Devis pour l'installation d'un chauffage électrique

Devis d'installation d'un chauffage électrique : comprendre et comparer pour avoir le bon service

06 octobre 2020
Chauffage électrique
Sommaire

L’installation d’un chauffage électrique nécessite un budget assez raisonnable comparé à d’autres types de chauffage, comme la chaudière au fioul ou au bois. Malgré tout, des éléments susceptibles d’augmenter le prix de la pose d’un chauffage électrique doivent être pris en compte : surface à chauffer, puissance, type de chauffage… Heureusement, vous n’êtes pas seul ! Ootravaux vous accompagne dans la compréhension de votre devis de chauffage électrique et vous donne les clés pour choisir le meilleur artisan.

Les critères qui impactent le prix et le devis de l'installation de chauffage électrique

Le montant d’un devis d’installation de chauffage électrique varie en fonction de 3 facteurs majeurs :

  • L’état de l’installation électrique actuelle de votre maison. S’il s’agit d’un simple remplacement des radiateurs, le coût global sera moins élevé que s’il faut refaire tout le câblage depuis le tableau électrique. Ainsi, sur une installation ancienne, le tarif peut être plus élevé que sur une installation neuve ;
  • Le modèle des émetteurs de chauffage à adapter au système de chauffage de votre choix. Il existe de nombreux types de radiateurs électriques ; le prix d’un radiateur varie énormément en fonction de la technologie choisie ;
  • Le système de régulation. L’ajout d’un système de régulation permet d’optimiser le fonctionnement des radiateurs électriques. Cela peut être lié à des détecteurs de présence ou d’ouverture des fenêtres. Si ces automatismes permettent des économies d’énergie ultérieures, leur coût s’ajoute au devis d’installation du chauffage électrique.

Quel chauffage électrique choisir ?

Devis et installation : quel est le prix moyen pour chaque type de chauffage électrique ?

Dans la grande famille des chauffages électriques, il est parfois difficile de s’y retrouver. Or, le prix d’un système de chauffage électrique dépend en grande partie de la technologie de radiateur choisie. Il est donc important de connaître les grandes catégories de radiateur électrique.

Le convecteur électrique

Les convecteurs sont les plus anciens types de radiateurs électriques. Ce sont les modèles les plus fréquemment retrouvés dans les logements anciens, appréciés pour leur faible prix d’investissement. Comptez entre 30 et 80 euros pour l’acquisition d’un convecteur (1). Malheureusement, son faible coût d’achat va de pair avec un faible confort d’utilisation et un mauvais rendement général. C’est d’ailleurs ce qui vaut au convecteur le surnom de « grille-pain ».

Les convecteurs électriques captent l’air en partie basse, le chauffent grâce à une résistance et le rejettent en partie haute. Cette circulation provoque un courant d’air qui est ressenti par les occupants de la pièce. Cela engendre un inconfort qui est souvent compensé par une surchauffe et donc une surconsommation. C’est aussi le système de chauffage électrique le moins économique sur le long terme. C’est pourquoi il est souvent réservé pour le chauffage d’appoint.

Le soufflant

Il s’agit d’une version améliorée du convecteur électrique classique. Le fonctionnement de base reste le même, mais un ventilateur accélère la circulation de l’air. Ainsi, la montée en température de la pièce est beaucoup plus rapide. C’est pourquoi il est souvent utilisé dans les pièces qu’il faut chauffer rapidement, en particulier pour une salle de bains.

Côté prix, le soufflant coûte plus cher que le modèle classique. Prévoyez un budget de 100 à 200 euros par appareil, pour la fourniture uniquement (1).

Le radiateur radiant

Le radiateur radiant, ou panneau rayonnant, dispose d’une plaque d’aluminium. Lorsque le radiateur est en marche, la plaque d’aluminium stocke de la chaleur, qu’elle peut ensuite restituer lorsque le radiateur s’arrête. La production de chaleur est donc plus régulière et plus agréable pour les occupants. Les radiateurs radiants peuvent être utilisés dans n’importe quelle pièce. L’achat d’un radiateur radiant coûte entre 150 et 300 euros (1).

