Devis d'installation d'un chauffage gaz

Devis d'installation d'un chauffage au gaz : comprendre et comparer pour avoir le bon service

05 octobre 2020
Chauffage
Sommaire

Performant et économique, le chauffage au gaz représente un mode de chauffage plus avantageux que le fioul ou le charbon. Comme une chaudière fonctionnant au bois, elle implique l’installation d’une chaudière ainsi que d’un réseau de radiateurs à travers la maison. Ootravaux vous donne toutes les clefs pour bien lire et comprendre un devis d’installation de chauffage au gaz afin de vous aider à prévoir le bon budget et à obtenir le service le plus adapté.

Les éléments qui vont impacter votre devis d'installation de chauffage au gaz

Le premier élément qui détermine le montant d’un devis pour l’installation du chauffage au gaz concerne l’équipement. Selon le volume à chauffer, la qualité de votre isolation et les températures de votre région en hiver, vous aurez en effet besoin d’une chaudière plus ou moins puissante, généralement entre 70 et 100 W/m² à chauffer, et d’un nombre plus ou moins important de radiateurs. Il s’agit en effet d’un chauffage central dont la chaudière est la source de chaleur et où les radiateurs sont les diffuseurs.

Les types de chaudière

Le coût de l’installation dépend ensuite du type de chaudière choisi. Il existe 5 catégories de chaudière au gaz :

  • la chaudière classique (haute température) : elle chauffe l’eau entre 60 et 80 °C grâce à des résistances. C’est le type de chaudière le plus ancien. Son principal avantage est sa rapidité à chauffer une habitation mais en contrepartie elle consomme beaucoup d’énergie ;
  • la chaudière basse température : elle chauffe l’eau à 50 °C grâce à des résistances. Avec un rendement de près de 90 %, elle permet de faire 10 à 15 % d’économies par rapport à la chaudière standard. Cependant, en dépit de son rapport qualité / prix attractif et de son bon rendement, elle est vouée à laisser la place à la chaudière à condensation, plus écologique et encore plus performante ;
  • la chaudière à condensation : elle chauffe l’eau grâce à la vapeur générée par la combustion du gaz. Son système de préchauffage de l’eau permet d’importantes économies d’énergie et un rendement pouvant atteindre 110 % ;
  • la chaudière pulsatoire : elle brûle le gaz par micro-combustion, donc sans brûleur, un procédé particulièrement efficace permettant de dépasser les 100 % de rendement ;
  • la chaudière à micro-cogénération : elle produit de l’électricité en plus de chauffer l’eau. Elle constitue donc une solution efficace pour chauffer une maison et réduire sa dépendance envers les fournisseurs d’électricité.

Les chaudières basse température et à condensation sont aujourd’hui les plus communément répandues dans un logement, en neuf ou en remplacement d’une chaudière au fioul. Elles sont souvent comparées aux chaudières à bois et/ou à granulés ou encore à la pompe à chaleur, qui sont toutes des solutions de chauffage récentes, écologiques et assurant des économies d’énergie grâce à une consommation basse optimisant les calories disponibles.

Bon A Savoir

La Directive Européenne sur l’Ecoconception

Afin d’inciter les consommateurs à installer des systèmes de chauffage moins gourmands en énergie et à l’impact minime sur l’environnement, la réglementation européenne a pour objectif de retirer de la vente les appareils de chauffage n’atteignant pas certains seuils de performance et de recyclabilité. C’est pourquoi les chaudières à basse température sont destinées à disparaître au profit des chaudières à condensation, qui offrent un meilleur rendement et produisent moins d’oxydes d’azote, important facteurs de pollution.

Les types de radiateurs

L’eau chauffée par la chaudière permet d’alimenter les radiateurs de la maison, qui se déclinent eux aussi en plusieurs types dont le prix impacte le devis :

  • le radiateur à haute température ou à chaleur forte : il offre une haute capacité d’inertie (c’est-à-dire de restitution de la chaleur même une fois éteint) et chauffe rapidement, mais il s’avère énergivore ;
  • le radiateur à basse température ou à chaleur douce : plus volumineux que le radiateur à haute température afin de maximiser la surface d’échange de chaleur, il affiche une faible consommation et s’associe particulièrement bien avec une chaudière à basse température. Il offre en outre davantage de confort grâce à la douceur de sa chaleur, qui n’assèche pas l’air et se répartit de façon homogène.

