Ootravaux

Sommaire

Vous attendez avec impatience le printemps pour organiser les premiers repas sur votre terrasse ou dans votre jardin. Mais depuis quelques années, vous devez aussi gérer un invité bien désagréable : le moustique ! Cet insecte qui n’est parfois pas plus grand qu’une fourmi a pourtant un pouvoir de nuisance très important : ses piqûres, au-delà de la démangeaison, peuvent transporter des virus de maladies telles que le Zika ou la dengue. Comment faire pour s’en débarrasser ? Ootravaux est à vos côtés pour faire fuir les moustiques, vous confier les bonnes pratiques et vous éviter l’achat de produits sans effet. 

L'essentiel
  • Les méthodes naturelles ou chimiques pour faire fuir le moustique tigre ou le moustique commun sont les mêmes ;
  • Éliminer ou limiter les lieux de pontes des larves est le meilleur moyen de restreindre le nombre des moustiques ;
  • Certains dispositifs vendus en pharmacie comme les bracelets anti-moustiques ou les huiles essentielles sont inefficaces ;
  • Se protéger des piqûres grâce à des vêtements amples et de couleur claire est une des astuces pour ne pas se faire piquer.

Comment reconnaître les environnements favorables aux moustiques ?

En France, vous pouvez rencontrer deux types de moustiques : le commun et le tigre. Et malheureusement, ils ont des habitudes de vie différentes. Alors que le moustique tigre ou Aedes albopictus se retire dès la nuit tombée, le moustique commun (Culex pipiens) entre en scène. Vous l’avez compris : il faut se battre sur tous les fronts pour éviter leurs piqûres !

Pourquoi les moustiques piquent ?

En premier lieu, il est nécessaire d’expliquer les raisons pour lesquelles les moustiques tigres (ou communs) piquent les mammifères, en général.

Seules les femelles qui viennent d’être fécondées provoquent des piqûres. En effet, elles cherchent à mieux nourrir leurs œufs : le sang humain représente une source de protéines parfaitement adaptée à leurs besoins. Cette situation est exceptionnelle, car le nectar des fleurs constitue l’alimentation habituelle des moustiques, mâles comme femelles. Enfin, ce n’est pas la piqûre qui provoque une irritation, mais la salive de la femelle moustique.

L’eau stagnante, le point commun à tous les moustiques

Le Culex pipiens comme l’Aedes albopictus apprécie particulièrement l’eau stagnante pour y déposer ses œufs. C’est pour cette raison que la lutte contre l’eau stagnante est la première action à accomplir. Saviez-vous d’ailleurs que dès l’Antiquité, la lutte contre les moustiques a commencé par le drainage des zones humides ? Il est donc recommandé de faire en sorte que vos arrosoirs, les coupelles sous les pots de fleurs ou les rigoles soient toujours bien asséchés. C’est une méthode un peu contraignante, mais qui porte ses fruits. D’ailleurs, certaines municipalités ont désigné des “spécialistes moustiques” qui interviennent à domicile pour relever tous les points à surveiller ou à éliminer. C’est le cas en Nouvelle-Aquitaine avec la visite-conseil des jardins privés. Des agents techniques municipaux sont formés pour participer à la neutralisation des lieux de ponte dans les espaces publics et les jardins des particuliers. 

À l’aise à la ville comme la campagne

Une autre particularité du moustique est son incroyable adaptabilité ! Le moustique tigre, par exemple, est « anthropophile » : cela signifie qu’il affectionne particulièrement les lieux habités par l’homme. Ainsi, vous pouvez être piqué alors que vous êtes au centre de Paris : pas besoin de vivre en Camargue pour connaître les affres des piqûres de moustiques. Un vieux pneu dans une cour ou un bidon de récupération des eaux de pluie sont parfaits pour installer les larves.

Le moustique commun ou autochtone, quant à lui, s’épanouit dans le milieu naturel. Le développement des larves nécessite là aussi un lieu propice que la femelle trouve dans des fossés, des marécages, des zones humides inondables…

Lorsque l’on assiste à un printemps très pluvieux avec la constitution de grandes mares d’eau, il faut s’attendre à un plus grand nombre de moustiques dès que les températures montent.

