trous » ou les « jours » qui laissent passer le son ;
  • en modifiant le portail et les ouvertures pour des modèles en bois plein plutôt qu’à lames, par exemple ;
  • en habillant les murs de panneaux absorbant les sons.

La prise en charge du prix de la protection contre le bruit

Dans certains cas, vous n’avez pas à payer le prix de la construction d’un mur, panneau ou clôture antibruit. La mairie ou le département prend en charge son coût, si vous subissez des nuisances sonores venant de la proximité d’une route, d’une voie ferrée, d’un aéroport ou encore d’une industrie. Vous devez contacter les services techniques de la mairie pour connaître les procédures.

undraw_engineers_1.svg
Réalisez la construction de votre mur

Avec les artisans Ootravaux

Quel matériau pour un mur anti-bruit efficace ?

Le choix des matériaux (panneaux de bois, parpaings ou gabions) n’est pas une question décorative. Cela impacte directement l’efficacité de la structure, selon la puissance du bruit. Ootravaux vous liste les matériaux en vous détaillant leurs caractéristiques et leurs performances.

Le mur en tôle ondulée et des panneaux acoustiques métalliques

Cette réponse est bien sûr la plus simple et la plus légère parmi les murs de protection, avec une épaisseur inférieure à 1 cm. Elle convient pour des sons d’une puissance de 17 à 25 décibels.

La palissade en bois

Vous pouvez préférer l’installation d’une palissade avec des panneaux ou des lames en bois si les bruits n’excèdent pas les 25 décibels environ. Cela correspond à une conversation à voix basse dans un jardin par exemple. L’isolation acoustique de matériau est donc réservée à un son assez faible : en effet, les lames ou les panneaux de bois n’excèdent pas une épaisseur de 2 cm.

Le mur en brique

Pour des nuisances sonores ne dépassant pas 40 dB, une cloison en briques, avec une hauteur de 2 m et une épaisseur de 7 cm, est efficace. Vous allez avoir le choix entre plusieurs modèles de briques : pleines ou perforées dans différentes couleurs. Il existe aussi des produits moins traditionnels comme les briques monolithes ou « BMA ». Ces briques creuses sont de grande hauteur (2,6 m de haut, 20 cm d’épaisseur et 60 cm de large). Elles assurent à la fois l'isolation et la correction acoustique.

Le mur en béton

Il est possible de trouver une large gamme de blocs béton permettant une bonne isolation du bruit de la rue, par exemple. Outre le traditionnel parpaing, d’autres types de blocs peuvent rester apparents. Si vous optez pour un produit qui est augmenté de granulats de bois, vous accroissez ses performances phoniques. Son efficacité vous permet de gommer des sons jusqu’à 50 décibels.

Le mur en gabions

Vous ne connaissez pas ce terme ? Et pourtant, vous avez sûrement déjà aperçu ces cages grillagées remplies de pierres. C’est ce que l’on appelle des murs en gabions : le terme « gabion » correspond au casier en fer.

Avec un écran acoustique d’une épaisseur d’un mètre, vous pouvez réduire l’impact d’un bruit jusqu’à 60 dB. Imposant et efficace !

Le mur végétal

C’est beau dans un jardin et en plus c’est efficace ! Les plantes permettent l’absorption des bruits et améliorent la qualité de l’air… Vous devez utiliser, dans ce cas, des clôtures en bois ou un talus aménagé pour faire pousser vos végétaux. Vous pouvez aussi opter pour un modèle artificiel qui est très facile à installer et qui ne nécessite pas d’entretien !

À qui faire appel pour la construction d'un mur anti-bruit ?

Pour profiter de votre jardin ou de votre terrasse en toute quiétude, vous devez faire appel à des professionnels. En effet, dans un premier temps, il est important de faire établir une étude par des spécialistes du bruit. Ensuite un artisan réalise l’ouvrage. Dans les deux cas, Ootravaux vous conseille de demander plusieurs devis à différents professionnels pour comparer les prix.

Des spécialistes du bruit

Il serait dommage de construire un mur qui ne sert à rien. Et en matière de bruits, c’est tout à fait possible tant le domaine est technique. En effet, la propagation des sons obéit à des règles physiques précises qu'il faut savoir analyser. En fonction des résultats, vous allez choisir les matériaux adaptés pour une isolation phonique efficace.

Des artisans maçons

La plupart des structures nécessitent les compétences d’un maçon, que ce soit pour une création en parpaing ou encore l’installation d’éléments d’insonorisation sur une ancienne clôture. Le mur en gabion doit aussi être installé par des pros pour garantir sa stabilité, puisqu’il ne nécessite pas (toujours) de fondations.

undraw_engineers_1.svg
Réalisez la construction d'un mur 

Avec les artisans Ootravaux

(1) https://www.europe1.fr/societe/nuisances-sonores-les-francais-de-plus-en-plus-intolerants-au-bruit-selon-une-enquete-4137351
(2) Prix moyens issus de différents sites de construction et travaux.