Le réseau hydraulique

Enfin, le devis d’installation d’un chauffage au gaz dépend du réseau à mettre en place. S’il s’agit d’une rénovation de votre système de chauffage (remplacement d’une chaudière au fioul, par exemple) et si vous disposiez donc déjà d’un réseau hydraulique, la mise en place du chauffage au gaz vous reviendra moins cher que si votre maison était équipée de radiateurs électriques par exemple. Dans ce cas, il faut en effet installer toute la tuyauterie à travers le logement, ce qui augmente le prix du devis.

Le prix raisonnable à prévoir pour un devis d'installation de chauffage au gaz

Le prix pour l’installation d’une chaudière au gaz dépend avant tout du type de la chaudière choisie :

  • Entre 500 et 1 000 € (1) pour une chaudière standard (haute température) ;
  • Entre 1 200 et 3 000 € (1) pour une chaudière basse température ;
  • Entre 1 500 et 5 000 € (1) pour une chaudière à condensation ;
  • Entre 3 000 et 5 000 € (1) pour une chaudière pulsatoire ;
  • Au moins 10 000 € (1) pour une chaudière à micro-cogénération.

Quant au prix de la pose de la chaudière, il oscille autour des 500 € (1). Comptez environ 150 € supplémentaires pour la dépose de votre ancienne chaudière.

Pour un radiateur, prévoyez un budget de 200 à 1 000 € (1) selon le type recherché, sa puissance et son design. Un radiateur à chaleur forte de 1 000 W peut être obtenu dès 200 € tandis qu’un radiateur à chaleur douce coûte au moins 350 €. La pose de chaque radiateur coûte en moyenne une centaine d’euros. Un surcoût doit être envisagé dans le cas de radiateurs en fonte, plus lourds à manipuler et à l’installation plus technique, mais ils se font désormais rares dans un logement.

Enfin, selon la surface à couvrir, comptez environ 1 000 à 2 000 € (1) pour la mise en place du réseau hydraulique. Il peut s’agir de travaux importants lorsque de nombreux percements de dalle et de murs sont nécessaires.

Un devis d’installation de chauffage au gaz s’élève donc en moyenne à 3 500 € pour un studio et à 7 000 € pour une maison de 120 m² (1). Cet investissement de départ est ensuite amorti à long terme par le prix du gaz de ville : les économies sont évidentes par rapport à un chauffage électrique. Le chauffage au bois reste légèrement plus intéressant financièrement que le chauffage au gaz, cette énergie étant la deuxième moins chère après le bois.

Bon A Savoir

Comme la chaudière au fioul, la chaudière à gaz de votre logement doit impérativement faire l’objet d’un entretien annuel réalisé par un professionnel. Selon la région où se trouve votre logement, le tarif est d’environ 100 € (1). Vous ferez des économies en souscrivant un contrat d’entretien plutôt qu’en contactant un professionnel chaque année. Pour votre confort, demandez à ce qu’il vous recontacte lui-même pour fixer le nouveau rendez-vous d’entretien. Le chauffagiste vérifie les réglages de la chaudière, la nettoie et en contrôle l’étanchéité. Quelques jours après la visite, vous recevez une attestation d’entretien, à conserver au moins 2 ans.

Comment réaliser votre demande de devis ?

Une demande de devis pour une installation de chauffage au gaz se dépose auprès d’un chauffagiste. Vous pouvez également contacter un plombier, les 2 professions étant très proches et les professionnels ayant souvent les 2 casquettes. .

Lorsque vous demandez un devis, pensez à toujours préciser :

  • la surface à chauffer ;
  • si la chaudière sert uniquement au chauffage ou également à la production d’eau chaude sanitaire ;
  • le type de chauffage existant (électrique, hydraulique, cheminée, plancher chauffant...) ;
  • le type de chaudière et de radiateur souhaité ;
  • la qualité de l’isolation si vous la connaissez. Peut-être vivez-vous dans une maison BBC (Bâtiment Basse Consommation), ou avez-vous  récemment fait des travaux pour améliorer l’isolation. Précisez également l’année de construction de la maison.