Les zones littorales ne sont pas épargnées

Et la plage alors ? Elles sont aussi colonisées par des moustiques particuliers des zones humides : 

  • L’Aedes caspius est très répandu en Camargue et peut piquer plus de 300 fois en 15 mn ;
  • L’Aedes detritus colonise les sols salés de sanouïre (terre inondée par les hautes marées).
undraw_engineers_1.svg
Réalisez votre désinsectisation

Avec les artisans Ootravaux

Les meilleures solutions naturelles pour repousser les moustiques 

Si vous voulez profiter de vos soirées d’été et dormir tranquillement dans votre maison, Ootravaux vous préconise des solutions naturelles. Mais attention, il faut rester prudent. Les autorités de santé françaises, très concernées par la prolifération des moustiques, mettent en garde concernant certaines croyances ou produits répulsifs peu efficaces.

Se laver pour éviter de transpirer

Vous avez sûrement entendu parler des plantes qui ont une odeur répulsive. Le géranium est souvent cité en exemple. Or, l’odeur la plus attirante pour le moustique est bien celle de l’homme ou d’un animal. Surtout lorsqu’il transpire. En effet, l’augmentation de la chaleur du corps produit plus de bactéries et de composants aromatiques qui attirent la femelle, grâce à son système olfactif très développé.

Mais ce n’est pas tout : le moustique est aussi sensible au gaz carbonique produit par la respiration. La cible idéale pour un moustique est une personne qui vient de pratiquer un sport : elle transpire et produit du CO2. La meilleure des solutions est de se laver régulièrement pendant les périodes d’attaque des moustiques pour limiter les odeurs corporelles, en respirant calmement !

Porter des vêtements de couleur claire

Une autre manière naturelle de vous protéger des moustiques est de porter des vêtements amples, couvrants et de couleur claire. En effet, il a été constaté que la femelle moustique avait une préférence pour les couleurs sombres comme le marron, le violet. C’est le moment de porter des tenues orange, jaune ou encore vert pomme ! 

L’huile essentielle d’eucalyptus citronné (cotriodora) ou citriodiol 

Son efficacité à faire partir les moustiques dépend de sa formulation, comme pour son équivalent chimique. C’est le seul produit à base d’huile essentielle qui fait partie de nos conseils !

La raquette électrique 

Cette solution consiste à tuer le moustique en plein vol grâce à une impulsion électrique. Cela nécessite une certaine dextérité et de la patience. Mais l’avantage par rapport aux autres dispositifs, est l’impression d’agir contre les moustiques qui vous attaquent. Et la méthode est finalement naturelle et durable.

L’air du ventilateur

Les moustiques ne sont pas très doués pour le vol : vous pouvez les contrer grâce à l’air produit par les pales de votre ventilateur. Placez des ventilateurs à haute vitesse près des ouvertures type portes et fenêtres pour les empêcher d'entrer. N'hésitez pas également à en positionner un à proximité de votre lit pour des nuits plus tranquilles.

Bon A Savoir

Les huiles essentielles n’ont pas démontré leur efficacité. Pourtant, vous allez trouver bon nombre de produits à base d’huiles essentielles présentés comme de véritables répulsifs. Soyez vigilants !

Les solutions chimiques et commerciales vraiment efficaces

Le marché des produits pour lutter contre les moustiques est très important et ne cesse de se développer. Parmi toutes les solutions, il faut connaître celles qui fonctionnent et délaisser les autres. Ootravaux vous aide à identifier les anti-moustiques efficaces. Certains les éloignent, comme les répulsifs, quand d’autres les suppriment : les insecticides.

Ootravaux

Les produits répulsifs pour la peau

Ils se présentent sous forme de spray ou de stick et roll-on. Le spray évite l’inhalation du produit : cela peut être un avantage pour les enfants, par exemple. S’il existe plusieurs marques, les compositions sont sensiblement les mêmes. En effet, les produits sont principalement composés de DEET, de l’IR3535 ou d’icaridine. Seules les concentrations changent en fonction des marques.

Le DEET : un classique dans le domaine des répulsifs

Le mot « DEET » est l'acronyme du N,N-Diéthyl-m-toluamide. Cet actif a été développé par les Américains, pendant la Seconde Guerre mondiale. Le DEET est devenu l’un des antimoustiques les plus étudiés. Ses effets sur les hommes, femmes (enceintes ou pas) ou enfants sont tout à fait répertoriés.