Le radiateur à inertie

Le radiateur électrique à inertie accumule également de la chaleur pour la restituer progressivement. L’inertie peut être créée de plusieurs façons. Sont distinguées 2 catégories de radiateurs électriques à inertie :

  • Les radiateurs à inertie fluide produisent du chauffage à inertie grâce à la résistance électrique qui chauffe un fluide (du glycol, par exemple). D’une haute performance, ils dégagent une chaleur douce offrant un agréable confort thermique. Le prix des radiateurs à inertie fluide se situe entre 200 et 500 euros (1). En revanche, le prix d’achat est élevé et les prix de réparation peuvent être coûteux en cas de fuite, car l’intervention est délicate. Ils ne sont pas recommandés dans une salle de bains ;
  • Les radiateurs à inertie sèche disposent d’un corps de chauffe solide qui emmagasine la chaleur. Le corps chauffant du radiateur électrique peut être en métal (aluminium ou fonte) ou en matériau réfractaire (brique, pierre, etc.). Le prix d’un radiateur à inertie sèche varie entre 250 et 1 000 euros (1). Ce type de radiateur électrique offre une bonne longévité, associée à une faible consommation énergétique et des matériaux robustes. Ils sont essentiellement destinés aux pièces de vie, comme le salon, où la chaleur constante, douce et homogène qu’ils produisent est particulièrement appréciée. Leur lente montée en température peut être compensée par un double corps de chauffe. Leur prix d’achat est élevé.

Le radiateur à double corps de chauffe

Ces radiateurs combinent le principe de fonctionnement d’un panneau rayonnant chauffant et d’un radiateur à inertie sèche. Ils chauffent très rapidement, et offrent une chaleur continue qui contribue au confort thermique. Le prix de ces radiateurs électriques est relativement élevé. Comptez entre 500 et 1 000 euros par radiateur (1).

Le radiateur électrique à accumulation de chaleur

Le radiateur à accumulation est très lourd, et est particulièrement lent au démarrage. Dans le passé, il était utilisé pour profiter des tarifs d’électricité avantageux en heures creuses. Ce type de radiateur coûte au moins 700 euros (1). Son prix peut même monter au-delà de 2 000 euros. Aujourd’hui, le radiateur électrique à accumulation est quelque peu dépassé, et les modèles à inertie lui sont généralement préférés.

Tableau récapitulatif des prix des radiateurs électriques

Type de chauffage électrique

Budget moyen à prévoir (fourniture seule) 

Convecteur électrique

Entre 30 et 80 €

Soufflant

Entre 100 et 200 €

Radiateur radiant

Entre 150 et 300 €

Radiateur à inertie fluide

Entre 200 et 500 €

Radiateur à inertie sèche

Entre 250 et 1 000 €

Radiateur à double corps de chauffe

Entre 500 et 1 000 €

Radiateur à accumulation

Entre 700 et 2 000 €

Prix de la pose d'un chauffage électrique par un professionnel

Il est courant de chiffrer le coût de pose d’un chauffage électrique par unité de radiateur. Ainsi, l’installation d’un radiateur électrique coûte entre 40 et 200 euros en plus de la fourniture de l’appareil lui-même (1). Le prix de pose varie selon votre choix de matériel, la complexité du chantier et l’état de l’installation électrique existante.

Pour une maison entière d’environ 100 m², il vous faudra plus ou moins 10 radiateurs. Le prix de l’installation complète d’un système de chauffage à radiateurs électriques se situe entre 3 000 et 5 000 euros selon le type de radiateur voulu, fourniture et pose comprise (1). Prévoyez environ 500 euros supplémentaires (1) s’il faut préalablement créer ou ajuster le réseau de câbles électriques.

Installation électrique : tout ce que vous devez savoir sur le diagnostic électricité

Quelques aides pour réduire la facture d'installation de votre système de chauffage électrique

Vous l’avez compris, le remplacement ou la pose de radiateurs électriques performants peut représenter un investissement plus ou moins important. L’État met régulièrement en place des dispositifs pour encourager les ménages à effectuer une rénovation énergétique de leur logement, et ainsi les aider à réguler leur consommation d’énergie.

Toutefois, l’essentiel des aides concerne les énergies renouvelables (bois, solaire, pompe à chaleur, etc.) ou les systèmes de chauffage central au gaz. D’autant plus que le dispositif d’aide pour l’installation de radiateurs électriques performants appelé prime « Coup de Pouce Chauffage » qui concernait les propriétaires modestes a pris fin depuis le 1er juillet 2021. Pas facile donc aujourd’hui d’obtenir une quelconque source de financement pour réduire le coût de vos travaux, toutefois des solutions existent bel et bien !

La TVA réduite

Si votre logement (maison ou appartement) a plus de 2 ans d’ancienneté, vous pouvez bénéficier d’une TVA à taux réduit de 10 % (au lieu de 20 %) sur la main-d’œuvre et sur le matériel.

Attention, vos travaux dans leur globalité ne doivent pas impliquer la remise à neuf de :

  1. La majorité des éléments porteurs (fondations, murs extérieurs ou de refends, toiture, etc.).
  2. Plus de 2/3 de l’ensemble des éléments de second œuvre (planchers, plomberie, fenêtres et portes, réseau électrique, cloisons et chauffage).