Donner immédiatement ces informations au chauffagiste vous permettra de recevoir un chiffrage déjà précis avant le passage du professionnel sur place pour affiner le coût de l’installation. Profitez-en également pour demander au professionnel le tarif qu’il pratique pour un contrat d’entretien de votre chaudière. Enfin, vous pouvez vous fier à des plateformes en ligne comme Ootravaux pour trouver un professionnel adapté à vos besoins et proche de chez vous.

Les éléments indispensables à retrouver dans le devis

Pour être clair et facilement comparable, un devis dédié à la mise en place d’un chauffage au gaz doit spécifier :

  • les caractéristiques de la chaudière : type, puissance, volume d’eau chauffé, particularités (modèle compact, à poser au sol ou au mur...) ;
  • les caractéristiques des radiateurs : matériau, puissance, nombre ;
  • le métrage et les matériaux utilisés pour la tuyauterie ;
  • le coût de la main-d’œuvre sur une ligne à part.

Vous pourrez alors comparer les services et les prix proposés par chaque chauffagiste et faire votre choix pour renouveler votre ancien système électrique ou au fioul.

Quelles aides pour réduire la facture d'une installation de chauffage au gaz ?

Il existe plusieurs aides pour changer de système de chauffage et donc faire baisser votre devis d’installation de chauffage au gaz. Il faut cependant savoir que seules les chaudières à très haute performance énergétique (c’est-à-dire dont l’efficacité énergétique ETAS atteint au moins 92 %) sont éligibles aux aides. Depuis 2018, conformément à la norme européenne EcoDesign, le changement de chaudière n’est soutenu par des aides que si vous optez pour une chaudière à condensation (sauf exception). Vous pouvez alors faire une demande de :

  •  CITE : le Crédit d’impôt pour la transition énergétique permet de payer 30 % du prix de l’installation en moins sur ses impôts. Vous êtes remboursé(e) de cette somme si vous n’en payez pas. Depuis janvier 2020, ce système est peu à peu remplacé par MaPrimeRénov’, calculée selon les revenus du foyer. CITE et MaPrimeRénov’ sont réservés aux propriétaires occupants et le logement doit avoir plus de 2 ans ;
  • éco-PTZ : ce prêt à taux 0 se demande à la banque et peut atteindre 30 000 € lorsque l’installation du chauffage est couplée avec d’autres travaux d’économies d’énergie. Les conditions d’octroi sont à voir avec sa banque ;
  • Programme Sérénité de l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat) : l’octroi de cette aide dépend des revenus du foyer et personnes à charge. Elle peut s’élever jusqu’à 7 000 € pour les ménages modestes et 10 000 € pour les ménages très modestes ;
  • Chèque énergie : s'utilise pour régler ses factures d'énergie mais aussi pour réaliser des travaux de rénovation énergétique. Son montant est variable. Il est compris entre 48 et 277 euros. Le chèque énergie ne peut pas être déposé sur un compte en banque, il doit être envoyé à l'entreprise qui a réalisé les travaux.
  • TVA réduite : la pose doit être réalisée par un professionnel RGE (reconnu garant de l'environnement) et le logement être achevé depuis 2 ans au moins. Vous pouvez alors bénéficier d’un taux de TVA à 5,5 % ;
  • CEE : le certificat d’économie d’énergie est une aide supportée par les fournisseurs d’énergie. Vous pouvez cependant demander à votre chauffagiste qu’il se charge des démarches. Seule contrainte : le professionnel se chargeant des travaux doit être certifié RGE. Son montant dépend de vos ressources.
  • les aides des collectivités locales : certaines régions, départements et communes octroient des aides pour changer de chaudière, qui peut par exemple prendre la forme d'une réduction de la taxe foncière. Renseignez-vous directement auprès des collectivités.

 

Qu’est-ce que le diagnostic gaz ?

(1) Prix constatés sur les sites des professionnels spécialisés en pose de chauffage au gaz.

Haut de page