Le fonctionnement de cet actif est simple : il masque ou bloque les substances qui émanent des peaux. Celles-là mêmes qui attirent les moustiques. Son dosage dans les produits répulsifs est étudié en fonction des zones dans lesquelles vous habitez. En effet, la durée d’efficacité évolue en fonction du pourcentage de DEET présent dans le produit. Pour bénéficier d’une durée de 8 heures, il est nécessaire d’utiliser un mélange avec 50 % de DEET. Les effets de cet actif sont particulièrement surveillés, mais il reste celui qui est recommandé par l’OMS (Organisation mondiale de la santé). Pour éviter que les moustiques des zones fortement contaminées deviennent résistants au DEET, il est recommandé d’utiliser des dosages adaptés.

L’IR3535, l’autre répulsif pour faire s’éloigner les moustiques 

C’est l’autre substance active qui est utilisée dans les produits répulsifs. Comme pour le DEET, vous devez suivre les conseils d’utilisation que vous trouvez dans le résumé des caractéristiques du produit. Vous pourrez, par exemple, connaître le nombre maximum d’applications possible en fonction de l’âge de l’individu ou de son état (pour les femmes enceintes).

Bon A Savoir

tous les produits contenant du DEET et la majorité des produits contenant de l’IR3535 font l’objet d’une AMM (autorisation de mise sur le marché) avec un résumé des caractéristiques du produit (RCP). Ce RCP indique les instructions d’emploi nécessaires pour garantir une efficacité du produit et une utilisation sans risques. 

Les diffuseurs électriques

Ces appareils se branchent sur une prise électrique pour diffuser une substance insecticide. Il est nécessaire là aussi de vérifier qu’il s’agit bien d’une substance active répertoriée comme efficace. Dans ce cas, il s’agit le plus souvent de la pralléthrine

Les serpentins fumigènes en extérieur

Parmi les produits qui présentent une certaine efficacité, vous pouvez choisir le serpentin fumigène. Les serpentins se consument en provoquant de la fumée et en dégageant des substances qui peuvent éloigner les moustiques. 

Ils s’utilisent uniquement à l’extérieur, en évitant que les enfants s’approchent trop près et inhalent les fumées qui peuvent être toxiques. Vérifiez bien la composition du serpentin avant de l’acheter.

undraw_engineers_1.svg
Débarassez vous des nuisibles

Avec les artisans Ootravaux

Gare aux fausses solutions

Les moustiques sont un véritable fléau et il est tentant de proposer des solutions pour faire fuir ou pour éradiquer ces insectes. Or, la plupart des produits que vous allez trouver dans le commerce ne sont pas efficaces. Tour d’horizon des remèdes et autres astuces aux résultats aléatoires ou nuls.

Le bracelet anti moustique

Il a séduit de nombreux parents qui pensent avoir trouvé la solution pour éviter les piqûres de moustiques. Malheureusement, même s’ils sont souvent vendus dans des pharmacies, l’efficacité des bracelets anti moustiques n’est pas démontrée. 

Les huiles essentielles

Elles sentent bon, et certains leur confèrent des pouvoirs qu’elles n’ont pas toujours. Et dans le cas de la lutte contre les moustiques, les huiles essentielles n’ont pas encore prouvé leur action. Rien n’arrête une femelle qui veut se nourrir pour ses œufs ! Ni la lavande ou la citronnelle ne fait fuir le moustique, tigre ou pas. 

Bon A Savoir

Pour une fois, le vinaigre blanc ne fait pas partie des remèdes naturels. Il n’a pas d’effet répulsif.

Le diffuseur d’ultra-sons

Il se présente sous plusieurs formes : en porte-clefs, en boîtier à brancher sur une prise électrique. Vous avez peut-être téléchargé une application sur votre smartphone. Mais c’est peine perdue : aucun de ces dispositifs ne fonctionne. 

Les pièges à moustiques

Ils sont apparus depuis quelque temps et certains sont assez perfectionnés : ils peuvent coûter jusqu’à une centaine d’euros. Certains dits « actifs » reproduisent la respiration humaine avec la diffusion de gaz carbonique. Une fois attirée, la femelle moustique est aspirée par une ventilation électrique et capturée grâce à un filet.