Les Certificats d’économies d’énergie

Les Certificats d’économies d’énergie (CEE) sont attribués directement par un fournisseur ou un distributeur d’énergie de votre choix (EDF, Total, Leclerc, par exemple). Vous devez néanmoins respecter certaines conditions pour les obtenir :

  • Les émetteurs électriques doivent comporter une régulation électronique ;
  • Les appareils doivent être certifiés NF Électricité Performance (catégorie 3 étoiles) ;
  • Si le radiateur ne dispose pas du label NF Électricité Performance, il pourra toutefois être éligible s’il est équipé d’une détection automatique et programmée (régulation, détecteur de présence ou d’absence, réduction automatique d’allure de chauffage, etc.) ;
  • L’installateur doit être titulaire d’un signe de qualité conforme au décret n° 2014-812 du 16 juillet 2014.
Bon A Savoir

Les Certificats d’économies d’énergie peuvent prendre la forme d’une prime, d’un bon d’achat, d’une remise sur facture, d’un prêt à taux faible ou de conseils techniques.

Le chèque énergie

Le chèque énergie est une aide provenant de l’État qui est distribuée aux ménages les plus précaires pour les aider à payer leurs factures d’énergie. Les personnes concernées en bénéficient directement, sans en faire la demande au préalable. Ce chèque peut donc servir à payer votre électricité, votre chauffage ou une partie de vos travaux de rénovation (et donc aussi de chauffage électrique).

Depuis le 1er janvier 2021, le montant du chèque varie de 48 à 277 euros.

Les autres aides, si vous réalisez plus de travaux

Et si profitiez du remplacement de votre mode de chauffage actuel pour entreprendre d’autres travaux de rénovation énergétique ? La logique est simple : plus vous réduisez les déperditions thermiques de votre maison, plus le montant des aides financières est important. En effet, en ajoutant de l’isolation thermique à votre projet ou une solution à énergie renouvelable (panneaux solaires, chauffe-eau thermodynamique, etc.), vous pouvez ainsi intégrer le coût de vos radiateurs électriques.

Pour un projet incluant plusieurs actions de rénovation énergétique, vous pouvez obtenir :

  • De 35 à plus de 50 % de subventions dans la limite de 12 500 à 18 000 euros d’aides selon vos ressources, avec le programme « Habiter Mieux » de l’Anah (Agence nationale de l’habitat). Vos travaux doivent permettre d’atteindre un gain énergétique d’au moins 35 % sur votre consommation d’énergie (en kWh). Attention, ce dispositif ne concerne que les ménages modestes, propriétaires d’un logement de plus de 15 ans d’ancienneté ;
  • Un prêt à taux faible, avec la Caisse d’allocations familiales (CAF) ou avec le groupe Action Logement (réservé aux salariés du secteur privé) ;
  • Certaines aides locales. Des programmes de rénovation spécifiques existent localement, renseignez-vous directement auprès de votre mairie ;
  • D’autres aides provenant de votre caisse de retraite, de votre mutuelle, ou d’une association (« Les anciens combattants », par exemple).

Comment procéder à sa demande de devis d'installation de chauffage électrique ?

Avant de choisir un professionnel pour l’installation de votre chauffage électrique, il est conseillé de solliciter plusieurs devis. Pour cela, vous devez contacter plusieurs chauffagistes ou entreprises générales. Si vous pouvez choisir des entreprises locales, c’est encore mieux : cela réduira les frais de déplacement inclus (explicitement ou pas).

Lorsque vous leur présentez votre projet d’installation de chauffage, soyez le (la) plus précis(e) possible, surtout si vous savez quel type de chauffage électrique vous voulez. Vous pouvez obtenir un premier prix de chauffage électrique et vous servir de ce devis pour faire chiffrer les autres entreprises. Ainsi, vous êtes sûr(e) d’obtenir des offres commerciales comparables.

Pour vous simplifier la tâche, vous pouvez faire appel à une plateforme comme Ootravaux. Ainsi, avec une seule demande, vous pourrez obtenir plusieurs devis d’installation d’un système de chauffage électrique.

Rappel : les éléments indispensables à retrouver sur un devis d'installation de chauffage électrique

Un devis est un document officiel qui sert de base à vos travaux. Avant de vous engager, vous devez bien veiller à ce qu’il soit le plus complet possible. Vous devez notamment retrouver les indications suivantes :

  • la désignation précise des travaux, idéalement par pièce ou par type de radiateur, y compris la marque et la puissance de chaque élément ;
  • le montant total HT ;
  • le taux de TVA appliqué et le montant total TTC ;
  • les coordonnées précises de l’entreprise ;
  • la durée de validité du devis ;
  • le prix de la main-d’œuvre bien distinct du prix de la fourniture de matériel ;
  • les coordonnées du client ;
  • les frais de déplacement éventuels ;
  • la date de début du chantier ;
  • le lieu et le délai d’exécution des travaux ;
  • les assurances et conditions de garantie ;
  • les conditions de règlement.

(1) Prix constatés sur les sites de professionnels spécialisés en chauffage électrique.