Les pièges à moustiques « passifs » sont constitués d’un récipient rempli d’eau stagnante. Le support de ponte est imprégné d'insecticides ou de bandes collantes. Ce dispositif vise à limiter la ponte des femelles : il s’agit de pièges pondoirs létaux. 

Il est nécessaire dans ce dernier cas d’entretenir très régulièrement le support de ponte pour éviter qu’il ne devienne un gîte parfait pour la production de moustiques : c’est le danger !

Les lampes à ultraviolets

Elles sont efficaces pour pratiquement tous les insectes sauf… les moustiques. Une bonne raison pour ne pas acheter ces modèles.

Les pièges à levure  

Ce piège est constitué de levure de boulanger, de sucre roux et d’eau : mais il n’est pas question de réaliser un gâteau ! Les moustiques devraient être attirés par le CO2 produit par la fermentation du sucre. Sur le papier, cette méthode naturelle est tentante : malheureusement, elle ne produit pas suffisamment de dioxyde de carbone. Si le moustique n’est pas attiré par ce mélange, des guêpes vont l’adorer…

Les plantes répulsives

Certains pourraient vous préconiser d’aménager votre jardin ou votre terrasse avec de nombreuses plantes répulsives, comme 

  • le géranium ;
  • la menthe poivrée ;
  • le cierge d’argent ; 
  • le souci ;
  • le pétunia ;
  • etc.     

Mais là encore, vous risquez d’être déçu : ces plantes n’ont aucune action sur les moustiques.

Comment prévenir l'arrivée des moustiques ?

Vous l’avez compris : la méthode la plus efficace est d’éviter l’arrivée des moustiques dans votre jardin ou sur la terrasse de votre maison. Il y a plusieurs méthodes à mettre en place pour limiter leur présence ou vous préserver de leurs piqûres. Ootravaux vous guide pour savourer au mieux vos soirées de printemps et d’été.

Installer des moustiquaires

Cela peut sembler « basique » et pourtant la moustiquaire reste la protection la plus efficace, en intérieur, contre les moustiques. Son autre avantage est qu’elle est éco-responsable, ce qui n’est pas le cas par exemple des sprays répulsifs pour la peau. 

Depuis quelque temps, il est possible d’acheter des moustiquaires sur cadre que vous placez sur les fenêtres ou les baies vitrées. Vous pouvez ainsi continuer à aérer votre maison, tout en vous protégeant des insectes.

Si les moustiques tigres ne sévissent pas la nuit, les moustiques « communs » sont très actifs pendant votre sommeil : vous pouvez aussi opter pour des moustiquaires dans la chambre, au-dessus du lit ou de celui de votre bébé. Cette protection fonctionne très bien !

Évacuer les eaux stagnantes

Les récipients dans le jardin ou sur la terrasse sont des « gîtes pondeurs » aussi bien pour les deux types de moustiques. Il est indispensable de veiller à ce qu’il n’y en ait pas autour de votre maison. Sachez que le moustique tigre ne vole pas au-delà de 150 mètres de son lieu de naissance : une bonne raison de mener une surveillance accrue entre voisins. 

Surveiller les récupérateurs d’eau et les rigoles

Si vous avez installé un récupérateur d’eau, il est important d’ajouter une moustiquaire pour éviter que la femelle vienne déposer des larves. 

Enfin, n’hésitez pas à nettoyer régulièrement les rigoles des gouttières : l’eau stagne facilement lorsqu’il y a des feuilles qui gênent l’écoulement des eaux pluviales.

undraw_engineers_1.svg
Réalisez votre désinsectisation

Avec les artisans Ootravaux

Glossaire

Certains termes techniques de cet article vous semblent complexes ? Pas de panique ! Ootravaux vous propose un glossaire clair et concis pour tout comprendre et faire les meilleurs choix.

  • Le terme « DEET » est l'acronyme du N,N-Diéthyl-m-toluamide. Il agit sur les neurones et les récepteurs des moustiques pour les éloigner, mais ne les tue pas. On parle d’un insectifuge et non d’un insecticide.
  • la pralléthrine est la matière active que l’on trouve dans les diffuseurs électriques ou les spirales.